Accès direct au contenu | Accès direct au menu

Mot de passe oublié ?

Créer un compte

+
Vers Site public
Vers le site Grand Public

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi


Vous êtes ici : Site Professionnel > Documentation > Centre de veille et de ressources > Qu'est que le Centre de veille et de ressources ?

Qu'est ce que le Centre de veille et de ressources ?

Que trouve-t-on au Centre de veille et de ressources du CARIF ?


Un espace documentaire spécialisé dans le champ Orientation Formation Emploi


  • Ouvrages
  • Etudes
  • Rapports
  • Outils pédagogiques
  • Textes juridiques
  • Sites Web
  • Presse
  • Revues professionnelles

A qui s'adresse-t-il ?


  • Professionnels de l’AIO
  • Professionnels des organismes de formation
  • Professionnels des structures d’insertion
  • Professionnels de l’accompagnement, de la formation, de l’emploi indépendants
  • Etudiants de toutes filières
  • Services ressources humaines et formation des entreprises et organismes publics

Découvrir le Centre de veille et de ressources

> Consulter le catalogue
> Emprunter sur place ou à distance


Le Centre de veille et de ressources s'inscrit dans la mission CARIF.

Veille Qualité Formation

  • Coup d'envoi de l'acte 2 de la démarche qualité - Centre Inffo
    18 mars 2019
    Le volet qualité de la réforme se structure avec la signature, mercredi 13 mars à Paris, de la convention entre le Comité français d'accréditation (Cofrac) et la Délégation générale de l'emploi et la formation (DGEFP). Rédigé par Catherine Trocquemé. Publié le 18 mars 2019. Mis à jour le 18 mars 2019. La loi du 5 septembre 2018 créé un référentiel national unique et des modalités d'audit communes pour tous les organismes de formation. Un sujet d'autant plus stratégique que le compte personnel de formation (CPF) monétisé et rénové sera accessible aux bénéficiaires directement via une application dès l'automne prochain. « La réforme a besoin de s'appuyer sur un environnement qualité renforcé. Pour cela nous avons fait appel au Cofrac, l'organisme de référence de l'accréditation », déclare Carine Chevrier, déléguée générale à l'emploi et à la formation professionnelle. Dans le nouveau système qualité, les certificateurs chargés de délivrer l'indispensable sésame aux organismes de formation devront, en effet, être accrédités par le Cofrac. Une garantie d'équité Peu connue du grand public, cette instance a été créée en 1994 par les pouvoirs publics pour contrôler la compétence et l'impartialité des acteurs privés de l'évaluation de la conformité. « Nous intervenons dans un cadre très structuré inscrit au niveau européen et international. Cette convention avec la DGEFP formalise nos missions d'accompagnement et de suivi du dispositif », explique Dominique Gombert, directeur général du Cofrac. En accréditant les certificateurs, le Cofrac garantit à chaque organisme de formation qu'il sera audité de la même manière. Les équipes du Cofrac appuyées par un réseau de 2 000 évaluateurs sélectionnent les dossiers de candidature et effectuent des contrôles sur site. L'instruction s'étale sur 9 mois en moyenne. Toutefois, les certificateurs pourront commencer à certifier des organismes de formation dès lors que leurs dossiers ont été jugés recevables par le comité d'accréditation. Car le calendrier s'accélère. Décrets et arrêtés fin avril Lors de la signature de la convention, Carine Chevrier a précisé que les décrets et les arrêtés attendus sur le référentiel et les modalités d'audit seront publiés au plus tard fin avril. Fruit d'un long travail de concertation avec les organismes de formation, les financeurs et les certificateurs, ce corpus réglementaire est déjà passé pour avis à France compétences. Au 1er janvier 2021, tout organisme de formation devra obtenir la nouvelle certification qualité pour pouvoir mobiliser les fonds mutualisés. Le temps de l'appropriation Ce qui laisse du temps pour s'y préparer. Si l'étape 2 de la démarche qualité représente une continuité par rapport à la réforme de 2014, elle va plus loin dans sa mise en oeuvre. Les critères et les indicateurs du référentiel unique, largement inspirés du Datadock, ont été consolidés, enrichis et précisés. Le point de rupture se situe plutôt dans la structuration de l'audit et du contrôle. L'intervention du Cofrac répond à cet enjeu. Conscient de l'importance pour les acteurs de s'approprier les règles et l'esprit du nouveau système, l'État communiquera largement. Avec une première date, le 4 avril prochain, lors de la matinée de décryptage organisée par Centre Inffo en lien avec la DGEFP.
  • France compétences
    18 mars 2019
    Une étape importante pour la mise en oeuvre de la loi « Avenir professionnel » La loi du 5 septembre 2018 a confié à France compétences une mission de régulation des coûts, des règles de prise en charge et de la qualité des actions de formation bénéficiant de financements publics. À ce titre, elle a notamment pour mission d'émettre des avis et recommandations. Cette 1ère étape importante, fixée par la loi, était attendue pour le 15 mars. Elle se traduit par l'émission de recommandations sur les niveaux de prise en charge des contrats d'apprentissage fixés par les branches professionnelles. Une forte mobilisation des branches professionnelles Les branches professionnelles se sont fortement mobilisées, répondant aux exigences du législateur. 80 % des Commissions paritaires nationales de l'emploi (CPNE) ont communiqué, en temps et en heure, leurs niveaux de prise en charge. Les valeurs ont été transmises aux Opérateurs de compétences (OPCO), qui les ont ensuite envoyées à France compétences. Une méthode objective permettant une convergence des niveaux de prise en charge La méthode d'élaboration des recommandations utilisée par France compétences s'inscrit dans une démarche objective et transparente. Elle a permis de traiter un grand nombre de données, d'assurer une égalité de traitement entre toutes les branches professionnelles et de refléter au mieux la réalité économique issue des travaux des branches. Conformément à l'objectif fixé par la loi, cette méthode assure une plus grande convergence des niveaux de prise en charge. Après application de cette méthode, il ressort que 70% des valeurs remontées par les branches sont convergentes. 30% ont donc fait l'objet d'une recommandation, soit 6 729 des 22 756 valeurs transmises par les branches et portant sur 3 370 diplômes. L'ensemble des recommandations seront publiées très prochainement sur le site internet de France compétences. Les branches professionnelles ont maintenant un mois, soit jusqu'à mi-avril, pour prendre en compte les recommandations de France compétences. L'État interviendra ensuite par décret pour fixer les niveaux de prise en charge pour les branches n'en ayant transmis aucun et pour les cas où elles n'ont pas pris en compte les recommandations de France compétences. Cette 1ère étape importante franchie, France compétences s'inscrit désormais dans une démarche continue d'observation des coûts et d'émission de recommandations, en lien avec l'ensemble des acteurs. Partager :
  • L'apprentissage dans la fonction publique : victime collatérale de la loi Choisir son avenir professionnel ? | CPU - Conférence des présidents d'université
    15 mars 2019
    L'apprentissage dans la fonction publique : victime collatérale de la loi Choisir son avenir professionnel ? La formation par apprentissage s'est développée dans la fonction publique ces dernières années sur un modèle de financement différent du secteur privé. En effet, la fonction publique n'est pas soumise à la taxe d'apprentissage. L'apprentissage, comme dans le secteur privé, répond à une demande de l'Etat, de ses opérateurs ou des collectivités territoriales. Plusieurs établissements de l'enseignement supérieur ont même développé des formations pour répondre à leurs demandes spécifiques. En l'absence d'annonce faite par le Gouvernement sur un nouveau modèle de financement des apprentis, les fonctions publiques de l'Etat, territoriales et hospitalières, sont en train de renoncer à leur campagne de recrutement pour l'année prochaine et les formations par apprentissage destinées à la fonction publique ferment au fur et à mesure. Cela va entraîner une baisse drastique du nombre d'apprentis dans le secteur public à l'opposé de la politique annoncée. Une décision doit impérativement être prise sans délai par le Gouvernement afin de programmer des financements auprès de France compétences et sécuriser les formations par apprentissage ouvertes aux apprentis de la fonction publique. C'est la condition du développement de ce type de formations. Et ce sera la traduction de l'engagement de l'Etat lui-même dans une réforme qu'il promeut auprès du secteur privé. La CPU, la CGE et la CDEFI
  • OF.MonCompteFormation.Actualites
    28 février 2019
    Les actualités du projet : monétisation et référencement 1 - La monétisation des droits du Compte personnel de formation : 2019, une période clé de transition L'article 1 VIII de la loi n°2018-771 du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel, prévoit que les heures acquises au 31 décembre 2018 au titre du droit individuel à la formation (DIF) et du Compte personnel de formation sont converties en euros selon des modalités définies par décret. Depuis le 1er janvier 2019, afin de donner aux usagers une information sur leurs droits monétisés, leurs compteurs sont affichés en heures et en euros, sur la base de 15 euros par heure. Les droits ont deux décimales et seront arrondis au centime d'euro supérieur. /!\ Les dossiers de formation et le processus de décrémentation seront toujours gérés en heures et ce jusqu'à la conversion complète qui aura lieu en novembre 2019. Jusqu'à 4 compteurs peuvent être affichés : Compte personnel de formation privé + DIF (heures avec conversion en euros) Compte personnel de formation public (heures utilisables via les employeurs publics) Compte d'engagement citoyen (heures avec conversion en euros) Compte prévention pénibilité (points utilisables via la CNAV). Pendant la phase transitoire de janvier 2019 à novembre 2019 :Les droits des comptes personnels de formation des usagers sont affichés en heures et convertis en euros avec un taux de conversion fixe à 15 euros par heure.Les dossiers de formation créés sur la période sont gérés en heures par le SI-CPF géré par la Caisse des Dépôts et les systèmes d'information des financeurs. A partir de novembre 2019, à l'ouverture du parcours d'achat direct :Les droits des comptes personnels de formation des usagers seront affichés en euros. Les nouveaux dossiers de formation créés à partir de novembre 2019 seront exclusivement gérés en euros. Les droits à formation des usagers seront transmis aux financeurs en euros en non plus en heures. Exceptions : les dossiers ayant une date de validation ou une date de début de session antérieure à la date de migration en euros de novembre 2019 : - pourront être gérés en heures sur la période novembre - décembre 2019, notamment pour les validations et les clôtures. - les mouvements de réservations et de débit des droits en heures seront convertis en euros pour mettre à jour le compte des usagers, qui sera affiché uniquement en euros. 2 -  Comment vous référencer ou les deux étapes à franchirVous nous posez de nombreuses questions sur le référencement de votre organisme et de votre offre de formation sur le site dédié au Compte personnel de formation de la Caisse des Dépôts. Il convient de distinguer deux situations.      1. La visibilité de votre offre sur le site actuel www.moncompteactivité.gouv.frLes usagers peuvent choisir de suivre une formation dans votre organisme, que vous soyez référencé ou non sur ce site, dès lors qu'elle est éligible au Compte personnel de formation.Si vous souhaitez apparaître sur le site www.moncompteactivite.gouv.fr, trois conditions sont nécessaires :                     - la déclaration de votre activitéVotre activité de formation doit avoir fait l'objet d'une déclaration en préfecture. Chaque année, vous devez également transmettre votre bilan pédagogique et financier. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le  site Service-Public-Pro.fr                    - le référencement de vos certificationsDepuis le 1er janvier 2019, sont finançables avec les droits acquis sur le Compte personnel de formation, les certifications inscrites au répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) ainsi que les certifications inscrites au répertoire spécifique (ex-Inventaire), soit environ 14 000 formations accessibles à tous les usagers quel que soit leur statut ou leur région.La commission nationale des certifications professionnelles (CNCP) a été intégrée au nouvel établissement France compétences. C'est désormais la commission des certifications de France compétences qui traite ce sujet. Elle reprend également le suivi des demandes de référencement adressées à la CNCP en 2018.                   - le référencement de votre offre de formation sur le site Offre InfoVotre offre de formation doit être renseignée dans le référentiel Offre Info géré par l'Inter-carif.Pour en savoir plus, rapprochez-vous du Carif-Oref de votre région. Vous répondez à ces conditions et votre offre n'est pas visible sur www.moncompteactivite.gouv.fr ? Les informations renseignées dans Offre Inffo sont- elles à jour ? Ne sont-elles pas en attente de validation par l'inter-carif ?  À savoir : Sur www.moncompteactivité.gouv.fr, les organismes présentés dans les résultats de recherche sont les plus proches de la ville renseignée par l'usager et les organismes proposant des formations à distance apparaissent en premier.      2. Le référencement de votre offre sur le futur espace des organismes de formationÀ l'automne 2019, les usagers pourront voir, comparer et acheter directement une formation sur l'application mobile et le site du Compte personnel de formation, conçus par la Caisse des Dépôts. Cette place de marché a pour objectif de présenter l'offre exhaustive de formation éligible au Compte personnel de formation. C'est pourquoi tous les organismes de formation seront invités à renseigner leur offre éligible au Compte personnel de formation. La Caisse des Dépôts développe actuellement l'interface de référencement et de gestion de l'offre de formation. Les équipes collaborent avec des experts à partir de standards et de propositions qui tiennent compte des évolutions actuelles. Pour alimenter le futur espace, différents scénarii sont construits : via la base Offre Info ou par alimentation directe par l'organisme (par batch, fichier csv, Excel ou manuelle). Vous aurez la possibilité de modifier vos offres à tout moment. Le moteur de recherche garantira une présentation équitable des offres de formation pour une même certification. Les travaux sur le référencement de l'offre vous seront présentés. Vous aurez la possibilité de renseigner votre offre de formation éligible au Compte personnel de formation dès l'été 2019 en vue de préparer en amont l'ouverture au grand public de la place de marché à l'automne 2019. 3 - Brèves du Compte personnel de formation Fin du dispositif d'abondement demandeur d'emploi senior. L'abondement complémentaire du Compte personnel de formation pour les seniors de 50 à 54 ans, dans la limite de 500 heures, a pris fin le 31 décembre 2018. Déplafonnement des droits mobilisables pour un dossier de formation. L'application de la loi du 5 septembre 2018 aura pour effet dans le SI-CPF :        -  de permettre la mobilisation de tous les droits disponibles sur les compteurs (DIF et Compte personnel de formation) dans un dossier de formation       - de ne plus prendre en compte le niveau de qualification de l'usager, pour déterminer un plafond de mobilisation, mais le solde de droits disponibles       - à terme, courant 2020, de permettre la mobilisation de tous les droits disponibles sur les compteurs, y compris les abondements dont pourraient bénéficier les usagers et qui seront inscrits en amont sur leurs comptes ATTENTION : ce dispositif entrera en vigueur fin février 2019
  • PDF
    28 février 2019
    Download PDF
Toutes les actualités  | RSSS'abonner

Contact

  • Recevez les nouveautés
  • Signalez une nouvelle ressource
  • Prolongez un emprunt
  • Renseignez-vous sur les conditions d'emprunt
> Contactez le Centre de veille et de ressources