Accès direct au contenu | Accès direct au menu

Mot de passe oublié ?

Créer un compte

+
VISITER LE SITE GRAND PUBLIC
SITE ORIENTATION
AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi

+

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi


Vous êtes ici : Site Professionnel > Documentation > Les dossiers thématiques > Décrochage scolaire et raccrochage

Politiques publiques

Portée par une impulsion européenne forte [éduscol], une politique nationale de grande ampleur  a permis de faire passer le nombre de jeunes sortant, chaque année, du système éducatif sans qualification de 140 000 en 2010 à 110 000 en 2014 et 80 000 en 2017.

D'après une étude du Cnesco
, le décrochage récule nettement en France, quels que soient les indicateurs mobilisés.

Les différentes étapes d'application du plan
"Tous mobilisés pour vaincre le décrochage scolaire"


Décrochage scolaire : des enjeux individuels et collectifs


Un enjeu social

Le décrochage scolaire est un des facteurs les plus importants de risque d’inactivité et/ou de chômage de longue durée. Les jeunes qui ont décroché ont deux fois plus de risque d’être au chômage que ceux qui sont sortis avec un diplôme de niveau CAP ou baccalauréat. En 2016, 49 % des non-diplômés sortis depuis trois ans de formation initiale sont au chômage, contre 20 % en moyenne, tous niveaux de diplômes confondus.
Enquête Génération 2013, CEREQ 2017.

Un enjeu individuel

Les risques de pauvreté et d’exclusion sociale engendrés par les périodes de chômage se répercutent aussi sur le bien-être de la personne, sa santé, l'estime de soi. La littérature scientifique a montré que la santé des individus est positivement corrélée à la durée de leur scolarité.

Un enjeu économique

Le décrochage scolaire, par le chômage qu’il induit, constitue un manque à gagner pour l’appareil productif et une source de dépenses futures en matière de transferts sociaux. Ainsi, en 2012, le cabinet BCG a estimé le coût du décrochage scolaire par personne pour la collectivité à 230 000 euros.

Lutte contre le décrochage scolaire

Les politiques publiques de lutte contre le décrochage scolaire s'appliquent à de nombreux domaines de la vie scolaire et de l'éducation, mais également hors système scolaire, lorsque le jeune le quitte sans diplôme. L'Union Européenne propose une typologie des mesures en trois catégories  [Etude Cnesco] :

  • La prévention : l'ensemble de ces mesures visent à à traiter à la racine les problèmes qui pourraient entraîner un abandon précoce.
  • L'intervention : les dispositifs ou mesures ont pour but de résoudre toutes les difficultés pouvant surgir sur le parcours des élèves, en améliorant la qualité de l'enseignement et de la formation et en fournissant un soutien ciblé.
  • La compensation : les mesures, actions ou dispositifs offrent à ceux qui ont quitté prématurément l'enseignement et la formation de nouvelles possibilités d'obtenir des qualifications.


Le rôle de l'Education nationale


La persévérance scolaire, la lutte contre le décrochage sont une priorité nationale et un axe majeur des politiques académiques. Grâce à l'action et à l'engagement des équipes, les académies ont mis en oeuvre, au plus près des territoires, de nombreuses dispositions et actions prévues par le plan "Tous mobilisés pour vaincre le décrochage scolaire".
Consulter la rubrique Décrochage scolaire des académies de la Région Auvergne-Rhône-Alpes :
Clermont Ferrand - Grenoble - Lyon.

Le rôle des Régions


Le rôle des régions est croissant dans la lutte contre le décrochage. Depuis le 1er janvier 2015 et en étroite collaboration avec l’Etat, les Régions sont chargées du pilotage et de l'animation des actions de prise en charge des jeunes sans qualification et sans diplôme. Ces actions s'appuient principalement sur les Plates-formes de Suivi et d'Appui aux Décrocheurs -PSAD- dans le cadre du Service Public Régional de l’Orientation -SPRO-


Auvergne-Rhône-Alpes

La Région Auvergne-Rhône-Alpes porte une attention particulière à l'insertion professionnelle des jeunes. Lors de l'Assemblée plénière du 29 novembre 2017, la Région a souhaité mettre en oeuvre une nouvelle politique régionale de repérage et d'insertion des jeunes sortant prématurément du système de formation initiale sans diplôme.

Des mesures sont prises pour agir à la fois sur un repérage plus efficace, sur une mise en emploi rapide et organisée grâce au déploiement d'une offre de service qui relie les besoins de l'entreprise et les aspirations du jeune, et sur la mobilisation des politiques régionales en matière de santé, de logement, de transport ou de formation qui concourent à la réussite d'insertion professionnelle de ces jeunes.

Dans la continuité des années précédentes, la Région a confié au Carif Oref Auvergne-Rhône-Alpes une mission d'observation sur le décrochage scolaire et de raccrochage en formation et en emploi. Les objectifs sont d'étudier l'évolution de processus de décrochage et de raccrochage, d'apporter des éléments de contexte régional en exploitant les données disponibles et de proposer des analyses communes nécessaires à la bonne compréhension du phénomène en Auvergne-Rhône-Alpes.

Les effectifs de non diplômés sont en diminution en Auvergne-Rhône-Alpes. Entre 2009 et 2014 la diminution est de 10 %. Cette baisse est observée dans tous les département de la région. Etude du Carif Oref Aurvergne-Rhône-Alpes)

Evaluation des actions

Une évaluation partenariale de la politique de lutte contre le décrochage scolaire, mise en place dans le cadre de la modernisation de l'action publique a donné lieu à un rapport publié en 2014. Ce rapport a été à l'origine de la mise en place du plan Tous mobilisés contre le décrochage scolaire.

Comment faire reculer plus encore le décrochage ? Les leviers sont multiples. Les préconisations issues de la conférence de comparaisons internationales du CNESCO, et du Centre International d'Etudes pédagogiques -CIEP-  préconisent des axes et propositions concrètes à mettre en place.

Veille

  • La jeunesse oubliée de l'inclusion numérique
    10 septembre 2019
    LE CERCLE - Contrairement aux idées reçues, de nombreux jeunes des territoires dits « fragiles » maîtrisent assez mal les outils du numérique. Il faut donc développer les formations informatiques pour donner à chacun une chance de réussir dans cette société en transformation.
  • La Haute-Savoie aura peut-être son Ecole de la deuxième chance
    10 septembre 2019
    L'Ecole de la deuxième chance (E2C) de Savoie va réaliser une étude de déploiement en Haute-Savoie, dans deux villes, à Annecy et à Annemasse. Cette étude, qui coûtera 15.000 euros, va dresser un état des lieux des besoins de recrutement sur le bassin annécien. Quelque 5.000 euros ont été apportés par la ville d'Annecy pour la réalisation de cette étude.Si cette dernière est concluante, le déploiement sera effectif entre décembre 2019 et le premier semestre 2020.Ce « pôle d'excellence », inscrit par Edith Cresson dans le Livre blanc sur la formation, a été édicté en 1995 par la Commission européenne. En France, la première Ecole de la deuxième chance a été créée en 1998 à Marseille. Depuis le modèle a fait des émules puisqu'on en compte aujourd'hui 130 sur l'ensemble du territoire.Réseau d'entreprisesToutes ont le même objectif : donner une nouvelle occasion à un public de jeunes adultes exclus du système scolaire de reprendre des études à l'aide de pédagogies modernes et de partenariats locaux. Souvent, les élèves sont aussi formés aux règles de la société (régulation des comportements, respect des règles, orientation vers les structures sociales...)L'école s'appuie sur un réseau d'entreprises partenaires. Ces dernières proposent des stages et des formations en alternance de quelques mois, qui peuvent aboutir à des emplois.Créée en 2011, l'EDC de Savoie a permis la réalisation de 297 stages dans 211 entreprises en 2018. Sur l'ensemble du territoire français, 15.000 jeunes ont été accueillis l'année dernière.
  • Une démarche innovante pour l'insertion des jeunes en situation de décrochage scolaire
    10 septembre 2019
    Pour lutter contre le chômage des jeunes en situation de décrochage scolaire, la Région Auvergne-Rhône-Alpes soutient la méthode «Intervention sur les Offres et les Demandes» (IOD) mise en oeuvre par l'association Transfer. Soit un investissement d'un million d'euros.
  • Le Réseau E2C France et Orange s'associent en faveur de l'inclusion numérique
    10 septembre 2019
    Le groupe Orange France et le Réseau E2C France ont décidé d'étendre leur collaboration à des actions en faveur de l'inclusion par le numérique des jeunes en difficulté. Un accord est signé le 18 juillet entre Alexandre SCHAJER, Président du Réseau E2C France, et Fabienne DULAC, Directrice Générale Adjointe, CEO Orange France. Ouvrir les métiers du numérique aux jeunes sans qualificationAu coeur de la problématique sociale, citoyenne et professionnelle des jeunes, les Écoles de la 2e Chance (E2C) offrent des solutions individualisées à de jeunes adultes sortis du système éducatif sans qualification et sans emploi. La force du dispositif E2C est d'opérer sur un triptyque intégrant l'acquisition de compétences, l'expérience en entreprise et l'accompagnement à l'inclusion. Le Réseau des Écoles de la 2e Chance regroupe 130 sites-Écoles, répartis dans 12 régions, et accompagne chaque année plus de 15 000 jeunes dans la construction de leur projet professionnel. Pour atteindre cet objectif d'inclusion sociale, professionnelle et numérique, les Écoles de la 2e Chance offrent la possibilité à ces jeunes :- De mieux se repérer dans l'univers numérique- D'utiliser les fonctionnalités des outils numériques pour communiquer- De savoir utiliser le numérique dans la vie courante- D'apprendre à gérer son identité numérique- D'adopter une ligne de conduite dans la société numérique En tant qu'acteur majeur dans le domaine des nouvelles technologies, Orange partage l'ambition du Réseau E2C France d'accompagner par des moyens numériques les jeunes sans diplôme et sans qualification confrontés à la difficulté d'entrer dans le monde du travail.Orange a dès lors souhaité favoriser le parcours des jeunes au sein de l'entreprise en leur proposant des stages de découverte de ses métiers, au sein de ses Directions locales et nationales. Le don en boutique : une action nationale solidairePour sa première campagne nationale de don en boutique lancée le 3 juillet, Orange a choisi de soutenir les projets d'inclusion numérique du Réseau E2C France. Le don en boutique offre la possibilité aux clients d'Orange de soutenir une cause en ajoutant jusqu'à un euro à leur achat. Il est disponible dans 600 boutiques Orange en France et permettra une meilleure visibilité du dispositif E2C sur l'ensemble du territoire national. Pour Alexandre SCHAJER, Président du Réseau E2C France :« Le monde du numérique, notamment les compétences liées, représente un véritable levier pour favoriser l'insertion sociale et professionnelle des jeunes les moins qualifiés. La signature de cet accord avec Orange France donnera aux stagiaires des E2C la possibilité de découvrir de nouveaux métiers en expansion et d'accroître leur employabilité dans un monde en constante évolution. »
  • Prévenir le décrochage : une comparaison entre lycées professionnels et CFA / Céreq Bref / publications / accueil - Céreq
    10 septembre 2019
    La prévention du décrochage occupe une place importante dans l'enseignement professionnel, lui-même fonctionnant comme une filière de « raccrochage » pour de nombreux collégiens en difficultés scolaires. Les CFA et les lycées professionnels, au-delà de leurs similitudes, n'ont cependant pas affaire aux mêmes types de ruptures de parcours.Une enquête menée auprès des deux types d'établissements permet de différencier deux conceptions du décrochage, et d'identifier plus finement les leviers de prévention selon les voies de formation.
  • Formation | Prépa-Apprentissage
    4 septembre 2019
    Pour les jeunes peu ou pas qualifiés pour s'insérer dans le monde professionnel via l'apprentissage : la prépa-apprentissage !
  • Journée défense et citoyenneté 2018 : plus d'un jeune Français sur dix en difficulté de lecture
    11 juin 2019
    En 2018, 11,5 % des jeunes participants à la journée défense et citoyenneté (JDC) rencontrent des difficultés dans le domaine de la lecture. La moitié d'entre eux peut être considérée en situation d'illettrisme. Par ailleurs, près d'un jeune sur dix a une maîtrise fragile de la lecture.Cette note montre : que les performances en lecture progressent avec le niveau d'études ; qu'elles sont globalement plus élevées chez les filles que chez les garçons ;que les jeunes des départements d'outre mer (DOM) sont particulièrement concernés par les difficultés de lecture ; que c'est dans le nord de la France métropolitaine que les difficultés de lecture sont les plus fréquentes.Consulter la note d'information n° 20.
Toute la veille |RSSS'abonner
Vous souhaitez soumettre une actualité ? Référencer une formation ? Une offre découverte métiers via Initiatives ? Connectez-vous :
Mon compte
SITE ORIENTATION
AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

VISITER LE SITE GRAND PUBLIC