Accès direct au contenu | Accès direct au menu

Mot de passe oublié ?

Créer un compte

+
VISITER LE SITE GRAND PUBLIC
SITE ORIENTATION
AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi

+

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi


Vous êtes ici : Site Professionnel > Formation > La VAE

VAE, Financement de la formation professionnelle

Nouveauté sur les financements de la VAE !

La crise sanitaire a eu des impacts positifs sur les financements de la VAE. Découvrez-les.

Suite à la loi du 23 mars 2020, les OPCO disposent d’un montant forfaitaire dans la limite de 3 000€ pour la prise en charge des parcours VAE.

Quant aux Transitions pro, l’ordonnance du 1er avril 2020 leur a ouvert la possibilité de financer la VAE dans un cadre forfaitaire de 2 000€.

Ces deux nouvelles mesures sont en vigueur jusqu’au 31 décembre 2020.

Pour en savoir plus

Date de publication
3 juillet 2020

Veille

 
  • Transitions Pro lance une VAE expérimentale
    15 octobre 2020
    Depuis le 15 juin dernier, le réseau paritaire Transitions Pro (ex-Fongecif) finance les projets VAE des salariés souhaitant faire reconnaître leur expérience professionnelle. Mais, depuis le 1er octobre 2020, il est possible d'articuler les dispositifs PTP (projet de transition professionnelle) et VAE (validation des acquis de l'expérience), grâce au lancement d'une expérimentation nationale menée par six Transitions Pro régionales : Bourgogne-Franche-Comté, Occitanie, Auvergne-Rhône-Alpes, Normandie, Pays de la Loire et Nouvelle-Aquitaine. Un accompagnement tout du long du parcours Ainsi et jusqu'au 31 décembre 2020, un salarié du secteur privé désireux d'entreprendre une reconversion professionnelle, et présentant une expérience (professionnelle ou extraprofessionnelle) en lien avec le nouveau secteur d'activité, peut mobiliser une VAE partielle adossée à un projet de transition professionnelle. Dans cette perspective, le demandeur pourra bénéficier des prises en charge prévues dans chacun des deux dispositifs (accompagnement VAE et formation). Un référent (conseiller en évolution professionnelle, organisme de formation certificateur, centre de conseil sur les validations des acquis de l'expérience) suivra le dossier jusqu'à la certification. Il sera en relation, tout du long, avec le référent parcours de Transitions Pro. Cet accompagnement est rendu possible par l'instauration d'un financement forfaitaire de 2000 euros par référent accompagnant. « L'intérêt de la formule pour le salarié est de lui offrir un parcours individualisé et optimisé qui renforce ses chances de concrétiser son projet de reconversion professionnelle », affirme Philippe Debruyne, président de Certif' Pro, tête de réseau des associations Transitions Pro. Relais multiples Pour lancer et relayer cette expérimentation, toute une série de partenaires régionaux seront informés et soutiens de l'opération : opérateurs du conseil en évolution professionnelle (CEP) de droit et opérateurs CEP de marché régionaux, organismes de formation certificateurs, Espaces conseil VAE ou accompagnateurs VAE, DAVA (dispositif académique de validation des acquis), Carif-Oref, Cité des métiers et de l'orientation. Ces relais seront importants pour rendre l'expérimentation le plus souple possible. Un salarié pourra entrer dans le processus alors qu'il avait un projet de PTP mais sans penser à la VAE, et inversement. « Cette articulation de dispositifs PTP + VAE ou VAE + PTP permettra d'individualiser le parcours de formation et de limiter les engagements financiers au plus juste du projet de transition professionnelle, espère Philippe Debruyne. Mais attention, le bénéficiaire doit être conscient qu'il engage deux parcours de manière concomitante. » Rappelons que si le projet de transition professionnelle est accepté par l'association Transitions Pro, les frais pédagogiques de la formation, le salaire et charges et les frais annexes (sous conditions) sont pris en charge par l'association.  
  • Rappel : prise en charge de la VAE pour les salariés jusqu'au 31/12/20
    14 octobre 2020
    Pour tous salariés en CDI, en CDD, intérimaires ou intermittents du spectacle qui s'engage dans une démarche VAE, c'est le moment de faire une demande de prise en charge financière !L'ordonnance du 1er Avril (Cf notre actu) permet aux Transitions Pro de financer les démarches de Validation des Acquis de l'Expérience pour un montant plafonné à 2 000EUR jusqu'au 31/12/2020. Sont pris en charge : - La demande de recevabilité - L'accompagnement à la préparation au dossier de validation - L'évaluation par le jury Quelles démarches à effectuer ? : - Identifier l'organisme accompagnateur (Datadock ou Qualiopi) - Compléter un dossier de demande de financement sur www.transitionspro-ara.fr / rubrique « Dispositif VAE» - Transitions pro étudie la demande et émet un avis Important : Si la démarche VAE est prévue pour 2021, le financement peut être accordé si passage devant la commission Transitions Pro avant le 31/12/2021.Pour plus d'informations, consultez le site de Transitions Pro Auvergne-Rhône-Alpes
  • Extension des territoires zéro chômeur : la formation se développe malgré des obstacles
    9 octobre 2020
    L'expérimentation territoires zéro chômeurs de longue durée va être étendue à 50 nouveaux territoires, en plus des dix existants. La proposition de loi a été votée à l'unanimité le 16 septembre. Menée depuis 2017 dans des territoires ruraux ou politique de la ville, l'expérimentation a abouti à la création de 13 entreprises à but d'emploi (EBE), qui embauchent en CDI, sur la base du Smic, 900 personnes privées d'emploi depuis plus d'un an, pour des activités utiles à la société et non concurrentielles. Alors que les opposants à cette extension pointent le coût du dispositif, la plupart des EBE étant déficitaires, ses défenseurs soulignent les nombreuses retombées associées : sur la santé, la consommation, la redynamisation de ces territoires, et aussi la formation des salariés. Ceux-ci étaient sans emploi depuis plus de 4 ans et ont un niveau V (CAP) de formation. « La montée en compétences est donc un enjeu important, même si la priorité des entreprises a d'abord été de développer leur activité et de stabiliser les salariés« , indique Hélène Bamogo, qui accompagne les EBE sur cette question pour le fonds d'expérimentation. Obstacles Selon une enquête interne, fin 2019, 80% des EBE disaient rencontrer des difficultés d'accès à la formation. D'ordre financier, d'une part, puisque leur taille, de plus de 50 salariés, ne leur permettait pas d'accéder aux fonds mutualisés. « Cet obstacle a été partiellement levé puisqu'elles peuvent désormais accéder à des crédits complémentaires du PIC (plan d'investissement dans les compétences) IAE (insertion par l'activité économique) », rappelle Hélène Bamogo. Les salariés des EBE ne sont pas non plus éligibles aux formations de Pôle emploi. Quant à celles proposées par les Régions, elles ne sont pas toujours adaptées en termes de lieu, de volume horaire, de prérequis. « L'éloignement des organismes de formation est un obstacle important« , précise-t-elle. Enfin, il n'est pas simple de formaliser les besoins de formation, d'établir un plan de développement des compétences seules 60% l'ont fait en 2019 et de mobiliser l'ingénierie nécessaire. POEC et CQP Malgré ces freins, 626 salariés d'EBE se sont formés en 2019, pour un total de 15 000 heures. « Certains ont suivi une POEC en amont de leur recrutement, pour pouvoir occuper leur poste, d'autres une fois embauchés, ont passé des habilitations électriques, Caces (certificat d'aptitude à la conduite en sécurité) , ou suivi des formations à l'informatique ou à la cohésion d'équipe« , ajoute Hélène Bamogo. Ce sont souvent des formations courtes, d'adaptation au poste, mais pas uniquement. Par exemple, à la Fabrique de l'emploi, à Lille, un salarié a fait une formation en animation 2D-3D (deux à trois dimensions) dans le cadre d'une POEC (préparation opérationnelle à l'emploi collective) de quatre mois, et plusieurs autres se sont formés au CQP (certificat de qualification professionnelle) d'agent de restauration développé par Cuisine Mode d'emploi. A Colombelles, un CAP travaux paysagers est en cours. CléA, Afest et VAE La formation aux compétences de base va être renforcée: « A Pipriac, l'entreprise Tezea a positionné 60 salariés pour obtenir la certification CléA (certificat de connaissances et de compétences professionnelles)« , ajoute Hélène Bamogo. Plusieurs EBE sont aussi en réflexion pour développer l'Afest (action de formation en situation de travail) : « A Mauléon, une responsable RH de l'Esiam s'est formée à la méthodologie Afest et va identifier des situations formatrices parmi les activités de l'entreprise, c'est le début de la démarche« , explique-t-elle. Enfin, la Fabrique de l'emploi va tester la reconnaissance des acquis de l'expérience: « Un référent a été formé au dispositif « différents et compétents », issu des entreprises adaptées, qui permet aux salariés de se positionner sur un référentiel métier en constituant un dossier de preuves et en présentant ce qu'ils savent faire« , conclut Hélène Bamogo. Le fonds d'expérimentation va continuer à appuyer les EBE dans leur démarche de formation.
Toute la veille |RSSS'abonner
---------------------------------------------------------------




Un appui aux conseillers CEP qui accompagnent les parcours de VAE

Vous souhaitez soumettre une actualité ou une action de découverte métiers, emprunter des ressources ou gérer vos newsletters ? Connectez-vous :
Mon compte
SITE ORIENTATION
AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

VISITER LE SITE GRAND PUBLIC