Accès direct au contenu | Accès direct au menu

Mot de passe oublié ?

Créer un compte

+
Vers Site public
Vers le site Grand Public

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi


Vous êtes ici : Site Professionnel > Formation > Les dispositifs emploi formation

Décrochage / Raccrochage, Insertion

Un bilan positif pour la Garantie jeunes

La DARES publie un premier bilan, positif, après cinq ans de mise en œuvre du dispositif. Plus de 200 000 personnes sans emploi ni formation en ont bénéficié depuis sa mise en place en 2013.

Mise en place sous forme expérimentale en octobre 2013, la Garantie jeunes a été généralisée à l'ensemble du territoire national en janvier 2017.
L'évaluation s'est appuyée sur trois questionnements principaux définis lors de la mise en place de la Garantie jeunes :

  • Le dispositif a-t-il touché son public cible ?
229 000 jeunes ni en emploi, ni en études ni en formation ont bénéficié de la Garantie jeunes entre octobre 2013 et juillet 2018. Ces jeunes cumulent des difficultés financières et familiales notamment, ce qui constitue des freins importants à l'emploi. Nombreux sont ceux qui connaissent des problèmes de logement et d'isolement. La moitié d'entre eux ne possède pas de qualification de niveau V (BEP-CAP).
La Garantie jeunes bénéficie plus souvent aux hommes qu'aux femmes, qui représentent 45% des jeunes entrés dans le dispositif avant fin 2017.
Les deux-tiers des bénéficiaires étaient déjà connus de la Mission locale avant leur entrée en Garantie jeunes.

  • Quels ont été les parcours d'insertion professionnelle des jeunes bénéficiaires du dispositif ?
L'accompagnement intensif des Missions locales sur ce dispositif, notamment dans les deux premiers mois, conduit les bénéficiaires à expérimenter les mises en situation professionnelles, qui prennent la forme de stages, d'immersion et de périodes d'emploi.
Un tiers des jeunes sortent du dispositif avec un emploi, une formation certifiante ou qualifiante.
Deux tiers des bénéficiaires ont effectué au moins une immersion, avec une durée moyenne d'immersion de 54 jours.

  • Quel a été l'impact du dispositif sur le devenir des bénéficiaires ?
Comparé à une échantillon de jeunes hors dispositif, le taux d'emploi des personnes ayant bénéficié de la Garantie jeunes est nettement meilleur : +9,9 % de plus onze mois après l'entrée dans le dispositif, +14,9% après dix-sept mois, et +11,4% après 22 mois.
29% des bénéficiaires sont en emploi 8 mois après l'entrée dans le dispositif, et 41% au bout de 19 mois.
Le gain en autonomie en terme de logement et de mobilité est significatif : la part des jeunes titulaires du permis de conduire passe de 38% à 48% après quelques mois mais reste tout de même très inférieure à celle de l'ensemble des jeunes de cette classe d'âge. De même, la part de jeunes locataires, colocataires ou propriétaires augmente sensiblement, de 19% avant l'entrée dans le dispositif à 37% 19 mois après l'entrée.

Les effets du dispositif, en termes de retour à l’emploi, sont donc intéressants. Ils sont toutefois moins importants que ceux relevés dans le cadre d’un programme intensif (Ecole de la deuxième chance, Service militaire volontaire [SMV], Etablissement pour l’insertion dans l’emploi).

Pour en savoir plus


Date de publication
28 mai 2019