Accès direct au contenu | Accès direct au menu

Mot de passe oublié ?

Créer un compte

+
VISITER LE SITE GRAND PUBLIC
SITE ORIENTATION
AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi

+

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi


Vous êtes ici : Site Professionnel > La réforme > Alternance

ProA, CPF, apprentissage : la branche de la plasturgie soulève des points de vigilance

ProA, CPF, apprentissage, contenus dans la réforme de la formation professionnelle, se mettent en place. La branche plasturgie soulève des points de vigilance, notamment à propos de nouvelles règles introduites par l’ordonnance dite "coquilles".

Dans un entretien accordé à AEF info, Bastien Hervé du Penhoat, directeur de la Formation au sein de la Fédération de la plasturgie et des composites, revient sur les nouvelles règles introduites par l’ordonnance dite "coquilles" sur la ProA, le
CPF monétisé et sur le financement de l’apprentissage.



Pro-A

Pour mémoire, l’ordonnance impose la nécessité d’un accord de branche étendu pour rendre éligibles les formations au nouveau dispositif ProA.

Le délai d’extension d'un accord de branche étant de six mois en moyenne, les nouvelles règles "sont pénalisantes pour les entreprises, puisqu’elles risquent de bloquer les engagements dans ProA pour les cinq derniers mois de l’année", estime le directeur de la formation. Et ce, alors que les quelques 900 CQP de la branche, étaient jusqu’à présent financés "essentiellement" via les périodes de professionnalisation (dispositif supprimé et remplacé par Pro-A).
"Aujourd’hui, nous ne sommes pas certains que les entreprises les financent elles-mêmes", ajoute Simon Gourgaud, délégué régional Auvergne-Rhône-Alpes d’Allizé Plasturgie.

À noter que chaque actualisation de la liste des CQP éligibles nécessitera un avenant, qui devra lui aussi, être étendu, fonctionnement considéré comme très lourd par M. Hervéé du Penhoat.

CPF monétisé

"Le passage du CPF en euros entraîne une perte de pouvoir d’achat pour les salariés", estime la branche. Alors que chaque heure correspond à 15 € sur le nouveau CPF monétisé, le coût moyen pour une formation dans la plasturgie avoisine plutôt les 60 € de l’heure, notamment à cause d’investissements importants pour le matériel. "Le pouvoir d’achat est divisé par quatre", estime Bastien Hervé du Penhoat. "Cela signifie qu’un salarié qui doit être formé à tous les blocs de compétences, mettra plusieurs années avant de terminer sa formation".

La branche avait jusqu’à présent un système d’abondement pour les formations financées via le CPF : "L’abondement permettait de couvrir la totalité du coût de la formation", détaille le directeur de la Formation. Selon lui, "les partenaires sociaux de la branche ont d’ores et déjà acté leur volonté de maintenir des abondements au CPF des salariés sur les formations prioritaires pour les prochaines années".

Apprentissage

S’agissant de l’apprentissage, la branche se réjouit d’un accès facilité à cette modalité de formation pour les employeurs. Cependant, le CFA de la plasturgie anticipe la perte de ressources que va engendrer le passage au coût-contrat, et que la branche est en train de chiffrer.

"Le coût d’un BTS se situe entre 16 000 et 18 000 €, or le coût-contrat est de 13 250 € aujourd’hui", indique Caroline Saillard, responsable Emploi-Formation au sein d’Allizé-Plasturgie. "Sans compter que certaines entreprises qui intègrent des apprentis plasturgistes, ne relèvent pas de la convention collective de la plasturgie. D’autres coûts-contrats s’appliquent, parfois moins élevés."

---> Source : AEF info, contenus réservés aux abonnés



Date de publication
8 novembre 2019

Vous souhaitez soumettre une actualité ? Référencer une formation ? Une offre découverte métiers via Initiatives ? Connectez-vous :
Mon compte
SITE ORIENTATION
AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

VISITER LE SITE GRAND PUBLIC