Accès direct au contenu | Accès direct au menu

Mot de passe oublié ?

Créer un compte

+
Vers Site public
Vers le site Grand Public

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi


Vous êtes ici : Site Professionnel > Observation > Insertion et parcours

Emploi / marché du travail, Métiers / secteur d'activité

L'inégale insertion professionnelle des jeunes diplômés de l'enseignement supérieur Culture en 2017

L’enseignement supérieur Culture sous la tutelle du ministère de la Culture compte une centaine d’établissements : 40 publics nationaux et 60 publics de coopération culturelle relevant des collectivités territoriales ou sous statut associatif. Ces établissements dispensent des formations dans les domaines de l’architecture, des arts plastiques, du spectacle vivant, du patrimoine, du cinéma et de l’audiovisuel.

Le ministère de la Culture mène chaque année une enquête auprès des anciens étudiants ayant obtenu un diplôme de fin de cycle trois ans auparavant dans l’un de ces établissements. Cette enquête s’intéresse à leur insertion professionnelle ainsi qu’à leurs conditions d’emploi.
Afin de dresser un panorama des situations des diplômés de l’enseignement supérieur Culture trois ans après l’obtention de leur diplôme, les trois dernières vagues de l’enquête sur l’insertion professionnelle (enquête desc) de 2015 à 2017 sont exploitées et l’accent est mis sur la situation des diplômés des années 2012 à 2014.

Après l’obtention de leur diplôme de fin de cursus : un tiers des diplômés de l’enseignement supérieur Culture poursuit ses études et deux tiers entrent sur le marché du travail. Trois ans après, 87 % de ces entrants sur le marché sont en activité avec, cependant, des taux d’insertion et des conditions d’emploi variables selon la filière d’études.

Les diplômés de l’architecture bénéficient d’une situation plus favorable que ceux des autres filières : 89 % sont en activité trois ans après l’obtention de leur diplôme, la plupart du temps en tant que salariés du secteur privé ou d’entreprises publiques (77 %) et occupent des emplois stables (80 % sont en cdi ou titulaires de la fonction publique). En termes de rémunération, les diplômés de l’architecture sont les plus nombreux à être présents dans les tranches supérieures des revenus des jeunes diplômés de la culture en emploi.

À l’inverse, les diplômés des arts plastiques connaissent une insertion plus difficile. Seuls 34 % d’entre eux accèdent en moins de trois mois à un premier emploi en rapport avec le diplôme obtenu, et trois ans après l’obtention de leur diplôme, 79 % des entrants sur le marché du travail de cette filière exercent une activité dont la moitié d’entre eux en tant qu’indépendant. Leurs revenus se situent plus souvent dans les tranches inférieures de revenu.

Pour en savoir plus :

Date de publication
4 décembre 2018