Accès direct au contenu | Accès direct au menu

Mot de passe oublié ?

Créer un compte

+
VISITER LE SITE GRAND PUBLIC
SITE ORIENTATION
AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi

+

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi


Vous êtes ici : Site Professionnel > Observation > Les territoires > Fiches Emploi - Formation par département

Auvergne-Rhône-Alpes : les chiffres-clés emploi formation par département

En complément du Portrait emploi formation régional, Via Compétences propose des fiches de synthèse par département. Ces fiches présentent les caractéristiques de chacun des 12 départements de la région autour de cinq thématiques : population, activité économique, emploi, marché du travail et formation initiale.

Ce qu’il faut retenir


De fortes disparités entre les territoires : quelques exemples

  • Population : une répartition inégale de la population sur le territoire et des croissances démographiques très hétérogènes (+1,4% d’habitants par an en Haute-Savoie entre 2007 et 2012, -0,2% dans le Cantal)
  • Activité économique : une présence de grands établissements de santé dans certains territoires comme l’Allier, la Loire et la Haute-Savoie
  • Emploi : une empreinte industrielle encore très marquée notamment dans l’Ain, la Drôme et la Haute-Loire
  • Marché du travail : des taux de chômage très élevés dans les départements de l’Ardèche, de la Drôme et de la Loire
  • Formation initiale : des effectifs de l’enseignement secondaire présents dans l’ensemble des départements mais une concentration de l’enseignement supérieur dans les principales agglomérations du Rhône, de l’Isère et du Puy-de-Dôme
Pour télécharger les fiches (pdf) et découvrir les chiffres-clés, cliquez sur les départements ci-dessous :


AllierImage HTML map generator

Consultez également


Agenda des formations

Veille

  • Auvergne-Rhône-Alpes : l'activité des entreprises artisanales en croissance au 3ème trimestre 2019
    12 décembre 2019
    La note de conjoncture de la Chambre régionale de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes pour le 3ème trimestre 2019, réalisée dans le cadre du ...
  • Note conjoncturelle de la région Auvergne-Rhône-Alpes - 2ème trimestre 2019
    9 décembre 2019
    close Le chiffre d'affaires des entreprises de la région est en hausse début 2019 (+8,4 % par rapport au 1er trimestre 2018) et les encaissements fiscaux recouvrés par la DRFiP et DDFiP d'Auvergne-Rhône-Alpes sont globalement plus importants que début 2018. [...] La situation de l'emploi et du chômage est plutôt favorable fin 2018 : l'emploi salarié est en hausse au 4ème trimestre, le taux de chômage recule de 0,3 point. En revanche, le nombre de déclarations préalables à l'embauche a reculé au 4ème trimestre 2018, pour la 1ère fois depuis 2012 : -1,8 % sur un an. La demande d'emploi des catégories A, B et C est stable au 1er trimestre 2019. Inscrivez-vous à notre newsletter
  • La filière éolienne en Auvergne-Rhône-Alpes
    4 décembre 2019
    4e source d'énergie en France, l'éolien est soutenu par les objectifs de la Programmation Pluriannuelle de l'Energie (PPE) qui visent à porter la puissance installée de 15 GW en 2018 à 24 GW en 2023. En région, l'éolien a produit 1072 GWh en 2018, ce qui en fait la deuxième énergie renouvelable en terme de production. Pourtant, la puissance installée reste faible et tend à stagner. Malgré cette tendance, Auvergne-Rhône-Alpes est, selon France Energie Eolienne, la 3e région d'emploi de la filière grâce à la présence importante de fabricants de composants. En plus de ces industriels, Auvergne-Rhône-Alpes accueille des entreprises spécialisées dans les études et l'ingénierie, la construction, la maintenance et l'exploitation des installations éoliennes. Contact : Céline DONVAL, cdonval@auvergnerhonealpes-entreprises.fr Télécharger le panorama : La filière éolienne en Auvergne-Rhône-Alpes (PDF) Publiée le 25 novembre 2019
  • Lumière sur
    4 décembre 2019
    Fête des Lumières oblige, du 5 au 8 décembre à Lyon, Le Progrès Économie s'intéresse cette semaine à la filière lumière, qui brille sur la région. Le tissu économique est particulièrement étoffé en la matière, avec plus de 250 entreprises dans des domaines variés. Une filière aux multiples enjeux. Dans deux jours, Lyon va s'enflammer avec la Fête des Lumières. Derrière les spectacles incandescents, des prouesses technologiques rendues possibles par des entreprises au potentiel innovant, dont la mise en valeur de la cité rhodanienne n'est qu'une petite déclinaison de savoir-faire. Car en matière de lumière et d'éclairage, le champ des possibles est devenu vaste, boosté par l'avènement de la technologie Led, s'invitant dans des domaines parfois insoupçonnés. Dans le Rhône et plus largement en région, la filière est particulièrement dynamique. Les solutions d'aujourd'hui apparaissent novatrices, intelligentes ou éco-performantes, voire « allumées ». Initiées dans de vastes domaines (éclairage intérieur, extérieur, signalétique...), elles peuvent être utilisées par de nombreux professionnels (électriciens, concepteurs, architectes, artistes lumières, distributeurs, etc.) : « Il y a une émergence de la lumière intelligente qui va se positionner dans le monde de la cité », constate par ailleurs Patrick Clert-Girard, actuel délégué général (1) du Cluster Lumière (basé à Lyon), qui fédère des acteurs de la filière, « l'intégration de la lumière intelligente devient moteur dans les usages ». Un chiffre d'affaires estimé à 2 milliards en région Et les usages, justement, sont larges : « Il y a les économies d'énergie - et l'on s'inscrit ici en plein dans la transition énergétique -, le bien-être, l'ambiance, ou encore la santé qui est en train d'émerger [...], poursuit-il. Il y a beaucoup de recherche là-dedans. » « On s'inscrit aussi dans le smart building (ndlr, bâtiment intelligent), le pilotage intelligent, il s'agit d'une tendance de fond », ajoute François Brunet, qui s'apprête à succéder à Patrick Clert-Girard dans ses fonctions de délégué général du Cluster (1). Avec un poids estimé à 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires sur AuRA, la filière (qui intégrerait entre 250 et 300 entreprises, soit environ 20 % de l'activité française), a des cartes à jouer, que ce soit sur des marchés grand public ou de niche. La présence de la locomotive Signify (ex-Philips Lighting) à Miribel, entre Rhône et Ain, n'est pas un hasard. La société s'inscrit dans un réseau de compétences aux multiples facettes, comme en témoignent d'autres acteurs que Le Progrès Économie a rencontrés. À l'image du Lyonnais RED Rouge Engineered Design qui développe une solution d'éclairage Led horticole ; ou de Brochier Technologies (Villeurbanne), qui conçoit des solutions de tissages de fibres optiques pour des applications lumière dans le médical, l'automobile, la sécurité. Bluffant. Valérie BRUNO (1) Prenant prochainement sa retraite, Patrick Clert-Girard passera officiellement la main à François Brunet en fin d'année. Patrick Clert-Girard, délégué général du Cluster Lumière, basé à Lyon. Le cluster regroupe des acteurs de la filière lumière-éclairage, y compris nationaux. Pourquoi Lyon est-elle un épicentre de la filière lumière ? « Il y a eu une double démarche au début des années 90. Lyon a eu la volonté de mettre en place une stratégie lumière avec un plan lumière visant à mettre en valeur les bâtiments de la ville. En parallèle, il y a la Fête des Lumières qui est une particularité mais qui a un caractère événementiel, tandis que l'autre démarche est plus pérenne [...]. La ville de Lyon fait partie, avec près de 80 grandes villes mondiales, du réseau LUCI (Lighting Urban Community International), qui contribue à la mise en place d'une politique d'éclairage ; elle est à l'origine de la démarche. Au niveau de la filière, on arrive ici à faire un maillage qu'on n'arrive pas à faire ailleurs. » Comment le cluster Lumière contribue-t-il à cette dynamique ? « Le cluster, installé à Lyon, est né en 2008 d'une volonté de la filière, qui était auparavant très orientée auprès des fabricants. Avec la technologie Led, la filière est en pleine évolution. Le cluster regroupe des installateurs, des concepteurs, des bureaux d'études, des architectes... Il s'agit de travailler ensemble pour proposer des solutions dédiées à l'éclairage et à la lumière... Le cluster est le seul sur ce créneau au niveau national. Il regroupe 170 adhérents, 130 entreprises. 70 % de ces adhérents sont en région ; 30 % dans le reste de la France. Il compte des labos de recherche publics, des centres techniques... » Quid du potentiel d'innovation, qui touche de nombreux domaines ? « La technologie Led apparaît comme une vraie rupture technologique [...]. On accompagne son développement dans de très nombreux usages : mobiliers urbains, santé, commerce, bâtiments tertiaires... On redonne une latitude à des designers, des fabricants locaux, des architectes, etc. La lumière est devenue une compétence différenciée. Il y a des tas d'intégration de la lumière qui font que des marchés sont en train de s'ouvrir. » Propos recueillis par Valérie BRUNO La filière Lumière s'apprête à avoir son "Hub" à Lyon-Confluence, à l'angle du quai Perrache et de l'avenue Montrochet, dans le 2e arrondissement. Un bâtiment qui vise à rassembler et fédérer les acteurs du secteur sur environ 6 000 m2. Lumen-La Cité de la Lumière doit contribuer à favoriser les échanges de compétences, les synergies, en accueillant, dès 2021, des entreprises de toutes tailles (entre 50 et 80), mais pas seulement. « Lumen se voudra un lieu totem pour l'ensemble de la filière », souligne François Brunet, prochain délégué général du Cluster Lumière, évoquant un lieu à la fois dévolu au monde économique, à l'innovation et à la formation. Un lieu « ouvert aux contributeurs de la lumière du futur », appelé à inspirer des solutions et fait pour explorer, tester, exporter.Des espaces d'expérimentation seront notamment aménagés dans ce bâtiment de huit étages : laboratoire d'essai, laboratoire de caractérisation... Du matériel de pointe (de test, mesure) sera installé. « Un lieu totem pour l'ensemble de la filière » Le Cluster Lumière porte le projet avec le groupe Cardinal, qui construit le bâtiment et qui en assurera aussi la gestion. L'investissement se situe entre 22 et 23 millions d'euros. Conçu par les architectes de l'agence A + Samuel Delmas, avec l'agence de conception lumière Wonderfulight, le futur bâtiment intégrera par ailleurs un rooftop végétalisé à son dernier étage. Les espaces sont en cours de commercialisation. V. B. Illustration Karol BORKOWSKI Illustration Karol BORKOWSKI Photo d'illustration Progrès/Charly JURINE Photo d'illustration Progrès/Charly JURINE Un campus sans murs pour développer la formation Les applications liées à l'éclairage et à la lumière intelligente trouvent des déclinaisons dans de très nombreux secteurs ou produits. Consciente de cette dynamique, qui place la problématique de la formation au premier plan, la filière lumière a pris les devants, lançant dès 2017 son campus Lumière, en lien notamment avec l'Education nationale. L'idée est celle d'une formation qui se présente sous forme de modules, pouvant compléter certains cursus. Le réseau d'adhérents au campus Lumière compte une quinzaine d'établissements (lycées polyvalents Branly, Aragon-Picasso, La Martinière-Diderot ; lycées professionnels Flesselles, Garnier, INSA Lyon, Université Lyon 3 IAE, Université Lyon 1 IUT, etc.).Plusieurs filières sont visées : énergie/électrotechnique/Génie électrique, systèmes numériques/électronique/mécatronique, régie lumière/événementiel, design/architecture/urbanisme/technico-commercial... « Cela valorise les formations existantes », précise François Brunet, au nom du Cluster Lumière. Les formations concernées par les modules lumière vont du CAP au BAC pro en passant par le Bac techno, les BTS, DUT, la licence pro, le master, le parcours d'ingénieur... De nouveaux moyens espérés pour accélérer Il s'agit aujourd'hui d'aller plus loin. Le Cluster Lumière, qui porte le campus, s'est positionné sur le Plan d'Investissement d'Avenir (PIA) « campus des métiers et qualifications », qui permettrait d'obtenir des financements de la part de l'État, de collectivités territoriales et d'entreprises : « On est en train de finaliser ce dossier, on espère une labellisation avant 2020 », poursuit-il. Une labellisation qui activerait de nouveaux axes liés à la formation et répondrait à des usages et besoins croissants (en installateurs par exemple). Le PIA ouvrirait la porte à une enveloppe globale de 2,5 millions d'euros sur six ans. Et par là-même à une extension du dispositif campus Lumière. V. B. Photo Progrès/Jennifer MILLET Photo Progrès/Jennifer MILLET Lenoir Services crée des luminaires aux allures d'oeuvres d'art Impossible que les créations fabriquées par Lenoir Services laissent ceux qui les découvrent de marbre. Dans les locaux de la société situés à Villeurbanne, on ne fait pas des luminaires, on fait des oeuvres d'art. Lenoir Services est une branche de Lenoir Métallerie et a été créée il y a presque trente ans. Il y a deux ans, elle est rachetée par Visotec, le plus gros acteur européen de l'enseigne. Si le métier de base de Lenoir Services est l'enseigne et la signalétique, la société lyonnaise a su se spécialiser dans l'éclairage. Les équipes créent sur demande, d'après les idées de leurs clients (uniquement du B to B), des luminaires et des enseignes lumineuses sur mesure de l'unité jusqu'à la moyenne série. Des solutions lumineuses uniques D'ici sont sortis des luminaires en forme d'arbres ou des miroirs lumineux avec écran intégré pour des hôtels, des luminaires aux allures de livres pour la bibliothèque d'Oullins, les luminaires extérieurs de l'Hôtel-Dieu de Lyon, le fan walk du parc OL... Lenoir Services a aussi éclairé le centre commercial Cap 3 000 de Nice, celui de la Part-Dieu à Lyon ou encore le Carrousel du Louvre à Paris. Les solutions lumineuses fabriquées ici sont uniques. Lenoir Services réalise aujourd'hui un chiffre d'affaires de 13 millions d'euros, dont 15 % à l'export. Et les perspectives de développement sont grandes selon Philippe Lespagnol, directeur général : « Nous proposons des produits emblématiques pour un prix quasiment identique que sur la distribution standard car nous n'avons pas d'intermédiaire entre nous et notre client final. Il y a une vraie demande. » Jennifer MILLET Photo Progrès/Jennifer MILLET Photo Progrès/Jennifer MILLET Was Light fait tenir la lumière dans 1 mm d'épaisseur « Nous sommes le leader mondial de notre technologie. » Baptiste Bosser annonce la couleur. Sur le procédé utilisé par Was Light, que Baptiste Bosser a lui-même découvert il y a quelques années et décidé de développer, la société lyonnaise (Lyon 8e) n'a pas d'égal. Cette technologie unique et innovante permet d'illuminer et d'animer des adhésifs que l'on peut imaginer partout ou presque. Dans des vitrines, sur des voitures, sur des vêtements, en signalétique, sur des enseignes... La feuille électroluminescente fait moins de 1 millimètre d'épaisseur et consomme 2 à 3 fois moins que les LED, si bien que les possibilités sont sans limite. Was Light a ainsi illuminé les bus des joueurs de foot de l'OL et du PSG ou celui du président de la République, mais aussi le Rhônexpress, le temps de quelques semaines. Baptiste Bosser croyait tellement en cette technologie qu'il a quitté son emploi de directeur commercial pour lancer Was Light en 2014. Le développement de la technologie est fait sur place à Lyon, tout comme l'industrialisation de la production, lancée cette année. Si l'équipe était composée de 6 collaborateurs début 2019, ils sont aujourd'hui 15 et le chef d'entreprise espère maintenant conquérir le marché national et international d'ici 2 à 3 ans. J. M. RED apporte de la lumière aux plantes RED signifie Rouge Engineered Designs. Derrière l'acronyme se cache une start-up lyonnaise créée en 2018 par deux passionnés tout juste sortis de l'Insa de Lyon, qui se consacre à l'éclairage des plantes en serre avec pour but d'optimiser leur croissance tout en diminuant la consommation énergétique. Dans leur laboratoire, Louis Golaz et Yassine El Qomry, fondateurs de RED, testent et tentent de trouver la meilleure lumière en fonction des besoins des plantes et des attentes des producteurs. « Nous accompagnons les producteurs en amont, essayons d'optimiser l'éclairage des serres, et également tout au long de la saison de production », explique Louis Golaz, dont la famille est issue du milieu agricole. RED recrute Tomates, concombres, fraises, fleurs, RED développe petit à petit son expertise sur différentes plantations. « Nous proposons une nouvelle approche de l'éclairage horticole, il y a une vraie expertise derrière. Nos solutions qui se basent sur un éclairage contrôlable en couleur et en intensité en fonction des besoins des plantes, permettent une économie d'énergie de 60 % », poursuit le jeune patron de 25 ans. Le rendement supplémentaire pourrait atteindre 68 %. La start-up basée à Lyon 9e travaille aussi sur des solutions qui viendraient limiter l'utilisation de pesticides dans les serres en limitant, par la lumière, le développement de certaines pathologies. Encore en phase de levée de fonds, RED compte aujourd'hui 5 collaborateurs et recrute. Elle mise sur sa R & D pour convaincre et conquérir de nouveaux marchés. J. M. Éclairage public, éclairage architectural, éclairage horticole, éclairage indoor, éclairage pour les entreprises ou les particuliers, luminaires, éclairage intelligent... Pas un domaine n'échappe à Signify. Anciennement Philips Lighting (jusqu'à l'année dernière), Signify est le leader mondial de l'éclairage pour les professionnels, les particuliers et l'internet des objets. Présent dans plus de 70 pays, Signify compte un centre de recherche et développement à Miribel (Ain), à la frontière du Rhône. D'ici sont sorties les innovations d'hier et ici sont imaginées celles de demain. En 2014, Signify lance son système de géolocalisation en intérieur fonctionnant grâce aux ondes lumineuses, système utilisé par Carrefour. En 2017, Signify équipe le stade de l'Olympique Lyonnais d'un éclairage dynamique 100 % LED, une première en France. En 2018, l'entreprise est la première à adapter le li-fi, technologie qui permet une connexion à internet grâce à la lumière, sur des luminaires de bureau. Les exemples ne manquent pas et seront encore à coup sûr nombreux : le groupe consacre 4,8 % de son chiffre d'affaires, qui s'élevait à 6,4 milliards d'euros en 2018, à la recherche et développement. « Nous sommes les plus grands joueurs du monde dans notre domaine et notre objectif est de toujours donner une valeur ajoutée à nos produits. Nous ne faisons pas que de la lumière », explique Jaap Stegeman, directeur du site de Miribel que l'on nomme selon les dires de son directeur "Compétence Center". À quelques kilomètres de cela, dans la commune de Bressolles, Signify peut se vanter de posséder un "showroom" unique au monde, où l'entreprise peut proposer des démonstrations des solutions d'applications d'éclairage extérieur. Jennifer MILLET Photo Progrès/Jennifer MILLET Photo Progrès/Jennifer MILLET Photo Progrès/Jennifer MILLET Photo Progrès/Jennifer MILLET Photo d'archives Progrès/Marie-Christine PARRA Photo d'archives Progrès/Marie-Christine PARRA Brochier Technologies tisse la fibre optique L'histoire de Brochier Technologies est née d'une robe de mariée il y a vingt ans. En 1999, un créateur de mode demande à la société lyonnaise déjà centenaire Brochier Soieries, de créer une robe de mariée lumineuse. L'essai est transformé, les idées et les projets fusent. En 2007, l'entité Brochier Technologies est créée. Elle développera des tissus techniques lumineux en fibres optiques dont les différentes utilités ne cessent de s'agrandir. « L'intérêt industriel de notre technologie étant prouvé, nous avons créé en 2014, une structure dédiée aux applications médicales de la technologie », raconte Julien Morange, directeur industriel de Brochier Technologies. La société a ainsi créé, entre autres, une turbulette lumineuse à fonction thérapeutique (photothérapie à fibres optiques) dans le traitement de la jaunisse du nourrisson. Et c'est loin d'être la seule innovation de la société lyonnaise dirigée par Cédric Brochier. « Nous avons une vingtaine de brevets déposés et nous essayons d'en déposer régulièrement. Nous consacrons beaucoup de moyens à la R & D », continue Julien Morange. Le textile est le support d'une technologie complexe utilisée aujourd'hui dans le domaine du médical donc mais aussi de l'automobile, de l'aéronautique, de la sécurité, de la communication ou encore de l'architecture. Brochier Technologies (chiffre d'affaires non communiqué) est en mesure de répondre à de nombreuses problématiques et fonctionne uniquement en B to B. Le développement de l'entreprise passera, selon son directeur industriel, par le développement de nouvelles technologies et de nouveaux marchés. J. M. Citylone rend l'éclairage public intelligent Créée en 2008, l'entreprise Citylone, située à Brindas et dirigée par Bernard Delhomme, est spécialiste de la gestion de l'éclairage extérieur public. Aujourd'hui, elle ne compte pas moins de 1 500 sites en France et en Europe à son actif, dont 80 à Lyon. Lyon est d'ailleurs la seule ville avec laquelle la société traite en direct, préférant opérer en B to B. Consciente des enjeux d'aujourd'hui, Citylone est capable de répondre à de nombreuses problématiques sur l'environnement, la sécurité, la connectivité... L'éclairage public se veut ici intelligent. Il détecte les passants et éclaire sur commande, il change d'intensité au cours de la nuit, il est équipé de capteurs pouvant calculer la pollution ou le niveau de bruit... C'est à Citylone que l'on doit la télégestion de l'éclairage du parc de la Tête-d'Or à Lyon ou des installations de télégestion et détection du quartier de Montchat (Lyon 3e). La société, qui réalise un chiffre d'affaires de 2 millions d'euros, consacre 10 % de celui-ci à la R & D. Citylone espère conquérir de nouveaux marchés hors des frontières françaises. Si actuellement 10 % de son CA est réalisé à l'export, elle souhaite voir rapidement monter ce taux à 30 ou 40 %. Jennifer MILLET
  • Forum Régional Industrie : l'automobile et le médical, filières prioritaires pour les patrons et salariés
    3 décembre 2019
    Le Forum Régional Industrie se déroulait mardi à l'Hôtel de Région de Lyon. L'occasion pour les représentants de dix syndicats de salariés et de patrons de discuter de la transition industrielle. L'objectif était aussi de sortir des propositions concrètes pour aider l'industrie d'Auvergne-Rhône-Alpes à se développer. Les filières automobile et médicale ont été définies comme prioritaires par les différents acteurs de l'événement. L'alliance est inhabituelle. Mais elle se fait dans un intérêt supérieur : celui de l'industrie du territoire d'Auvergne-Rhône-Alpes. Lors du Forum Régional Industrie mardi, à l'Hôtel de Région de Lyon, CGT, CFDT, Medef ou encore CPME avaient rendez-vous après dix mois de travail.Une période durant laquelle ces syndicats habituellement opposés dans le dialogue social ont travaillé main dans la main. L'objectif : réussir la transition industrielle dans la région."C'est assez novateur que les organisations syndicales des salariés et du patronat travaillent ensemble pour organiser une initiative", explique Agnès Naton, secrétaire générale de la CGT Auvergne-Rhône-Alpes."Cela permet de favoriser la parole des acteurs du travail et des experts afin qu'ils nous disent à partir de leur réalité quelles sont leurs priorités", ajoute-t-elle.Des ateliers pour dégager des pistes de réflexionAprès une matinée de conférences et de tables rondes, quatre groupes de travail mélangeant des membres de chaque syndicat ont planché sur des ateliers thématiques.Au programme, le territoire, le dialogue social, l'anticipation et la filière. Les travaux ont ensuite été restitués dans la salle du conseil de l'Hôtel de Région lyonnais.Les groupes ont mis en avant des propositions pour développer l'industrie. "Définir et faire reconnaître politiquement le concept de filière", "créer du dialogue entre les entreprises mères et les sous-traitants" ou encore "favoriser l'économie circulaire et les circuits courts."Des idées et des questionnements qui ont trouvé écho aussi bien aux oreilles du Medef que de la CGT. Les différents représentants de ces syndicats ont ensuite débattu sur ces sujets.L'automobile et le médical, priorités du Forum Régional IndustriePour ce qui est des propositions réellement concrètes, il faudra néanmoins encore attendre. "Nous allons poursuivre l'aventure ensemble afin de concrétiser d'avantage", concède Agnès Naton.Premièrement, cette alliance entre syndicats patronaux et salariés va se concentrer sur deux filières : l'automobile et le médical."Nous avons choisi de n'en cibler que deux pour favoriser l'expression et l'expertise des acteurs du travail", précise Agnès Naton. Avec près de 60 000 emplois menacés, la filière automobile est aujourd'hui en danger sur le territoire."Nous souhaitons regarder comment on peut appréhender au mieux cette situation pour faire évoluer les métiers et les entreprises", poursuit-elle.Concernant la filière médicale, l'accompagnement autour de l'imagerie d'avenir semble en revanche mieux défini. "Il s'agit de regarder ensemble l'évolution technologique et numérique", conclut ainsi Agnès Naton.Parmi les autres filières intéressantes, Agnès Naton souhaiterait mettre l'accent sur le textile. Une filière qui "renaît de ses cendres et se développe énormément dans l'excellence" selon elle mais où "il n'y a pas d'emploi".La syndicaliste espère ainsi la création de filières de formation pour dynamiser le secteur.
Toutes les actualités |RSSS'abonner
Vous souhaitez gérer votre compte Via Compétences ? Soumettre une actualité ? Référencer une formation ? Une offre découverte métiers via Initiatives ? Connectez-vous à :
Mon compte
SITE ORIENTATION
AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

VISITER LE SITE GRAND PUBLIC