Accès direct au contenu | Accès direct au menu

Mot de passe oublié ?

Créer un compte

+
VISITER LE SITE GRAND PUBLIC
SITE ORIENTATION
AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi

+

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi


Vous êtes ici : Site Professionnel > Orientation et Parcours > Accompagnement des parcours > Le virage du numérique

Prendre le virage du numérique

Nous échangeons et nous informons quotidiennement via Internet avec nos smartphones, ordinateurs ou autres objets connectés. La digitalisation est incontournable mais comment se repérer au milieu de ce foisonnement de ressources numériques, comment accompagner les publics en utilisant des outils adaptés ?

Cette page vous permettra de comprendre les usages et pratiques du numérique en orientation. Si vous avez des questions ou souhaitez partager des expériences, nous vous proposerons dans les mois à venir un réseau professionnel dédié à cette thématique.

Liste des outils

-

En fonction de votre profil réservé, mesuré et ultra enthousiaste nous vous proposons différents outils pour accompagner le public et améliorer votre pratique. Les outils sont gratuits :
  • Les usuels
  • Les innovants

Les outils numériques nécessitent un temps d'appropriation en amont de l'accueil du public. Une prise en main préalable et une familiarisation avec la ressource est vivement recommandée.

 LES USUELS

 Outils

 Catégorie

Résumé et avantages

    Centres d'intérêts professionnels Pour quel métier suis-je fais ? Un test pour mieux se connaître. En 24 questions, déterminer son profil et explorez les métiers qui nous correspondent le plus.
Durée moyenne estimée pour répondre aux questions : 15 minutes
Avantages : Facilité d'utilisation. Questions simples. Explications claires des différents profils
         Personnalité / Valeurs d'entreprise Test Monkey Tie : À partir de la théorie du Big Five en psychologie, ce test permet d'identifier les traits dominants de personnalité. Interviennent également dans le résultat les valeurs / motivations au sein de l'entreprise.
Avantages : Définition proposée des adjectifs (évite les mauvaises interprétations). Permet de se questionner sur sa personnalité et ses valeurs de l'entreprise.
  Centres d'intérêts professionnels Quels métiers s'offrent à vous ?  Identifier les centres d’intérêts professionnels dominants en lien avec son profil. Questionnaire en trois parties à remplir. 
Avantages : Facilité d'utilisation. Résultats explicites. Lien vers page métier
  Compétences professionnelles IDMétiers AFPA : Questionnaire en ligne qui permet d'identifier des compétences transversales : comportements, savoirs professionnels et savoir-faire
Avantages : Permet de s'approprier des compétences professionnelles et de se positionner.
  Connaissance des métiers ONISEP TV : Site internet qui présente plus de 2035 vidéos disponibles sur les métiers de divers horizons professionnels. 
Avantages : Classement par secteur d'activité et centres d'intérêts professionnels. Vidéos ajoutées mensuellement.
  Projet professionnel ONISEP : Page du site de l'ONISEP présentant un panel de questions permettant d'ancrer une réflexion sur la construction de son projet professionnel.
Avantages : Questions pertinentes pour engager la réflexion du bénéficiaire.

  LES INNOVANTS

Outils

 Catégorie

Résumé et avantages

Centres d'intérêts / Compétences / Marché du travail MOOC Construire son projet professionnel  : Identifier un ou plusieurs métiers, qui tiennent compte de vos compétences, de vos intérêts, ainsi que du marché du travail
Avantages : Différentes phases complètes permettant l'identification du projet professionnel. Témoignages, quizz, éléments théoriques et activités. Homework
  Centres d'intérêts / Compétences / Marché du travail MOOC Faire l'inventaire de ses compétences : Acquérir une définition complète de la notion de compétences et identifier les compétences professionnelles, qualités par le biais de divers outils (e-portfolio, template…)
Avantages : Facilité d'utilisation. Apporte des outils complémentaires au conseiller. Outils téléchargeables.
Connaissance des métiers Serious game métiers : Site en lien avec le CRIJ de la Nouvelle Aquitaine qui recense des serious games selon différents secteurs d'activité : bâtiment, services d'aide à la personne, restauration, communication, sport, informatique, spectacle…
Avantages : S'imprégner dans l'univers virtuel du métier. Plusieurs secteurs d'activités disponibles. Ludique. Facile d'utilisation.
Projet professionnel MOOC Construire son projet professionnel : Ce MOOC propose six cours pour concrétiser un projet professionnel.
Avantages : Compétences, motivations, informations sur les métiers et marché de l'emploi. Documents téléchargeables.
Personnalité Nouvelle vie pro : Test gratuit sur la personnalité.
Avantages : Description exhaustive sur les points forts / axes d'amélioration. Regard du coach. Proposition d'exercices-séances coaching. Envoi du rapport de personnalité.

Veille

 
  • La gamification dans la formation professionnelle. La Revue by TIPS
    19 mars 2020
    ©2018 TIPS n' LEARN | Tous droits réservésTIPS n' LEARN 9 Chemin des bouillants 77700 CHESSYSIRET : 828.682.021.00013 | Mentions-Régals | CGV
  • Notre cerveau peut-il encore apprendre ?  Madyness
    19 mars 2020
    Comment recréer une culture de l'apprentissage à l'heure où nos capacités d'attention semblent décliner ? C'est la « révolution neurologique » , plus que technologique que l'on clame en ce moment un peu partout sur les réseaux sociaux. Ce concept veut incarner le rapprochement entre l'éducation et les sciences cognitives, initié par le Conseil Scientifique de l'Éducation Nationale en 2018. Depuis, les expérimentations de neurosciences dans les écoles et entreprises se sont multipliées. Alors quand tout va toujours plus vite, et que la question de l'influence du numérique fait parler d'elle, les outils d'apprentissage aujourd'hui sont-ils toujours efficaces pour préparer la future génération ? Pour parvenir à se projeter, à l'école comme en entreprise, il faut d'abord arriver à décrypter les informations que le cerveau « scanne »  afin d'optimiser la formation dans les prochaines années. Le cerveau est-il devenu fainéant ?  Des psychologues des universités d'Harvard, de Columbia et du Wisconsin ont démontré qu'internet changeait notre façon d'utiliser notre mémoire et était devenu « une sorte de mémoire externe ou transactive » . Les sujets de leur étude montraient des taux de mémorisation plus bas lorsqu'ils pensaient pouvoir accéder aux informations en ligne. A contrario, ils développaient une meilleure mémorisation de l'endroit où trouver ces informations. Cela ne veut pas dire que notre cerveau n'a plus les capacités nécessaires pour mémoriser, mais simplement que nous ne les utilisons plus. Toutefois, le rôle de la mémoire sur le cerveau ne doit pas être sous-estimé. Une étude réalisée au sein de l'armée suédoise a mis en évidence une augmentation du volume de différentes parties du cerveau chez les recrues qui apprennent une langue étrangère. Preuve, s'il en fallait, de l'intérêt d'entraîner régulièrement sa mémoire. Le cerveau face à l'automatisation Tout le monde nous dit que l'on est aux commandes de notre vie. Pourtant, notre expérience personnelle nous dit le contraire et les incertitudes politiques, sociales et économiques sont sources d'insécurité. Une inquiétude qui n'est pas infondée lorsque l'on constate que 62% des dirigeants/managers estiment qu'ils devront requalifier ou remplacer plus d'un quart de leur personnel d'ici 2030 en raison de la tendance à l'automatisation et à la digitalisation. Alors comment les collaborateurs peuvent-ils reprendre le contrôle dans cette ère incertaine ? Le cerveau... toujours plus agile, flexible et ouvert Si tout change dans cinq ans, comment savoir de quelles compétences on aura besoin à ce moment-là ? Pour parvenir à se projeter, regardons déjà les produits et entreprises qui ont vraiment changé la donne au cours des vingt-cinq dernières années, tels qu'Amazon, Google ou Facebook. Ou même les métiers qui ont vu le jour grâce à des innovations : développeurs d'applis, concepteurs UX, data scientists... Si les évolutions de ces dernières années ont donné lieu à toutes ces avancées, quelles seront pour les travailleurs les conséquences des changements encore plus rapides liés à l'arrivée de l'IA, de l'informatique quantique, de l'IoT ? Google, IBM et une poignée de startups sont déjà dans la course à la création de la prochaine génération d'ordinateurs quantiques. Et une étude menée par le Boston Consulting Group indique que 83% des personnes interrogées considèrent l'IA comme une priorité stratégique. Geoffroy de Lestrange est Product Marketing et Communications Director EMEA à Cornersone OnDemand Repéré depuis https://www-maddyness-com.cdn.ampproject.org/c/s/www.maddyness.com/2020/03/07/notre-cerveau-peut-il-encore-apprendre/
  • PANORAMA DES OUTILS NUMÉRIQUES AU SERVICE DES APPRENTISSAGES  AC Aix
    19 mars 2020
    Vous pouvez télécharger un document proposant des outils numériques au service des apprentissages, organisés selon différents usages, élaboré par la Délégation académique au numérique éducatif de l'académie d'Aix-Marseille, en collaboration avec la chargée de mission "scolarisation des élèves à besoins éducatifs particuliers". La liste de ces services est non exhaustive et n'engage que ses auteurs. Dans le cadre du RGPD (Réglement général sur la protection des données) certains éditeurs se sont déjà mis en conformité. Nous vous rappelons  que  ces  outils, destinés à des enfants, demandent une vigilance permanente. En cas de doute, pensez à consulter les conditions générales de chaque site. Panorama des outils numériques au service des apprentissages Publish at Calameo   Repéré depuis https://www.pedagogie.ac-aix-marseille.fr/jcms/c_10637631/fr/panorama-des-outils-numeriques-au-service-des-apprentissages
  • Sydologie lance edkit, plateforme pour la continuité pédagogique
    19 mars 2020
    L'ensemble des enseignant(e)s ont désormais la tâche de maintenir une continuité pédagogique via de l'enseignement à distance. Des outils ont déjà été mis à disposition pas le ministère de l'Éducation nationale, notamment grâce au Centre National d'Enseignement à Distance et à sa plateforme « Ma classe à la maison » : elle propose des parcours pédagogiques dans différentes matières, sur la base de contenus portant sur les programmes des 2 premiers trimestres. edkit est une plateforme qui permet de découvrir : · les principes de l'enseignement à distance et une liste de bonnes pratiques pour réussir sa mise en place · des outils gratuits pour concevoir des fiches, des schémas, des présentations animées, des vidéos et d'autres supports permettant de transmettre du contenu, mais aussi des activités pour rendre les élèves actifs et les évaluer · des médias proposant des contenus de qualité clé en main, disponibles sur internet, à exploiter avec les élèves (chaînes Youtube, podcasts, applications, plateformes multimédias de révision, etc.). Nous remercions l'ensemble des acteurs de l'apprentissage numérique qui nous accompagnent et invitons tous ceux qui souhaitent nous rejoindre à nous contacter. Tous ensemble, aidons les enseignant(e)s à assurer la continuité pédagogique ! Venez découvrir notre plateforme edkit en cliquant ici Repéré depuis http://sydologie.com/2020/03/sydologie-lance-edkit-plateforme-pour-la-continuite-pedagogique/
  • [Newsletter 224] La formation à distance : bien plus qu'une alternative
    19 mars 2020
    Bien avant de s'appeler Digital Learning, la formation a exploré des formes alternatives à la formation en salle. Le Général de Gaulle lui-même a été préparé aux concours militaires par les cours à distance de la Revue d'Études. L'actualité nous force à réexaminer avec attention la formation à distance, souvent mise en opposition à la formation dite « traditionnelle », et si la formation à distance devenait le nouveau standard ?   En complément du présentiel Utiliser la formation à distance en complément de la formation en salle est la pente la plus naturelle : placer des activités distancielles avant et/ou après des activités présentielles pour enrichir le parcours de tout ce qui ne peut pas être fait en salle a longtemps été les fondamentaux des parcours blended. Cet enchaînement de modalités a permis de répondre au besoin de réduire le temps mobilisé en formation. Comme si le temps passé à distance comptait moins, voire pas du tout. Cette vision de la formation à deux vitesses n'est d'ailleurs pas complètement fausse puisqu'à la grande époque du « e-learning », les taux de fréquentation étaient dramatiquement bas. Et puis le temps des mascottes, de l'omniprésent bouton « suivant » (qui rythmait avec grande efficacité la monotonie des modules de formation à distance), des quiz lapidaires et piégeux a heureusement fini par passer (quoique...). Fort heureusement les bilans des déceptions générées par les premières expériences du e-learning ont permis de faire monter de façon importante la qualité pédagogique, esthétique, ergonomique des modules de formation à distance. Ils sont devenus pertinents, captivants, plaisants. Les compétences et les outils ont eux aussi progressé, et il ne viendrait plus à l'idée de personne de confondre slides PowerPoint et formation hein ?   En substitution du présentiel Aujourd'hui, la qualité pédagogique et l'attractivité des modules de formation à distance rivalisent voire dépassent certaines expériences de formation en salle. À tel point que la majorité des acteurs historiques ont comme priorité de « moderniser » leurs activités en salle. Le succès des solutions comme Klaxoon, Kahoot, Wooclap, Beekast, sont là pour le démontrer. Le principal reproche fait aux formations à distance était le manque de contacts humains, d'échanges avec les formateurs, les experts et ses pairs. Cette faiblesse majeure est en train de tomber. Ceux qui ont suivi un (bon) Mooc le savent bien, la richesse des échanges avec les autres participants, le soutien des tuteurs et les échanges réguliers avec les experts que ce soit en asynchrone par message ou synchrone en classe virtuelle sont parfois plus riches que ceux possibles avec le formateur en salle. Le dernier atout (et certainement le plus fort) que peut brandir la formation à distance est la possibilité de décomposer le parcours en grains courts et les répartir dans le temps. La formation en salle contrainte de concentrer à l'extrême le parcours sur plusieurs jours n'en est pas capable. L'élève est-il en train de dépasser le maître ? Si le présentiel n'avait plus comme atout majeur d'avoir la possibilité d'échapper pendant quelques jours au quotidien de son poste de travail, aurait-il encore la préférence des formés ?   Le nouveau standard ? Le contexte sanitaire actuel qui nous demande de rester sédentaire et confiné nous contraint à trouver toutes les alternatives possibles aux activités où nous devons être regroupés physiquement. Cette obligation de repenser nos façons de travailler, d'échanger, de se former est un accélérateur d'adoption des dispositifs permettant de collaborer à distance dont nous nous serions bien passés, mais qui a pour avantage de nous les faire découvrir. Nous avons une aversion pour les sacrifices (même les plus petits) et nous préférerions pouvoir continuer à « aller » en formation, se rendre sur des salons, à serrer des mains et blaguer autour de la machine à café. Il va falloir apprendre à faire autrement pendant quelque temps. Les acteurs du Digital Learning offrent la possibilité d'expérimenter les nouveaux territoires de formation : XOS : 7 webinars exclusifs pour rester informé sur le digital learning Sydo : EdKit une initiative des acteurs de la pédagogie digitale pour aider les enseignants à maintenir une continuité pédagogique My-Serious-Game : le Live Show, deux jours de direct Wooclap : Apprendre à enseigner à distance en live EdTech France : mettre des solutions au service de la continuité pédagogique NeuroLearning Day : du 30/3 au 3/4, une semaine de formation en ligne dédiée aux Neurosciences et Management, Développement personnel, formation, coaching Prendre une contrainte comme une opportunité, c'est ce qu'il va falloir faire. La formation à distance ne peut que sortir grandie de cette période difficile, et qui sait, peut-être devenir le nouveau standard.   « Travaillez, prenez de la peine : C'est le fonds qui manque le moins » Jean de LA FONTAINE.
  • La bataille de l'apprentissage 2.0 : les tutos font la nique aux MOOC
    16 mars 2020
    Dans son salon perché au premier étage, avec vue sur la mer, Steven Huitorel, un prof d'anglais de 38 ans installé à Morieux, près de Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor), déploie son attirail pour tourner sa prochaine leçon d'anglais sur YouTube. Appareil photo numérique posé sur pied, écran d'ordinateur, micro-cravate, réflecteur : en moins de dix minutes, tout est en place. « Hello my friends bonjour mes amis », lance l'enseignant d'un ton enjoué devant l'étagère en bois pleine de livres qui lui sert de décor. « Welcome to a new lesson bienvenue à cette nouvelle leçon ». Au menu du jour : apprendre à donner son opinion. Au total, 138 vidéos didactiques sont ainsi disponibles gratuitement sur sa chaîne Les tutos de Huito. La plus populaire Comprendre tous les temps en anglais en quinze minutes enregistre 962 000 vues. Une audience digne d'une émission télé qui témoigne de la place qu'ont pris les tutoriels dans notre quotidien. Satisfaction immédiate Fini le temps où l'on devait s'attacher les services d'un professionnel ou se coltiner des pages et des pages de modes d'emploi indigestes pour savoir comment nettoyer son lave-vaisselle, monter un meuble de salle de bains en kit ou faire une queue-de-cheval twistée. Aujourd'hui, on se rue sur les tutos vidéo plus ou moins bien faits, mis en ligne par M. et Mme Tout-le-monde. C'est particulièrement vrai des jeunes générations qui « sont dans une approche du savoir de l'ordre du process et de la satisfaction immédiate », constate Sophie Pène, professeure en sciences de l'information et de la communication à l'université Paris-Descartes. « Quand ils sont confrontés à un problème, ils ne cherchent pas à en comprendre les causes ni les conséquences mais à savoir comment faire pour le résoudre. » Article réservé à nos abonnés Lire aussi Enseignement en ligne : les 1001 secrets d'un MOOC qui cartonne Leur première alliée dans les moments d'apprentissage ? YouTube, qui réunit plus de 2 milliards d'utilisateurs mensuels dans le monde dont 39 millions en France, âgés, pour 29 % d'entre eux, de 18 à 34 ans. « Ces dernières années, les contenus pédagogiques marchent très bien, que ce soit dans les matières classiques de l'enseignement scolaire ou dans la beauté, la cuisine, le bricolage ou la musique », assure Charles Savreux, le porte-parole de YouTube France. C'est ce que confirme une étude menée en mai 2018 par BVA pour SOxH factory : 75 % des Français se disent d'abord intéressés par les vidéos qui leur permettent de s'instruire ; 21 % regardent d'ailleurs souvent des vidéos sur des sujets d'enseignement ou de culture générale ; 20 % des tutoriels sur des produits, des services et des conseils pratiques.
  • Les oubliés du numérique attendent toujours leur tour
    11 février 2020
    « Tout le monde pense que le numérique permet de sauver le monde mais ce n'est pas le cas en réalité », annonce Frédéric Bardeau sur la scène de la Maddy Keynote 2020. Fondateur de Limite, une agence de communication responsable et de Simplon, une école de code gratuite destinée aux personnes sans diplôme, l'entrepreneur a toujours eu à coeur d'utiliser le numérique à bon escient. Au point de faire un parallèle entre les obligations du numérique et le serment d'Hippocrate, à l'origine de l'éthique médicale.Le numérique, une zone d'exclusion plutôt que d'inclusionMais de l'autre côté de l'écran, la réalité est bien moins brillante qu'espérée et les nouvelles technologies ont "un effet délétère sur la société et la planète". À commencer par le manque d'homogénéité dans le secteur. "Entre les nerds et les geeks, il reste peu d'espace pour les autres", reconnaît Frédéric Bardeau. En effet, malgré la croissance du nombre de femmes qui se tournent vers la tech, la proportion d'hommes reste bien majoritaire. Et dans certains métiers, c'est la disparité existante entre les territoires qui est marquante, comme en témoigne la carte des développeurs en France en 2019 où la concentration s'opère dans les grandes métropoles, particulièrement autour de Paris, laissant encore une fois les territoires les plus fragiles hors de ce champ de compétences. Que faire, enfin, des 18 millions de personnes qui "souffrent d'illettrisme numérique faute d'un accès quotidien" à des technologies qui régissent désormais nos vies ? Parce que la société suit l'évolution technologique et numérique, l'exclusion des populations fragiles de la couverture ADSL et de l'accès à la formation participe à la fracture technologique. À terme, cela signifiera que de nombreuses personnes ne pourront tout simplement plus accéder à l'emploi. Cerise sur le gâteau, en citant Marc Andreessen "software is eating the world" (Le software mange le monde) Frédéric Bardeau souhaite rappeler que le numérique est présent partout, influençant chaque partie de notre vie. De notre façon de socialiser... jusqu'à notre démocratie. Pourtant cela n'a pas l'air d'être la question préoccupant le plus la majorité. En effet, si certains Français ont déjà pris conscience des effets néfastes du numérique, ce n'est pas le cas de tous. Le numérique doit poursuivre sa mueSi le fondateur de Simplon a d'abord dépeint les difficultés engendrées par le numérique, tout espoir n'est pourtant pas perdu à condition que le secteur accepte d'évoluer. Pour réussir, Frédéric Bardeau explore deux voies : la formation et l'environnement. Le numérique pour tous nécessite en effet d'inclure davantage de diversité. C'est la raison pour laquelle il a créé Simplon il y a maintenant près de 6 ans. Catalogué de fou à ses débuts, il a pourtant prouvé que le modèle fonctionne en réussissant à former plus de 6 000 personnes dans le monde.Mais malgré le temps passé, et beaucoup d'évangélisation, il reconnaît encore que le numérique manque de femmes. Dans une interview réalisée pour un article intitulé, l'ascension aux multiples plafonds de verre des femmes dans la tech, il avouait que l'esprit de compétition masculin pouvait engendrer un sentiment d'illégitimité chez les femmes. Dans cette optique, il a imaginé une offre de formation 100% féminine. Ce besoin d'inclusion et de diversité se retrouve dans tous les pans du numérique. "Avec Microsoft, nous travaillons sur ce sujet" reconnaît Frédéric Bardeau. L'ensemble de ces actions doivent également « être soutenues par le Gouvernement », insiste-t-il. Si ce dernier a mis en place les chèques Aptic permettant aux populations précaires de se former aux nouvelles technologies, peu de personnes sont pour le moment au courant de la disponibilité de ces chèques ou connaissent leurs droits à la formation."Il y a beaucoup de bénévoles qui sont prêts à donner de leur temps pour former d'autres personnes, chacun peut participer à ce processus. Chacun d'entre nous peut s'engager », conclut Frédéric Bardeau.  
Toute la veille |RSSS'abonner

Pour aller plus loin

2 modules de formation gratuits, en ligne d'une durée de 45 min pour vous initier à la culture numérique :
Partie 1 sur les réseaux sociaux et l’identité numérique
Partie 2 sur les différents formats de formation et les outils collaboratifs.
Vous souhaitez gérer votre compte Via Compétences ? Soumettre une actualité ? Référencer une formation ? Une offre découverte métiers via Initiatives ? Connectez-vous à :
Votre compte
SITE ORIENTATION
AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

VISITER LE SITE GRAND PUBLIC