Accès direct au contenu | Accès direct au menu

Mot de passe oublié ?

Créer un compte

+
VISITER LE SITE GRAND PUBLIC
SITE ORIENTATION
AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi

+

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi


Vous êtes ici : Site Professionnel > Orientation et Parcours > Accompagnement des parcours > Le virage du numérique

Prendre le virage du numérique

Nous échangeons et nous informons quotidiennement via Internet avec nos smartphones, ordinateurs ou autres objets connectés. La digitalisation est incontournable mais comment se repérer au milieu de ce foisonnement de ressources numériques, comment accompagner les publics en utilisant des outils adaptés ?

Cette page vous permettra de comprendre les usages et pratiques du numérique en orientation. Si vous avez des questions ou souhaitez partager des expériences, nous vous proposerons dans les mois à venir un réseau professionnel dédié à cette thématique.

Liste des outils

-

En fonction de votre profil réservé, mesuré et ultra enthousiaste nous vous proposons différents outils pour accompagner le public et améliorer votre pratique. Les outils sont gratuits :
  • Les usuels
  • Les innovants

Les outils numériques nécessitent un temps d'appropriation en amont de l'accueil du public. Une prise en main préalable et une familiarisation avec la ressource est vivement recommandée.

 LES USUELS

 Outils

 Catégorie

Résumé et avantages

    Centres d'intérêts professionnels Pour quel métier suis-je fais ? Un test pour mieux se connaître. En 24 questions, déterminer son profil et explorez les métiers qui nous correspondent le plus.
Durée moyenne estimée pour répondre aux questions : 15 minutes
Avantages : Facilité d'utilisation. Questions simples. Explications claires des différents profils
         Personnalité / Valeurs d'entreprise Test Monkey Tie : À partir de la théorie du Big Five en psychologie, ce test permet d'identifier les traits dominants de personnalité. Interviennent également dans le résultat les valeurs / motivations au sein de l'entreprise.
Avantages : Définition proposée des adjectifs (évite les mauvaises interprétations). Permet de se questionner sur sa personnalité et ses valeurs de l'entreprise.
  Centres d'intérêts professionnels Quels métiers s'offrent à vous ?  Identifier les centres d’intérêts professionnels dominants en lien avec son profil. Questionnaire en trois parties à remplir. 
Avantages : Facilité d'utilisation. Résultats explicites. Lien vers page métier
  Compétences professionnelles IDMétiers AFPA : Questionnaire en ligne qui permet d'identifier des compétences transversales : comportements, savoirs professionnels et savoir-faire
Avantages : Permet de s'approprier des compétences professionnelles et de se positionner.
  Connaissance des métiers ONISEP TV : Site internet qui présente plus de 2035 vidéos disponibles sur les métiers de divers horizons professionnels. 
Avantages : Classement par secteur d'activité et centres d'intérêts professionnels. Vidéos ajoutées mensuellement.
  Projet professionnel ONISEP : Page du site de l'ONISEP présentant un panel de questions permettant d'ancrer une réflexion sur la construction de son projet professionnel.
Avantages : Questions pertinentes pour engager la réflexion du bénéficiaire.

  LES INNOVANTS

Outils

 Catégorie

Résumé et avantages

Centres d'intérêts / Compétences / Marché du travail MOOC Construire son projet professionnel  : Identifier un ou plusieurs métiers, qui tiennent compte de vos compétences, de vos intérêts, ainsi que du marché du travail
Avantages : Différentes phases complètes permettant l'identification du projet professionnel. Témoignages, quizz, éléments théoriques et activités. Homework
  Centres d'intérêts / Compétences / Marché du travail MOOC Faire l'inventaire de ses compétences : Acquérir une définition complète de la notion de compétences et identifier les compétences professionnelles, qualités par le biais de divers outils (e-portfolio, template…)
Avantages : Facilité d'utilisation. Apporte des outils complémentaires au conseiller. Outils téléchargeables.
Connaissance des métiers Serious game métiers : Site en lien avec le CRIJ de la Nouvelle Aquitaine qui recense des serious games selon différents secteurs d'activité : bâtiment, services d'aide à la personne, restauration, communication, sport, informatique, spectacle…
Avantages : S'imprégner dans l'univers virtuel du métier. Plusieurs secteurs d'activités disponibles. Ludique. Facile d'utilisation.
Projet professionnel MOOC Construire son projet professionnel : Ce MOOC propose six cours pour concrétiser un projet professionnel.
Avantages : Compétences, motivations, informations sur les métiers et marché de l'emploi. Documents téléchargeables.
Personnalité Nouvelle vie pro : Test gratuit sur la personnalité.
Avantages : Description exhaustive sur les points forts / axes d'amélioration. Regard du coach. Proposition d'exercices-séances coaching. Envoi du rapport de personnalité.

Veille

 
  • Seniors : la mairie veut réduire la fracture numérique
    12 avril 2021
    Facteur aggravant de l'isolement, le manque d'aisance avec le numérique pénalise de nombreux seniors. La mairie du 6e  a relancé le "Pass partage ...
  • Comment Emmaüs Connect lutte contre l'exclusion numérique aggravée par le Covid
    7 avril 2021
    Alors que la crise du coronavirus accentue la fracture numérique en France, Emmaüs Connect s'est donné pour mission de lutter contre l'exclusion numérique en permettant permettant à des personnes peu fortunées de s'équiper. Quelque 8 millions de Français n'ont en effet ni ordinateur, ni smartphone. 
  • Evaluer les compétences numérique
    6 avril 2021
    Depuis des mois , le terme « illectronisme  » est sur toutes les lèvres pour désigner les Français qui n'ont aucune compétence numérique.  Ainsi pour ne plus être en situation « d'illectronisme« , un citoyen doit acquérir un certain nombre de compétences numériques. Mais de quelles compétences parle t-on exactement ? Quel est le niveau de compétence à [...]
  • Plus de 700 postes de conseillers numériques actés pour 25 territoires
    1 avril 2021
    "Ce sont déjà plus de 700 postes qui ont été actés pour 25 territoires partout en France et autant de conseillers en train d'être progressivement recrutés", s'est félicité Cédric 0 qui était aux côtés d'Olivia Grégoire, secrétaire d'Etat chargée de l'économie sociale et solidaire, mercredi 24 mars 2021 lors d'une présentation à la presse des avancées dans le déploiement des 4.000 conseillers numériques. C'est donc une première étape concrète qui vient d'être franchie dans la mise en oeuvre du plan devant aider les Français les plus éloignés à devenir autonomes avec les outils numériques utiles au quotidien. Trois acteurs privés - Groupe SOS, Emmaüs Connect et la Croix-Rouge Française - ont annoncé recruter 285 conseillers numériques France services dans leurs structures. "Y compris dans des zones reculées" Pour chaque acteur, l'accord préalable de principe réserve 100 conseillers pour le Groupe SOS (soit une enveloppe de 4 millions d'euros), 60 pour Emmaüs Connect (2,4 millions d'euros) et 125 pour la Croix-Rouge Française (5 millions d'euros). Les projets d'accueil de ces conseillers doivent être finalisés dans les deux mois, "en étroite collaboration avec les collectivités territoriales et les préfectures des départements concernés", précise le communiqué du gouvernement (notre article du 16 février 2021). "Ces professionnels de l'accompagnement, financés par l'Etat, organiseront des ateliers d'initiation au numérique qui permettront aux bénéficiaires d'échanger avec leurs proches, faire leur CV, suivre la scolarité des enfants en ligne, maîtriser leurs données personnelles, vérifier des informations... Ils "ont évidemment toute leur place pour accompagner les structures de l'économie sociale et solidaire", souligne la secrétaire d'Etat chargée de l'ESS. Le dispositif devrait permettre "d'assurer un accompagnement adapté à la diversité de nos publics", ajoute Jean-Marc Borello, fondateur et président du directoire du Groupe SOS, qui compte pas moins de 600 établissements en France. Marie Cohen-Skalli, co-directrice d'Emmaüs Connect, estime pour sa part que "ce dispositif va permettre à Emmaüs Connect d'accompagner plus de personnes près de chez elles, y compris dans des zones reculées" C'est un regard pour le moins critique que le dernier rapport annuel de la Cour des comptes, paru jeudi 18 mars, jette sur l'activité de l'Ex-Agence du numérique (ADN) en matière - entre autres - d'inclusion numérique. Les Sages estiment que l'ADN s'est "dispersée dans des initiatives cosmétiques sans résultat" et recommandent à son héritière, l'Agence nationale de cohésion des territoires (ANCT) de "recourir à des dispositifs éprouvés". Le rapport retrace l'histoire. En quatre ans, la politique d'inclusion numérique menée par l'ADN s'est essentiellement concentrée sur deux outils, dont le Pass numérique. Cette politique d'inclusion numérique "n'a donné aucun résultat probant", tranche la Cour. Celle-ci rappelle qu'en mars 2019, l'ADN a lancé un appel à projets "Pass numérique au service de l'inclusion numérique". Un budget de 8,12 millions d'euros a pour cela été voté en loi de finances initiale pour 2019. Puis, en février 2020, rebelotte, nouvel appel à projets doté de 15 millions d'euros. Les budgets sont conséquents mais "il n'existe pas aujourd'hui d'évaluation de l'efficacité de cet instrument", regrette la Cour, qui pointe des "retours d'expérience des premiers déploiements du Pass [...] peu convaincants, les commanditaires rencontrant des difficultés à définir le public cible et à l'atteindre effectivement". La Cour relève aussi "des difficultés de suivi et d'évaluation de l'impact des Pass pour leurs bénéficiaires" qui "ressortent de la majorité des expériences". Elle note en outre que "l'agence s'est mise en relation avec les acteurs de la formation professionnelle et de l'insertion pour élaborer un parcours d'évaluation des compétences (ABC PIX) et pour réserver 50% des Pass au public cible du plan d'investissement dans les compétences (PIC) du grand plan d'investissement 2018-2022", mais qu'"elle n'a pas cherché à utiliser les outils déjà éprouvés ni à privilégier les organismes qui sont les mieux connus des publics fragiles". Pour l'avenir et dans la perspective du développement des actions d'inclusion numérique, "ainsi que l'envisage le gouvernement dans le plan de relance avec la création de 4.000 conseillers numériques", les Sages recommandent "d'examiner comment le compte personnel formation (CPF) pourrait être adapté à ce nouvel enjeu, sans passer par le truchement de la fabrication et de la distribution d'un chèque". Ils suggèrent également de mobiliser les centres communaux d'action sociale (CCAS) et les structures France Services pour répondre au plus près aux besoins des concitoyens.
  • Inclusion numérique : l'ex-Agence du numérique « s'est dispersée dans des initiatives cosmétiques sans résultat », cingle la Cour des Comptes
    30 mars 2021
    La Cour des comptes a passé au crible, dans son rapport annuel, les politiques de l'Agence du numérique, dont l'intégration au sein de l'Agence nationale de la cohésion des territoires, pour la couverture et l'inclusion numériques, et de la Direction générale des entreprises, pour la partie French Tech, a été actée le 1er janvier 2020. La Cour des comptes n'est pas tendre avec les résultats de feu l'Agence du numérique (ADN). Dans le rapport qu'elle a rendu public le 18 mars, elle fustige les « résultats peu perceptibles »  des politiques menées en matière d'inclusion numérique. L'ADN avait, en effet, hérité de la délégation aux usages d'Internet, à sa création en 2015.  La « Mission Société Numérique », écrivent les magistrats, « était chargée de concevoir et de soutenir les actions visant à amener les personnes en difficulté à un certain degré d'autonomie en matière numérique, favorisant ainsi l'inclusion numérique, aussi qualifiée de lutte contre l'illectronisme ». Or « l'action de l'agence, qui ne s'est pas appuyée sur des outils et des réseaux existants d'accès aux compétences, n'a cependant eu que très peu d'effets concrets pour les publics concernés ». Selon l'Insee, rappelle la Cour des comptes, l'illectronisme concerne 17 % de la population, regroupant 2 % de la population qui ne possède aucune des quatre compétences numériques de base définies par Eurostat et 15 % de la population qui n'a pas utilisé internet au cours de l'année. Le « Pass numérique »  n'a donné « aucun résultat probant »  La politique d'inclusion numérique, qui était censée apporter ces compétences de base aux Français éloignés du numérique, reposait essentiellement sur deux outils : la « MedNum »  et le « Pass numérique » : elle n'a donné « aucun résultat probant », constatent les magistrats.  Le « Pass numérique » , qui fonctionne selon la même logique que le chèque déjeuner, « en est toujours à un stade expérimental ». 48 premières collectivités avaient, en effet, été sélectionnées en mars 2019, pour cofinancer les Pass numériques. Si « ce dispositif devrait permettre l'accompagnement de 200 000 personnes en difficulté par le déploiement de plus d'un million de pass numériques dans les territoires », il n'en reste pas moins que « plus d'un quart des pass (27 %) ont été cofinancés par deux collectivités, la métropole du Grand Paris et le conseil régional des Hauts de France ».  Au-delà du financement, « les retours d'expérience des premiers déploiements du pass sont, pour le moment, peu convaincants, les commanditaires rencontrant des difficultés à définir le public cible et à l'atteindre effectivement, écrit-on rue Cambon. Ils font également état de la réticence de certains acteurs de la médiation numérique, majoritairement associatifs, à l'idée de rendre leurs services payants via la facturation des services d'accompagnement ». La Cour recommande donc à l'ANCT, au sujet de l'inclusion numérique, « d'évaluer sans délai la pertinence des actions d'inclusion numérique »  et de « recourir à des dispositifs de droit commun pour accélérer une meilleure appropriation des outils numériques ». Très haut débit et 4G : « des résultats mitigés »  Le déploiement du très haut débit, sujet historique lorsqu'il est question d'accès au numérique, n'est pas franchement mieux noté par la Cour des comptes. « Des interrogations demeurent sur la capacité à atteindre 100 % de couverture en THD (et 55 % en Ftth) à horizon 2022 dans les zones de réseaux d'initiative publique (Rip). Si les zones très denses devraient être couvertes en très haut débit à 100 % en 2022 sans trop de difficultés compte tenu du niveau déjà atteint, les autres zones (AMII et RIP) malgré des résultats récents encourageants, pourraient connaître quelques retards. »  La Cour demande au passage de « mieux informer le Parlement et les usagers sur l'état d'avancement du plan France très haut débit ».  L'objectif principal du plan France très haut débit est, pour rappel, « la couverture du territoire en très haut débit à 100 % d'ici 2022 », dont 80 % en fibre optique jusqu'à l'abonné (Ftth). En février 2020, le gouvernement a fixé un nouvel objectif : la généralisation de la fibre optique jusqu'à l'abonné sur l'ensemble du territoire, à l'horizon 2025. Quant aux objectifs de couverture mobile du territoire, ils ont, quant à eux, été « repoussés à 2027 »  avec l'identification échelonnée de 5 000 sites dans le cadre du dispositif de couverture ciblée. Avec la crise sanitaire, la première échéance du New Deal Mobile, fixée à fin juin 2020, a été reportée d'environ trois mois et demi, au 9 octobre 2020. « Elle révèle qu'une quarantaine de sites n'ont pas été livrés dans les temps par les quatre opérateurs. Ces premiers sites à couvrir étaient pourtant, pour la plupart, connus depuis longtemps car issus des deux anciens programmes précités (été 2018 et été 2019), écrit la Cour. Outre les effets de la crise sanitaire, d'autres obstacles sont invoqués : absence de mise à disposition de terrains viabilisés, surcharge des livraisons en fin de période, difficultés à organiser la répartition du signal entre opérateurs sur les sites mutualisés. »  Ludovic Galtier Télécharger le rapport. Suivez Maire info sur Twitter : @Maireinfo2
Toute la veille |RSSS'abonner

Pour aller plus loin

2 modules de formation gratuits, en ligne d'une durée de 45 min pour vous initier à la culture numérique :
Réseaux sociaux et identité numérique
Le b.a.-ba de la formation à distance
Vous souhaitez soumettre une actualité ou une action de découverte métiers, emprunter des ressources ou gérer vos newsletters ? Connectez-vous :
Mon compte
SITE ORIENTATION
AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

VISITER LE SITE GRAND PUBLIC