Accès direct au contenu | Accès direct au menu

Mot de passe oublié ?

Créer un compte

+
VISITER LE SITE GRAND PUBLIC
SITE ORIENTATION
AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi

+

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi


Vous êtes ici : Site Professionnel > Orientation et Parcours > Accompagnement des publics spécifiques > Illectronisme : comprendre et agir

Illectronisme : comprendre et agir

Illectronisme : agir et comprendreLe numérique est porteur d'enjeux impactant les différentes générations et catégories socio-professionnelles. L'accélération intensive de la dématérialisation des services en ligne, les technologies en permanente évolution supposent l'acquisition de compétences pour naviguer de manière aisée sur les sites indispensables aux démarches de la vie citoyenne ou pour sélectionner une information valide.

Une partie de la population française ne possède pas d'ordinateur et n'a pas de connexion internet au domicile, ce qui constitue une fracture numérique. La crise sanitaire a rendu encore plus visible cette fracture. La fermeture des établissements scolaires et de lieux ressources pendant le confinement, par exemple, a impacté élèves et étudiants issus des familles modestes non équipées.

Tout ceci constitue l'illectronisme qui, au-delà d'un défaut de matériel ou de connexion, relève également d'un manque ou d'une absence totale de compréhension des clés nécessaires à l'utilisation et à la création des ressources électroniques. Il ne s’agit pas d’ignorance, mais bien d’illectronisme. C’est un manque de savoirs spécifiques au champ du numérique.

Depuis l'apparition d'internet l'illectronisme n'a cessé d'évoluer. Selon l'Insee 19 % de la population ne possède aucune compétence dans l'utilisation du numérique et 28 % a des faibles compétences.

Quels profils ?

-
Qui n'a pas déjà renoncé à réaliser une action en ligne ? L’explosion de la dématérialisation des services, sans formation préalable des usagers, laisse ces derniers démunis et seuls face à un écran.

13 millions de Français sont éloignés du numérique, selon la déclaration du président de l'institution Le Défenseur des droits, lors de son audition par la Mission d'information sur la lutte contre l'illectronisme mise en place par le Sénat.
Les difficultés liées à l'illectronisme sont de plusieurs ordres : accès difficile aux ressources électroniques, handicap, sentiment d'être mal à l'aise dans l'utilisation d'outils numériques, difficulté à sélectionner une information qualifiée, etc.

Ci-après un classement, non exhaustif, des profils impactés par l'illectronisme



DEFAUT D'EQUIPEMENT

Personnes qui ne bénéficient pas d'une connexion optimale ou bien ne sont pas du tout connectées ou équipées en matériel, zones blanches, précarité, etc.
 

SELECTIONNER L'INFORMATION

Public navigant bien, voire très bien, mais a des difficultés à sélectionner une information qualifiée, a manipuler des services ou outils officiels dématérialisés.

INTERPRETER L'INFORMATION


Difficultés pour accéder à l'information
, qui peuvent relever d'un handicap, d'illettrisme ou de l'absence de compréhension du français..

Accompagnement et lieux de médiation numérique

-
Vous accueillez, conseillez, informez différents publics et peut être que parmi eux, certains sont démunis face à l’usage du numérique. Vous n’avez pas le temps dans votre pratique professionnelle de les prendre en charge pour les aider dans la gestion de leur dossier CAF, ou leur inscription à un concours, ou leur expliquer le fonctionnement de Word pour rédiger leur CV. … Sachez qu’il existe des structures d’accueil avec des aidants formés à la médiation numérique. 


UNE CARTOGRAPHIE RÉGIONALE

Cartographie des lieux d'accompagnementHub pour l’inclusion numérique, cartographie les lieux de médiation numérique en Auvergne Rhône-Alpes. La cartographie s'enrichit régulièrement, elle couvrira à terme toute la région.

>>> Consulter la cartographie des lieux de médiation numérique en Auvergne-Rhône-Alpes

Accompagnement et lieux de médiation numérique

Pour aller plus loin

-
Voici les principales sources sur lesquelles nous nous sommes appuyés pour réaliser cette rubrique.
En complément nous vous proposons également un large panorama de ressources sur le sujet de l'illectronisme, issu de notre catalogue en ligne.

ÉTUDES ET CHIFFRES-CLÉS

 POLITIQUES ET ACTEURS PUBLICS

Plan régional de prévention et de lutte contre l'illettrisme 2019-2022 : une des priorités affichées est axée sur le numérique et favorise le travail partenarial de nombreux acteurs sur le sujet.
  • Sensibiliser les acteurs de l'inclusion numérique,
  • Intégrer le numérique et l'illectronisme dans les sensibilisations à l'illettrisme,
  • Favoriser le développement des compétences numériques de base,
  • Articuler les cartographies des lieux de médiation numérique et les lieux de formation du site Parlera.fr,
  • Distinguer les lieux de médiation numérique selon le service qu'ils proposent.

ACCOMPAGNEMENT DES PUBLICS

  • Réseau France services : Réseau visant à faciliter l’accès des citoyens à un panier de services publics, en particulier dans les zones rurales et les quartiers prioritaires de la politique de la ville.
  • Pass numérique : permet d'accéder, dans des lieux préalablement qualifiés, à des services d'accompagnement numérique.
  • Pix : plateforme d'évaluation et de certification des compétences numériques.
  • Emmaüs connect : sa mission est d'aider les plus fragiles à sortir de l'exclusion numérique
  • Aidants connect : ressources permettant à un aidant professionnel de réaliser des démarches administratives en ligne à la place d’une personne ne parvenant pas à les faire seule.

AUTRES ACTEURS

  • L'association WeFund, association 1901, située à Villeurbanne dans le Rhône, propose aux entreprises de s’engager dans une action citoyenne contre la fracture numérique et le gaspillage électronique en soutenant le projet d’éducation numérique de structures socio-éducatives via le réemploi de leurs ordinateurs.

Veille

 
  • Des sénateurs demandent un milliard pour lutter contre l'illectronisme
    21 septembre 2020
    On les appelle « illectroniques » et ils sont plus de 14 millions en France. Quatorze millions de personnes à ne pas être à l'aise, ou à ne tout simplement pas avoir accès aux outils numériques. Certains parce qu'ils sont simplement illettrés (2,5 millions de personnes), d'autres parce qu'ils ne possèdent pas d'équipement ou de connexions indispensables à une vie digitale (47 %). Adeptes de la frugalité numérique malgré eux, les illectroniques se voient pour beaucoup coupés des services publics qui ont entrepris depuis des années leur révolution digitale à marche forcée, rompant parfois le lien souvent distendu  qui subsiste entre les services publics et les administrés.Autodidactes du numériqueLe Sénat a rendu publiques aujourd'hui les conclusions de sa mission d'information « Lutte contre l'illectronisme et pour l'inclusion numérique », rapportée par le sénateur du Gers (RDSE) Raymond Vall. « Il s'agit d'un fléau, car la dématérialisation des services publics pose un vrai problème. On sous-estime la nécessité de formation, alors que nous sommes tous des autodidactes du numérique », explique le rapporteur de la mission. Il pointe dans son rapport le fait que, contrairement à une idée reçue, les milléniaux, y compris les étudiants, manquent également de compétences numériques. « Nous avons découvert avec stupéfaction que l'Éducation nationale n'est pas contrainte de rendre obligatoire la formation de ses enseignants en matière numérique... Quand on sait que les collectivités territoriales se saignent pour mettre à disposition des tablettes pour les élèves, c'est un vrai problème », avance l'élu qui souhaite proclamer l'inclusion numérique comme priorité nationale et service d'intérêt économique général.Dotation de matérielParmi les 45 mesures proposées par les sénateurs, il y a la création d'un fonds de lutte contre l'exclusion numérique, doté d'un milliard d'euros et mobilisable d'ici à 2022, « soit quatre fois plus que le montant alloué par le gouvernement dans le cadre du plan de relance », précise le sénateur Vall. Ce fonds permettrait la mise en place de formations et d'un chèque de dotation de matériel. « Nous voulons que des personnes victimes d'illectronisme puissent bénéficier de matériel recyclé, à condition de s'engager à suivre une formation », précise le sénateur. Autre point sensible, celui de la médiation et de l'accompagnement des personnes dans leurs démarches en ligne... « Il y a beaucoup de bénévolat, il ne faut froisser personne, mais nous voulons mettre en place une formation d'accompagnateur numérique. » À suivre, donc.
  • Illectronisme: les SilverGeek luttent contre la fracture numérique #esante #hcsmeufr #digitalhealth
    18 septembre 2020
    Si près d'un tiers des Français est touché par l'illectronisme, des associations s'évertuent à résorber cette fracture numérique chez les seniors. Sputnik See it on Scoop.it, via PATIENT EMPOWERMENT & E-PATIENT
  • Le numérique éducatif revient sur le devant de la scène pour lutter contre les inégalités
    16 septembre 2020
    La crise du Covid-19 a révélé l'ampleur de la fracture numérique, qui a touché les élèves des familles les plus fragiles et s'est traduite par un manque d'équipements, de connexion, d'agilité. Un électrochoc salutaire pour certaines collectivités qui vont faire perdurer des solutions tout en revoyant leur stratégie numérique. Les nouvelles cités éducatives en ont, elles, fait une priorité.
  • Fracture numérique : « Le manque de formateurs est le point de blocage majeur » (Cédric O)
    15 septembre 2020
    À l'approche de la remise de son rapport, le 17 septembre prochain, la mission sénatoriale d'information « Lutte contre l'illectronisme et inclusion numérique » auditionnait mercredi 9 Cédric O. Pour le secrétaire d'État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques, l'urgence est à la formation. Par Nicolas Deguerry - Le 15 septembre 2020. Les difficultés d'accès au numérique sont de trois ordres, rappelle Jean-Marie Mizzon, (Union centriste, sénateur de la Moselle) en début d'audition : « Ceux qui n'ont pas le réseau, ceux qui n'ont pas l'outillage, ceux qui n'ont pas le mode d'emploi. » Pour Cédric O, secrétaire d'État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques, les deux premiers volets sont certes des « sujets », mais en voie d'être résolus ou secondaires : alors que l'ensemble du territoire devrait bénéficier de la fibre à l'horizon 2025, la question de l'équipement est renvoyée au « dernier maillon de la chaîne ». Estimant que les politiques d'équipement systématique des collégiens et lycéens en tablettes ont « quasiment toujours été un grand échec », il appelle à accompagner toute fourniture de matériel d'un « apprentissage des usages et d'une utilisation par le professeur ». Former plus et mieux Concernant ceux qui n'ont pas le mode d'emploi, Cédric O appelle à répondre par un renforcement massif de l'accompagnement et de la formation. Il le rappelle, c'est une enveloppe de 250 millions d'euros sur deux ans qui a été annoncée le 3 septembre lors de la présentation du plan de relance. Avec cette somme, qui multiplie quasiment par dix le budget jusqu'ici alloué à l'inclusion numérique, le gouvernement entend lever l'un des principaux obstacles à l'acculturation des citoyens : « Le manque de formateurs et le manque de structuration et de professionnalisation de la filière formation nous est apparu comme étant le point de blocage majeur pour accélérer la formation des Français », a-t-il martelé. Insistant sur la nécessaire qualité de l'offre de services à déployer, il souligne que l'acte de formation est un métier : « Former et autonomiser n'est ni le travail d'un service civique, ni celui d'un travailleur social, sauf s'il a été formé. » Reste qu'en l'absence d'un vivier de professionnels à la hauteur des enjeux, Cédric O appelle à « prendre le temps, avec les collectivités territoriales, de dessiner ce que seraient ces emplois ». Pass Numérique Interpellé par Raymond Vall, rapporteur de la mission, sur la lenteur du déploiement du Pass Numérique, le secrétaire d'État a tour à tour rappelé l'impact de la crise du Covid-19 et renvoyé la responsabilité sur les collectivités territoriales. Et d'expliquer qu' « à ce stade, les 250 millions d'euros ne sont pas destinés au Pass, ne serait-ce que parce que les 25 premiers millions alloués par l'État n'ont pas été dépensés ni même parfois engagés ». La porte demeure cependant ouverte et il n'exclut pas un financement de postes à 100 %, sous réserve que les collectivités se dotent d'une véritable stratégie d'inclusion numérique. Si celle-ci existe dans certains départements (Hauts-de-France, Savoie, Creuse, Pyrénées-Atlantiques, ...), « d'autres territoires n'ont pas même engagé une réflexion », a-t-il estimé. Moderniser sans exclure Au cours de son audition, le secrétaire d'État a aussi établi un distinguo parmi les quelque 13 millions de Français en difficulté avec le numérique : d'un côté, « les 6 à 7 millions que l'on peut former », de l'autre, « les 6 à 7 millions qui ne seront jamais autonomes ». Pour ces derniers, Cédric O reconnaît que le gouvernement est allé « trop vite dans la numérisation des services publics ». Et face à l'engagement du président de la République d'atteindre les 100 % de démarches dématérialisées d'ici fin 2022, il assure que « le plus urgent n'est [désormais] pas le 100 % mais la qualité des 70 % actuels ». Publicité - Devenir annonceur
  • Audition de Mme Salwa TOKO et de M. Cédric O
    15 septembre 2020
    Mercredi 9 septembre 2020 Audition de Mme Salwa Toko, présidente du Conseil national du numérique.
Toute la veille |RSSS'abonner
Vous souhaitez soumettre une actualité ou une action de découverte métiers, emprunter des ressources ou gérer vos newsletters ? Connectez-vous :
Mon compte
SITE ORIENTATION
AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

VISITER LE SITE GRAND PUBLIC