Accès direct au contenu | Accès direct au menu

Mot de passe oublié ?

Créer un compte

+
VISITER LE SITE GRAND PUBLIC
SITE ORIENTATION
AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi

+

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi


Vous êtes ici : Site Professionnel > Orientation et Parcours > Décrochage scolaire et raccrochage

Foire aux questions : « Le décrochage scolaire, quels enjeux après la crise ? »

Vos questions ont été nombreuses lors du webinar organisé par Via Compétences le 15 septembre 2020 "Le décrochage scolaire : quels enjeux après la crise sanitaire ?".
Nous n'avons pas pu répondre à toutes en direct. Voici quelques réponses complémentaires classées par thématiques.

Les facteurs de décrochage scolaire

Quels sont les liens entre fracture numérique et décrochage ?
Une partie de la population française ne possède pas d'ordinateur et n'a pas de connexion internet au domicile, ce qui constitue une fracture numérique. La crise sanitaire a rendu encore plus visible cette fracture. La fermeture des établissements scolaires et de lieux ressources pendant le confinement, par exemple, a impacté élèves et étudiants issus des familles modestes non équipées.
Tout ceci constitue l'illectronisme, sujet auquel est consacrée une rubrique sur le site de Via Compétences : Illectronisme, comprendre et agir

Le décrochage a-t-il réellement un lien avec l’origine sociale ?
Selon l’étude « Les inégalités sociales de décrochage scolaire » (septembre 2016, .pdf) réalisée par Pierre Yves Bernard (chercheur au centre de recherche en éducation de Nantes) et le CNESCO (Conseil national d’évaluation du système scolaire)  en 2015, " …le décrochage scolaire défini comme sortie du système éducatif sans avoir obtenu de diplôme forme bien un phénomène socialement inégalitaire, principalement en fonction du niveau de diplôme des parents. Il résulte toutefois de facteurs multiples, ce qui en fait un risque présent dans tous les milieux sociaux, mais à des degrés très variables. Ainsi, les enfants d’ouvriers ont environ 4 fois plus de risques de décrocher que les enfants de cadre".

Des disparités selon les profils scolaires et les zones géographiques  

Les lycées professionnels sont-ils davantage touchés par le décrochage scolaire ?
Dans le cadre de sa mission d’observation du décrochage scolaire, Via Compétences réalise chaque année une étude régionale sur le décrochage scolaire en partenariat avec la Région, les 3 académies, la DRAAF (ministère de l’agriculture) et l’AMILAURA (association des Missions locales d’Auvergne-Rhône-Alpes…).
D’après les chiffres publiés en juin 2018, parmi les jeunes « non retrouvés » (c’est-à-dire sortis de formation initiale sans avoir obtenu le diplôme de niveau 3 (CAP) ou 4 (bac) qu’ils préparaient et non retrouvés dans les bases administratives, donc potentiellement décrocheurs) 50% sont issus d’un lycée professionnel, 25% d’un lycée d’enseignement général et technologique et 15% d’un collège. 

Grandes villes et zones rurales sont-elles différemment touchées par le phénomène du décrochage ? 
Retrouvez dans l’étude réalisée par Via Compétences réalise chaque année une étude régionale en partenariat avec la Région Auvergne-Rhône-Alpes, les Rectorats de Clermont-Ferrand, de Grenoble et de Lyon, la DRAAF et l’AMILAURA. : "Les jeunes en situation de décrochage scolaire en Auvergne-Rhône-Alpes" (juin 2018, .pdf) l’analyse des disparités territoriales au sein de la région.
Page 15 (paragraphe 2.2) : De nombreux jeunes « non retrouvés » (donc potentiellement décrocheurs) dans les territoires urbains mais une présence plus marquée dans certains territoires plus ruraux (Ardèche, Drôme, Savoie, Cantal).

Les enjeux de la lutte contre le décrochage scolaire

Le surcoût supporté par la société pour un décrocheur est estimé à au moins 230 000 € sur toute sa vie :


Rapport du CNESCO « Evaluation partenariale de la lutte contre le décrochage scolaire » (2014)

La prévention du décrochage

Comment prévient-on le décrochage ? quels sont les moyens en interne de l'Éducation nationale et quels sont les partenaires externes ?
Au sein de chaque établissement scolaire, le projet d’établissement comporte un volet « Prévention du décrochage » qui implique l'ensemble de l'équipe éducative. Pour en savoir plus, consulter les pages « Les actions de prévention du décrochage » dans le dossier thématique Décrochage scolaire et raccrochage.

Qu’est-ce que la MLDS ?
La Mission de lutte contre le décrochage scolaire (MLDS) occupe une place essentielle dans la prévention des sorties sans qualification. Son action se situe en amont et en aval de la rupture de formation.
Elle intervient sur les 3 volets du décrochage scolaire : la prévention, l’intervention et la remédiation.
Elle apporte son expertise en matière d’ingénierie des dispositifs et vient en appui aux équipes éducatives dans la mise en œuvre d’actions spécifiques dans les établissements d’un bassin.
Des enseignants coordonnateurs interviennent sur des actions de remobilisation.
Pour en savoir plus sur le Dispositif de remobilisation - Mission de lutte contre le décrochage scolaire (MLDS), consulter la fiche dispositif sur notre site

Quelle formation pour les personnels en charge de l'accompagnement au raccrochage scolaire ?
Le Certificat de Professionnalisation en matière de Lutte contre le Décrochage Scolaire (CPLDS) atteste de la qualification des personnels (personnels des Mission de lutte contre le décrochage, référents décrochage des établissements scolaires) appelés à participer aux missions de prévention du décrochage scolaire et d’accompagnement des jeunes bénéficiant du droit au retour en formation initiale.

Les plateformes de suivi et d’appui aux décrocheurs (PSAD)

Qu’est-ce qu’une PSAD, quels en sont les membres ?
Dans le périmètre d'un bassin ou d'un district de formation les « plates-formes de suivi et d'appui aux décrocheurs » (PSAD) constituent un mode de coordination partenarial des acteurs locaux de la formation, de l'insertion et de l'emploi, ainsi que des autres acteurs susceptibles de contribuer à la prise en charge des jeunes concernés : points ou bureaux jeunesse, E2C-écoles de la deuxième chance, centres de formation d'apprentis, associations, service militaire volontaire, centres EPIDE, écoles de production, etc.).

Elles intègrent notamment les réseaux Formation Qualification Emploi (FOQUALE), qui se déploient sur l'ensemble du territoire et regroupent les établissements et dispositifs relevant de l'Éducation nationale, dont les structures de retour à l'école de type microlycée.

La PSAD vérifie la situation des jeunes repérés par le SIEI*, leur propose un entretien de diagnostic qui sera réalisé par un Psychologue de l’Éducation nationale ou un conseiller de Mission locale. À l’issue de cet entretien, et du travail partenarial élaboré dans le cade de la PSAD, un accompagnement ou une mise en solution adaptés au profil du jeune pourra être proposé. Un référent suivra l’évolution de la situation du jeune.
*SIEI : système interministériel d’échange d’informations, outil national de croisement des bases de tous les établissements publics et privés de l’Éducation nationale, de l’agriculture, des CFA et des Missions locales qui permet d’éditer 2 fois par an (prochainement 4) une liste départementale des jeunes décrocheurs.

Pour en savoir plus, consulter la page du site eduscol : Prise en charge partenariale des jeunes sortis du système éducatif sans qualification



La région Auvergne-Rhône-Alpes compte 42 PSAD co-animées par un directeur de CIO et un directeur de Mission locale. Depuis 2015, l’animation des PSAD relève des compétences de la région, en lien avec les autorités académiques.
Retrouvez les coordonnées des PSAD d'Auvergne-Rhône-Alpes
Académie de Clermont
Académie de Grenoble
Académie de Lyon


Quels peuvent être les liens entre la PSAD et le ministère de la justice, les instances locales comme les CLSPD ? sachant qu'un décrocheur n'est pas obligatoirement un délinquant mais reste exposé.

Il n’y a pas de lien direct entre CLSPD (conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance) et PSAD même si certains partenaires peuvent être membres des deux instances.

Des représentants de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) peuvent être associés au fonctionnement des PSAD et sont susceptibles d’y proposer des solutions d’accompagnement pour certains jeunes. Par exemple les UEAJ
Unité éducative d'activités de jour (Protection judiciaire de la jeunesse).

Les solutions à destination des décrocheurs

Où trouver l’offre de solutions à proposer à des décrocheurs ?
Un répertoire de mesures à destination des jeunes déscolarisés a été réalisé en 2018 par un groupe de travail multi partenarial : Association des Missions locales d'Auvergne-Rhône-Alpes, Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (DIRECCTE), Éducation nationale, Pôle emploi, Région.
Des fiches descriptives permettent l’accès à une information de premier niveau et la localisation des structures à solliciter pour obtenir davantage de précisions et vers lesquelles aiguiller le public.
Ce répertoire est régulièrement mis à jour.

L’accompagnement des publics spécifiques

Quel accompagnement pour les mineurs non accompagnés dits « mineurs isolés étrangers » ?
Trouvez de nombreuses ressources dans notre page « Accueillir et accompagner les personnes étrangères » .

Quelles mesures sont spécifiquement adaptées aux jeunes décrocheurs porteurs de handicap ?
Les jeunes porteurs de handicap ont bien sûr accès aux dispositifs de droit commun. Afin de leur proposer des services adaptés à leur situation de handicap, certains services ou dispositifs leur sont plus particulièrement réservés.

Dans chaque département les rectorats ont mis en place une cellule d'écoute et de réponse destinée à informer sur les dispositifs existants et le fonctionnement du service public de l'École inclusive.
La plateforme « Mon parcours handicap » propose une information généraliste sur l’ensemble du parcours des personnes en situation de handicap : l’annonce du handicap, la scolarité et les études supérieures, l’emploi et la formation, la santé, la vie sociale et culturelle, le logement, les transports...

Comment accompagner les jeunes en difficulté avec les compétences de base repérés lors de la Journée défense et Citoyenneté ? (Environ 3 000 jeunes par an en Auvergne-Rhône-Apes) ?
Les jeunes repérés en difficulté avec les compétences de base sont systématiquement orientés vers le Centre d’Information et d’Orientation de leur secteur s’ils sont scolarisés ou vers la Mission Locale s’ils ont quitté le système scolaire.

Le plan régional Auvergne-Rhône-Alpes de prévention et de lutte contre l'illettrisme vise des points essentiels tels que la mobilisation et l’accompagnement des personnes en situation d’illettrisme, ainsi que celles en situation d’illectronisme. Il développe également des actions permettant de donner une meilleure la lisibilité de l’offre de formations et des dispositifs. Ce plan régional (décembre 2019, .pdf) couvre la période 2019-2022.

Pour plus d'informations : le site www.parlera.fr, le portail des actions et ressources en linguistiques en Auvergne-Rhône-Alpes qui répertorie :
  • Une base de données de l’offre de formation linguistique sur la région Auvergne-Rhône-Alpes (alphabétisation, FLE, remise à niveau…)
  • Des ressources permettant aux acteurs de l’orientation et de l’insertion de mieux orienter et informer les publics en difficulté avec la langue française ou les compétences de base
  • Les coordonnées des centres de ressources illettrisme en région.
Qu’en est-il des jeunes poly exclus et qui risquent de se trouver en situation de décrochage faute de solution de repli ?
Le décret n° 2019-909 du 30 août 2019 permet à l'autorité académique d'inscrire un élève exclu définitivement de son établissement dans une classe relais, sans le consentement préalable de ses représentants légaux. Cette inscription, justifiée par les circonstances ayant conduit à l'exclusion définitive et par les besoins spécifiques de l’élève, lui permet de continuer sa scolarité dans un cadre adapté. L'élève est également inscrit dans un établissement scolaire qu'il intègrera à l'issue de son passage en classe relais.

Les répercussions de la crise sanitaire

Combien de jeunes ont décroché pendant la période de confinement et de fermeture des établissements scolaires ?
On estime à environ 3 000 sur le territoire Auvergne-Rhône-Alpes le nombre de jeunes ayant rompu tout contact avec l’école pendant cette période et restant injoignables en juin 2020. Ces situations ont été traitées (par les psychologues de l’Éducation nationale en lien avec les établissements scolaires) et actuellement les 2/3 d’entre eux sont à nouveau scolarisés.

Que contient le Pacte rebond pour l’emploi lancé par la région Auvergne-Rhône-Alpes ?
Consulter le compte rendu de l’assemblée plénière de la région Auvergne-Rhône-Alpes des 8 et 9 juillet 2020

L’évaluation des actions de lutte contre le décrochage

Au sein de chaque établissement scolaire le volet « Orientation et lutte contre le décrochage scolaire » du projet d’établissement donne lieu à un bilan annuel présenté aux membres du conseil d’administration de l’établissement.
Suite à de nombreux travaux d’évaluation, le CNESCO (centre national d’étude des systèmes scolaires) et le CIEP (centre international d’études pédagogiques) préconisent des axes et propositions concrètes à mettre en place afin de faire reculer plus encore le décrochage.

L’obligation de formation

La question de l’obligation de formation. Quel rôle dévolu aux différents acteurs (Missions locales…)
Cette question sera le thème du webinar organisé par Via Compétences le 24 novembre 2020 dès 11 heures.
Les modalités concrètes de mise en œuvre de l’obligation de formation seront précisées dans une instruction interministérielle à paraître.
Il est possible d’ores et déjà d’indiquer que « Les Missions locales seront directement chargées d’assurer le contrôle du respect par les jeunes de leur obligation de formation ».
Elles exerceront cette nouvelle fonction de mise en réseau, en lien étroit avec les autres acteurs, dans le cadre des plates-formes de suivi et d‘appui aux décrocheurs : établissements scolaires, centres d’information et d’orientation, mission de lutte contre le décrochage scolaire, structures de retour à l’école, Pôle emploi, écoles de la deuxième chance, etc. » (extrait de education.gouv.fr)
Les jeunes ne respectant pas l’obligation de formation** seront signalés aux Missions locales par les institutions publiques, les établissements scolaires et les centres de formation d’apprentis. Des informations sur ces jeunes seront transmises, notamment leur identité, leurs coordonnées et celles de leurs représentants légaux. Les catégories de données collectées seront précisées par un arrêté des ministres de l’Éducation et du Travail.

Les Missions locales devront ensuite, sur la base de ces informations, recevoir les jeunes accompagnés de leurs représentants légaux, et leur proposer une solution de formation, un retour à l’école ou la mise en place d’un dispositif d’accompagnement ou d’insertion.

En cas de non-présentation à cet entretien sans justificatif d’absence, ou en cas de décrochage du parcours d’accompagnement, le jeune sera convoqué par la Mission locale avec son représentant légal. Si cette convocation reste sans réponse sous un délai de deux mois, l’obligation de formation sera considérée comme non respectée. La Mission locale transmettra alors les informations au président du Conseil départemental, qui devra proposer de nouvelles solutions.

(Cadre susceptible d’évoluer avec la parution de l’instruction interministérielle).

** l’obligation est satisfaite lorsque le jeune de 16 à 18 ans "
-    Poursuit sa scolarité dans un établissement d'enseignement scolaire ou supérieur, public ou privé
-    Bénéficie d’un parcours de formation personnalisé
-    A conclu un contrat de volontariat pour l’insertion (EPIDE)
-    Bénéficie d’un dispositif d’accompagnement par un établissement ou service médico-social
-    Bénéficie d'un dispositif d'accompagnement ou d'insertion sociale et professionnelle (dont E2C)


Pour en savoir plus, consulter :

Pour aller plus loin

Les pages du site Via Compétences dédiées au décrochage scolaire :

Autres ressources

  • "Travail et jeunes des quartiers populaires : je t'aime moi non plus", numéro 71 des cahiers du développement Social Urbain. A retrouver sur le site de Labo Cités : www.labo-cites.org
  • L’académie de Grenoble développe un projet de formation, de recherche et d'intervention auprès des élèves décrocheurs : APPRENANCE financé par le fond social européen :
Vous souhaitez soumettre une actualité ou une action de découverte métiers, emprunter des ressources ou gérer vos newsletters ? Connectez-vous :
Mon compte
SITE ORIENTATION
AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

VISITER LE SITE GRAND PUBLIC