Accès direct au contenu | Accès direct au menu

Mot de passe oublié ?

Créer un compte

+
VISITER LE SITE GRAND PUBLIC
SITE ORIENTATION
AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi

+

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi


Vous êtes ici : Site Professionnel > Orientation et Parcours > Enquêtes d'insertion > L'insertion professionnelle des sortants d'une formation Sanitaire et Sociale

L'insertion des diplômés sanitaires et sociaux en Auvergne-Rhône-Alpes

L'enquête sur l'Insertion Professionnelle des diplômés de formations Sanitaires et Sociales réalisée sur l’ensemble du territoire régional permet de suivre l’insertion des personnes formées dans les instituts de formation sanitaire et sociale financés par la Région au titre de la loi du 13 août 2004.

L'édition 2019, menée en partenariat avec la Région, l'ARS (Agence Régionale de Santé), la DRDJSCS (Direction Régionale De la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale), les instituts de formation, porte sur le devenir à 12 mois des élèves et d'étudiants reçus au diplôme d’État. Via Compétences réalise l’ensemble des travaux de suivi, d’analyse des données et de production liés à l’enquête.
Cette enquête met à disposition des informations complètes : de la situation avant l'entrée en formation à celle occupée 12 mois après le diplôme.

Elle s'enrichit cette année de questions sur les motifs de satisfaction ou d'insatisfaction dans l’emploi obtenu et la projection dans le métier à 5 ans et couvre de nouveaux diplômes (orthophoniste, accompagnant éducatif et social, conseiller en économie sociale familiale).
Elle s’accompagne également d’une étude spécifique sur l’insertion et attractivité de deux métiers : aide-soignant et accompagnant éducatif et social.


Les résultats par formation

Les résultats de l’enquête 2019 sur les diplômés 2017-2018 de formations sanitaires et sociales sur le périmètre Auvergne-Rhône-Alpes sont désormais disponibles. Ils montrent :
  • Un taux d’insertion à 12 mois élevé : 90% des diplômés en emploi pour les formations paramédicales et de sages-femmes, 84% pour les formations sociales, en léger recul par rapport à l'an dernier (-0.6 point pour les formations sanitaires et -1,2 point pour les formations sociales)
  • Une forte correspondance entre formation suivie et métier exercé : 91% occupant un emploi correspondant à leur formation (96% pour les formations paramédicales et de sages-femmes, 74% pour les formations sociales),
  • 45% des diplômés sont en emploi stable (CDI, titulaire ou stagiaire de la Fonction publique, profession libérale) : 45% pour les formations paramédicales et de sages-femmes, 47% pour les formations sociales, part stable pour les diplômés de formation sanitaires et en progression pour les titulaires de diplômes sociaux (+4 points)
  • Dans plus de 6 cas sur 10 le diplômé trouve un emploi dans les 3 mois  (1 cas sur 2 pour les formations sociales), taux en progression de 3 points
  • Une très bonne opinion de la formation suivie avec 92% de satisfaits ou très satisfaits (93% pour les formations paramédicales et de sages-femmes, 88% pour les formations sociales), satisfaction en recul cependant de 3 points.
  • Une satisfaction vis-à-vis de l'emploi occupé avec 92% de satisfaits ou très satisfaits et 74% se voient exercer le même métier dans 5 ans (77% pour les diplômés sociaux et 74% pour les diplômés sanitaires).
Ces résultats varient selon la filière et le diplôme.
>> Télécharger le diaporama de la filière sanitaire (mai 2020, .pdf)  et le diaporama de la filière sociale (mai 2020, .pdf)

Les mémos 2020

sanitaire

sociale

>> Consulter le résultats de l'enquête de l'édition 2019


L’étude "Insertion et attractivité des métiers des services à la personne - diagnostic sur la situation des métiers d’aide-soignant (AS) et d’accompagnant éducatif et social (AES)"

Dans le cadre de sa compétence sur les formations sanitaires et sociales, qui couvre les formations paramédicales et de sage-femme et une large part des formations sociales, la Région a souhaité disposer d’un diagnostic, afin :
  • d’objectiver la situation d’emploi de ces métiers, les volumes de diplômés formés chaque année sur le territoire, leurs conditions d’insertion et leurs attentes,
  • d’anticiper au mieux les tensions en matière de recrutement et un déficit possible du nombre de professionnels sur les territoires, pour adapter les réponses régionales en matière de formation et d’accompagnement des besoins des employeurs.
Ce diagnostic partagé constitue ainsi un outil d’aide à la décision au service des acteurs publics.
Il est réalisé dans un contexte de retours des professionnels sur l’attractivité des métiers du soin et de l’accompagnement des personnes particulièrement alarmant, à la fois quant à l’attractivité des postes proposés (difficultés de recrutement), mais aussi sur l’attractivité des formations correspondantes  (diminution du nombre de candidats et difficultés à remplir ces formations constatées sur notre territoire comme au niveau national).

L’enjeu est de taille : dans un contexte de restrictions budgétaires massives des dernières années, l’accompagnement des « baby-boomer » dans l’âge de la dépendance représente un véritable défi sociétal.
Le choix a été fait de concentrer le diagnostic sur les métiers du soin et de l’accompagnement des personnes, et en particulier aide-soignant et d’accompagnant éducatif et social.

>> Télécharger l’étude "Insertion et attractivité des métiers des services à la personne - diagnostic sur la situation des métiers d’aide-soignant (AS) et d’accompagnant éducatif et social (AES)" (juillet 2020, .pdf) 

Veille

 
  • Travail social : l'" aller vers " prime dans la relation à l'usager
    17 septembre 2020
    Organisation et pratiques ont été chamboulées par le confinement. Il en est résulté une adaptabilité qui laisse entrevoir des changements durables.
  • Covid-19 : la FHF énonce 6 impératifs pour faire face à la deuxième vague
    17 septembre 2020
    La fédération hospitalière de France espère que les besoins des hôpitaux et du secteur médico-social, cruellement mis en évidence par la pandémie au premier semestre 2020, seront pris en compte dans les lois que les parlementaires auront à adopter d'ici la fin de l'année : loi de financement de la Sécurité sociale, loi de finances pour 2021, loi Grand âge et autonomie. Frédéric Valletoux, son président, énonce six impératifs d'organisation et de stratégie pour pallier l'arrivée d'une deuxième vague de malades. Pour tenir les promesses et faire face aux évolutions démographies, la fédération chiffre à 10-15 % la progression de chacun des Ondam sanitaire et médico-social.Cet article Covid-19 : la FHF énonce 6 impératifs pour faire face à la deuxième vague est apparu en premier sur  Gazette Santé Social.
  • Remise au Gouvernement du rapport relatif à la création de la branche « Autonomie » établi par M. Laurent Vachey
    15 septembre 2020
    M. Laurent Vachey, inspecteur général des finances, a remis ce lundi le rapport relatif à la création de la branche "Autonomie" aux ministres chargés des Comptes publics, des Solidarités et de la Santé, de l'Autonomie et à la secrétaire d'État auprès du Premier ministre chargée des Personnes handicapées. Conformément à la loi du 7 août 2020 relative à la dette sociale et à l'autonomie, qui a créé la branche autonomie, ce rapport sera remis au Parlement dans les prochains jours. La loi du 7 août 2020 relative à la dette sociale et à l'autonomie a créé un nouveau risque et une nouvelle branche consacrés à l'autonomie au sein de la sécurité sociale, et en a confié la gestion à la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA). Elle a par ailleurs prévu qu'un rapport soit remis au Parlement le 15 septembre 2020 sur le périmètre, la gouvernance et le financement de la nouvelle branche. Confié à M. Laurent Vachey, ancien directeur de la CNSA et inspecteur général des finances, ce rapport a été établi sur la base d'une concertation de deux mois et a été remis au Gouvernement le 14 septembre 2020. Les ministres ont souligné leur plein accord avec le missionné sur le sens que doit prendre la création de cette branche pour les personnes accompagnées dans leur autonomie, en complément des effort par ailleurs engagés pour la mise en accessibilité de notre société. Ils ont insisté sur les quatre promesses portées par cette réforme : Une promesse d'universalité, à travers une meilleure équité territoriale dans l'accès aux droits des personnes en perte d'autonomie ; Une promesse de qualité renforcée de l'offre d'accompagnement ; Une promesse de renforcement des politiques transversales du handicap et du grand âge ; Une promesse de démocratie, avec, à compter de cette année, un examen annuel de la politique de l'autonomie et des conditions de son financement à long terme dans le cadre des lois de financement de la sécurité sociale. Ils ont rappelé qu'un certain nombre de recommandations sera mis en oeuvre dès le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2021, afin de constituer un premier périmètre de la branche, les nouvelles missions de la caisse chargée de la gérer, les modalités de son architecture financière et de son pilotage. Les ministres ont indiqué que les autres propositions figurant dans le rapport feraient l'objet d'une étude approfondie. Les mesures relatives au financement de la branche autonomie devront ainsi continuer à être travaillées, en concertation avec l'ensemble des partenaires, dans les prochains mois, pour assurer la couverture dans le long terme des exigences posées par la solidarité en direction des aînés et des personnes en situation de handicap, au coeur du projet de loi sur le grand âge et l'autonomie. pdf Communiqué de presse - Remise du rapport de Laurent Vachey relatif à la (...) Téléchargement (317.9 ko) Ministère des Solidarités et de la Santé Cabinet d'Olivier Véran Mél : sec.presse.solidarites-sante@sante.gouv.fr
  • La filière visuelle : modes d'exercice, pratiques professionnelles et formations
    15 septembre 2020
    La filière visuelle, qui est clairement identifiée au sein de la médecine et touche une fonction sensorielle clé, s'adresse à une très grande majorité de la population. Une mission d'inspection générale a été chargée d'évaluer, d'une part, ses modes d'exercice et ses pratiques professionnelles avec l'objectif de diminuer les délais d'accès aux soins, et d'autre part, l'évolution associée des formations conduisant à ses métiers.
  • Travail social : vers une crise des vocations ?
    11 septembre 2020
    Les métiers du social et du médico-social recrutent constamment. Pourtant, de plus en plus de postes sont laissés vacants pendant de longues semaines, poussant les recruteurs à embaucher des personnels moins qualifiés. Le point sur un phénomène préoccupant.
Toute la veille |RSSS'abonner au flux RSS

Vous souhaitez soumettre une actualité ou une action de découverte métiers, emprunter des ressources ou gérer vos newsletters ? Connectez-vous :
Mon compte
SITE ORIENTATION
AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

VISITER LE SITE GRAND PUBLIC