Accès direct au contenu | Accès direct au menu

Mot de passe oublié ?

Créer un compte

+
Vers Site public
Vers le site Grand Public

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi


Vous êtes ici : Site Professionnel > Orientation > Evolutions des pratiques de l'AIO > Usages et pratiques des outils du numérique

Usages et pratiques des outils du numérique

73% des français possèdent un smartphone
76% des internautes se connectent quotidiennement
(Source CREDOC Baromètre du numérique 2017). 

La digitalisation de la société française se poursuit à un rythme intense, elle impacte autant les conseillers que leur public.
Cette rubrique traite de l’inclusion numérique, présente des réseaux sociaux et propose quelques outils et ressources.

L'inclusion numérique

-
L'étude publié par France Stratégie en juillet 2018 énumère les bénéfices d’une meilleure autonomie numérique. Les gains sont nombreux qu’il s’agisse d’inclusion sociale, de relation avec les services publics, d’économie et d’emploi-formation. « Compte tenu du fait que 75 % des emplois nécessitent au moins la maîtrise des compétences numériques de base, un individu a plus de chances d’avoir un emploi s’il maîtrise ces compétences que dans le cas contraire. De façon analogue, un chômeur a une plus grande probabilité de retrouver un emploi s’il sait se servir des outils numériques. Une formation concernant l’utilisation du numérique accroît donc la probabilité qu’ont les chômeurs à retrouver un emploi. »

Vidéo du projet de l'ANSA sur l'identification des facteurs de l'exclusion numérique



 

Pour aller plus loin

Réseaux sociaux

-
ComCEP, vise à mettre à disposition des professionnels délivrant du CEP une communauté de métier digitale. Ce forum est exclusivement accessible aux conseiller-ères CEP.

Les conseillers peuvent orienter leur public sur d'autres réseaux qui permettent de consulter des informations liées aux activités et actualités des entreprises. 
L’internaute crée un profil (une carte d’identité virtuelle), afin de publier des messages publics ou privés ainsi que des vidéos, des photos, des liens sur d’autres sites... Il s'informe également grâce à la timeline: page de présentation listant chronologiquement les publications des utilisateurs, amis, relations ou followers.
Sur les réseaux sociaux, il est important de construire et de surveiller son image, c'est l'e-réputation

Dans le secteur de l’orientation et de la recherche d’emploi, les réseaux sociaux servent à :
  • développer des contacts professionnels
  • être en veille sur les actualités que proposent différents secteurs d’activités.
Les réseaux sociaux  les plus connus :

   Pour qui ? Pour quoi ?  Spécificité(s)
 Linkedin
 Cadres, entreprises, professions réglementées  Trouver facilement des contacts ou des entreprises par nom, mots clé, métier ou localisation  Premier réseau professionnel mondial
 Viadeo
 Cadres, entreprises, professions réglementées  Trouver facilement des contacts ou des entreprises par nom, mots clé, métier ou localisation  Réseau francophone
 Twitter
 Tout public  Un réseau mondial de veilleurs qui partagent leurs informations  Réseau ouvert (j'entre en contact avec qui je veux)
Langage particulier
 Facebook
 Tout public  Publication d’offres d’emploi sur les pages facebooks des entreprises. Informations sur les entreprises  Double usage : personnel et professionnel.
Attention à l' e-reputation


Applications

-
La vidéo ci-dessous vous présente le site grand public du CARIF OREF Auvergne-Rhône-Alpes : www.orientation.auvergnerhonealpes.fr
 
 

En fonction des différentes étapes (bilan, projet, formation, recherche d’emploi et candidature), il existe des outils numériques. Nous vous proposons une sélection :
  • Bilan : le site orientation Auvergne-Rhône-Alpes propose un quiz « pour quel métier suis-je fait ? »
  • Projet les MOOCs pour l’emploi  ou Mon orientation augmentée qui est un jeu sérieux d’aide à l’orientation pour un public de collégiens et lycéens
  • Formation : l'outil de recherche de certifications : Certif’ra
  • Recherche d’emploi : Maintenant ! sur l'Emploi Store permet de chercher un emploi sans CV. Il suffit de sélectionner les disponibilités, la mobilité maximale, et plusieurs qualités. Cette application concerne une vingtaine de métiers.
  • Candidature : quel que soit le niveau de connaissance informatique des utilisateurs, l’éditeur de CV permet de créer son propre CV. En effet, il n’est plus nécessaire de maitriser le traitement de texte ! Voici notre sélection : CV DesignR, Doyoubuz, la CVthèque sur votre espace personnel de Pôle Emploi ou le compte CPA.

Ressources

-

Web 2.0 : de quoi parle-t-on ?


 

Etude: web 2.0 et pratiques en orientation

Pour mieux comprendre les problématiques et les enjeux liés à l’utilisation du web 2.0 en orientation, le CARIF OREF Auvergne-Rhône-Alpes a conduit une étude en partenariat avec le CNAM.




Autres ressources


Veille

 
  • Le Réseau E2C France et Orange s'associent en faveur de l'inclusion numérique
    23 juillet 2019
    Le groupe Orange France et le Réseau E2C France ont décidé d'étendre leur collaboration à des actions en faveur de l'inclusion par le numérique des jeunes en difficulté. Un accord est signé le 18 juillet entre Alexandre SCHAJER, Président du Réseau E2C France, et Fabienne DULAC, Directrice Générale Adjointe, CEO Orange France. Ouvrir les métiers du numérique aux jeunes sans qualificationAu coeur de la problématique sociale, citoyenne et professionnelle des jeunes, les Écoles de la 2e Chance (E2C) offrent des solutions individualisées à de jeunes adultes sortis du système éducatif sans qualification et sans emploi. La force du dispositif E2C est d'opérer sur un triptyque intégrant l'acquisition de compétences, l'expérience en entreprise et l'accompagnement à l'inclusion. Le Réseau des Écoles de la 2e Chance regroupe 130 sites-Écoles, répartis dans 12 régions, et accompagne chaque année plus de 15 000 jeunes dans la construction de leur projet professionnel. Pour atteindre cet objectif d'inclusion sociale, professionnelle et numérique, les Écoles de la 2e Chance offrent la possibilité à ces jeunes :- De mieux se repérer dans l'univers numérique- D'utiliser les fonctionnalités des outils numériques pour communiquer- De savoir utiliser le numérique dans la vie courante- D'apprendre à gérer son identité numérique- D'adopter une ligne de conduite dans la société numérique En tant qu'acteur majeur dans le domaine des nouvelles technologies, Orange partage l'ambition du Réseau E2C France d'accompagner par des moyens numériques les jeunes sans diplôme et sans qualification confrontés à la difficulté d'entrer dans le monde du travail.Orange a dès lors souhaité favoriser le parcours des jeunes au sein de l'entreprise en leur proposant des stages de découverte de ses métiers, au sein de ses Directions locales et nationales. Le don en boutique : une action nationale solidairePour sa première campagne nationale de don en boutique lancée le 3 juillet, Orange a choisi de soutenir les projets d'inclusion numérique du Réseau E2C France. Le don en boutique offre la possibilité aux clients d'Orange de soutenir une cause en ajoutant jusqu'à un euro à leur achat. Il est disponible dans 600 boutiques Orange en France et permettra une meilleure visibilité du dispositif E2C sur l'ensemble du territoire national. Pour Alexandre SCHAJER, Président du Réseau E2C France :« Le monde du numérique, notamment les compétences liées, représente un véritable levier pour favoriser l'insertion sociale et professionnelle des jeunes les moins qualifiés. La signature de cet accord avec Orange France donnera aux stagiaires des E2C la possibilité de découvrir de nouveaux métiers en expansion et d'accroître leur employabilité dans un monde en constante évolution. »
  • Les bénéfices d'une meilleure autonomie numérique
    15 juillet 2019
    Télécharger le rapport les bénéfices d'une meilleure autonomie numériqueTélécharger le dossier de présentation Les bénéfices d'une meilleure autonomie numérique 14 millions de Français, soit 28 % de la population, sont éloignés du numérique. Un véritable handicap dans un contexte de numérisation croissante des activités. Ce rapport identifie et quantifie les bénéfices d'une meilleure maîtrise des outils numériques par la part de la population française qui ne les utilise pas dans la vie courante. Quel constat ? 28 % de la population est en difficulté vis-à-vis du numérique 16 % ne se connectent jamais à internet. 12 % ont des compétences numériques très faibles. Pourquoi ? Mauvaise maîtrise des outils numériques Absence d'équipement (smartphone, tablette, ordinateur...) Pas d'accès (couverture adsl ou 4G) Qui sont les personnes éloignées du numérique ? 62 % des non-internautes sont âgés de plus de 65 ans. Les plus de 70 ans sont 55 % à ne pas avoir internet chez eux contre 4 % des 12-17 ans. 84 % des non-internautes et 65 % des internautes distants sont peu diplômés. Quelle est leur pratique de l'outil numérique ? 30 % des internautes distants ont déjà effectué au moins une démarche administrative en ligne contre 80 % des internautes français. 11% des internautes distants achètent en ligne contre 51 % des internautes français. 24% des internautes distants se sont déjà rendus sur une plateforme de type AirBnb, Blablacar ou le BonCoin contre 62 % pour l'ensemble des internautes français. Économie numérique Gain annuel : 1,4 MdEUR E-commerce 180 MEUR environ de gains annuels de pouvoir d'achat (soit 42 euros par personne). Économie collaborative 1,2 MdEUR environ de gains de pouvoir d'achat grâce aux plateformes collaboratives. Emploi et formation Gain annuel : 2,1 MdEUR Réussite scolaire 35 MEUR environ de gains annuels en formant les 12 % de jeunes exclus du numérique. Augmentation de la productivité 360 MEUR environ de revenus supplémentaires. Chômage 310 MEUR environ de gains annuels pour les chômeurs et pour l'administration publique. Relations avec les services publics Gain annuel : 150 MEUR 450 MEUR environ annuels d'économies réalisées par l'administration en développant les télé-procédures. Les citoyens y gagneraient en temps l'équivalent de 150 MEUR annuels. Inclusion sociale et bien-être Gain annuel : 835 MEUR Santé 35 MEUR environ de gains annuels pour les citoyens, 70 MEUR annuels pour les services publics. Gains de temps 16h par an de gain de temps pour les exclus du numérique, soit 580 MEUR annuel. Capital social 1,4 million de personnes pourraient améliorer leur capital social avec une formation au numérique, soit l'équivalent monétaire de 150 MEUR. Les gains présentés ci-dessus sont calculés sur la base d'une formation au numérique des 14 millions d'individus qui ne sont pas internautes aujourd'hui. Un plan réaliste viserait à familiariser au numérique, en 10 ans, un Français sur trois aujourd'hui non internaute soit environ 4,7 millions de personnes. Les bénéfices générés seraient alors de 1,6 milliard d'euros par an.
  • Un rapport ébauche des pistes pour lutter contre l'«illettrisme numérique»
    15 juillet 2019
    Concevoir des sites web plus simples, capables de repérer automatiquement les utilisateurs «perdus», et accroître l'accompagnement: dans un «livre blanc» publié mardi, des spécialistes proposent des pistes pour venir en aide aux millions de Français en difficulté lorsqu'ils doivent utiliser internet.» LIRE AUSSI - Illectronisme : ces Français fâchés avec le Net «Il faut impérativement trouver des solutions pour que le monde numérique soit accessible à tous», souligne Philippe Marchal, président du Syndicat de la presse sociale (SPS), qui publie ce document contre «l'illectronisme». Cet «illettrisme numérique» concerne 23% des Français, «pas à l'aise» avec les outils en ligne, ou déclarant ne jamais naviguer sur internet ou difficilement, selon une étude CSA réalisée pour le SPS il y a an. Un tiers des sondés avaient même déclaré avoir déjà renoncé à une démarche parce qu'elle devait passer par internet.Un problème qui concerne surtout les plus âgés, mais pas seulement: parmi les jeunes générations, même des utilisateurs compulsifs de Snapchat ou Instagram peuvent se retrouver en difficulté pour remplir certains formulaires administratifs en ligne. Parmi les solutions potentielles évoquées dans ce «livre blanc»: le développement de sites web moins «lourds» à télécharger - pour éviter de pénaliser les usagers n'ayant pas une connexion rapide -, dotés de fonctions permettant de revenir en arrière lorsqu'on s'est trompé dans un formulaire, et surtout conçus selon les principes de l'«UX Design», c'est-à-dire en partant des besoins de l'utilisateur. Les concepteurs des sites web «sont souvent de jeunes urbains qui ont un peu de mal à se projeter vers d'autres profils», souligne Olivier Sauvage, spécialiste du UX design. «Les choses changent, le web a fait des progrès. Mais il reste beaucoup d'efforts à faire», ajoute-t-il.L'intelligence artificielle pourrait être utile, estime Olivier Mégean, à la tête d'un cabinet de conseil spécialisé: un algorithme pourrait détecter automatiquement un «comportement de navigation atypique», autrement dit les hésitations d'un usager perdu dans ses démarches, et déclencher l'ouverture d'une fenêtre lui proposant d'être contacté par un agent. Cette technologie est au point, et les sites d'e-commerce l'utilisent pour tenter d'empêcher les gens de quitter leur page sans avoir acheté, observe Olivier Mégean.La lutte contre l'illectronisme passe aussi par la formation. Pour cela, le gouvernement expérimente dans plusieurs départements un «pass numérique» qui permet de bénéficier de 10 à 20 heures de formation, et qui a vocation à être étendu à l'ensemble du territoire.LIRE AUSSI :» L'illettrisme, un fléau qui touche aujourd'hui 1,5 million de salariés
  • Formations en ligne : peuvent-elles vraiment vous aider à trouver un emploi ?  Journal du Gee
    3 juillet 2019
    Apprendre à coder, tourner une vidéo, parler en public, utiliser l'intelligence artificielle... en théorie, on peut aujourd'hui se former à tout et n'importe quoi en ligne. Mais ces nouveaux cursus peuvent-ils vraiment faire la différence lors d'un entretien d'embauche ? On est allé poser la question à des recruteurs. Deux cas bien distincts se dessinent. S'il s'agit d'une personne ayant simplement étoffé par ce biais un CV déjà potable, les recruteurs voient en général l'initiative d'un très bon oeil. " A condition que le choix de la formation soit cohérent avec le reste du parcours, nous précise Benoît Fillon, directeur technique de la plateforme de recrutement IT SkillValue, cela ne sert a rien en effet de suivre des dizaines de formations sans fil directeur." Fondatrice de l'incubateur Learnspace, Svenia Busson conseille également de s'en servir rapidement dans un projet : "Suivre un MOOC data science de 25h n'a pas une valeur énorme en soi. Mais si la personne montre qu'elle a mis en pratique les enseignements de ce MOOC, même sur un projet amateur, cela devient plus intéressant." La donne change en revanche si la formation en ligne ne vient pas en appoint mais constitue la colonne vertébrale de votre CV (car vous débutez ou entamez une reconversion radicale). "Il y a tellement de formations en ligne qu'il est encore un peu difficile pour l'heure de différencier les offres de qualité des autres. Elles constituent un "plus" intéressant sur le CV. Mais elles n'ont pas encore la même aura qu'un diplôme classique", nous confie Estelle Raoul, directrice exécutive chez Page Personnel, cabinet de recrutement et agence d'interim. Dans le cas ou la formation en ligne ne constituerait pas un appoint mais une pierre angulaire de votre CV, il faudra donc recourir à plusieurs Première chose à faire : cibler les secteurs les plus ouverts sur la question. "Ce sont notamment les domaines où le tissu académique a du retard par rapport aux besoins des entreprises car le secteur évolue très vite. Dans le développement web, le design, la data, les formations en ligne sont très en phase avec les besoins des employeurs", nous indique Jérémy Clédat, co-fondateur de la plateforme de recrutement spécialisée Welcome to the Jungle. Ensuite, ne pas hésiter à aller taper à la porte d'entreprises plus petites "Elles se montrent parfois plus ouvertes aux profils atypiques", confie Benoît Fillon de Skill Value. Il faut également avoir conscience du niveau que la formation permet d'atteindre. "Dans le développement par exemple, les missions vont de choses très simples à des projets de haute volée. On ne peut pas prétendre au niveau "Formule 1" après trois mois de formation. Il est important d'avoir une idée claire de ce vers quoi le cursus nous emmène", indique Jacques Froissant, PDG du cabinet de recrutement Altaide. Pour maximiser ses chances dans le cas d'une reconversion totale, mieux vaut privilégier les cursus certifiants et interactifs (avec des évaluations, des échanges avec un mentor, etc.). Et s'orienter vers des plateformes très professionnalisantes. Repéré depuis https://www.journaldugeek.com/dossier/formations-en-ligne-trouver-emploi/ L'article Formations en ligne : peuvent-elles vraiment vous aider à trouver un emploi ?  Journal du Gee est apparu en premier sur La Digital Learning Academy.
Toute la veille |RSSS'abonner