Accès direct au contenu | Accès direct au menu

Mot de passe oublié ?

Créer un compte

+
Vers Site public
Vers le site Grand Public

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi


Vous êtes ici : Site Professionnel > VAE > VAE en Auvergne-Rhône-Alpes > Organisation régionale

Les acteurs de la validation

Le certificateur

Cette instance est responsable de la certification, vérifie la recevabilité de la demande de VAE et est habilitée pour la délivrer.

Qui peut être certificateur ?

  • un ministère. Exemple : Ministère de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche et des affaires rurales
  • un établissement public de formation. Exemple : le CNAM
  • un établissement privé ou d'une branche professionnelle, pour les Certificats de Qualification Professionnelle (CQP).

Le valideur


Il est en charge de l'organisation, de la gestion de la procédure de validation.
Il peut être un service déconcentré d'un ministère (ex : la DRAAF pour l'agriculture), un établissement public (ex : l'AFPA pour le ministère de l'emploi, du travail et de la cohésion sociale), un établissement privé...

> Télécharger la liste des principaux valideurs d'Auvergne-Rhône-Alpes 2018


L'accompagnateur


Il propose une aide, facultative, au candidat pour la préparation à la validation.

Qui peut être prestataire de l'accompagnement VAE ? 
  • Des services déconcentrés des ministères. Exemple : DAVA pour l'Education Nationale
  • Des organismes publics de formation dépendants de différents ministères. Exemple : le réseau des GRETA pour l'Education Nationale, le réseau des CFPPA pour le ministère de l'Agriculture...
  • Des organismes de formation privés. Exemple : l'école Rockfeller pour l'accompagnement à la validation du Diplôme d'Etat d'Auxiliaire de Vie Sociale (DEAVS)
  • Des prestataires privés... 

Certaines instances prennent en charge la totalité de la démarche : recevabilité, accompagnement, organisation à la délivrance de la certification. C'est le cas par exemple des universités ou du CNAM.

En cas de validation partielle et si le parcours de développement des compétences du candidat le prévoit, un recours à la formation peut être envisagé. Il s'agira d'une formation adaptée aux besoins du candidat, qu'il pourra réaliser en dehors de l'instance qui a géré son parcours de validation.