Accès direct au contenu | Accès direct au menu

Mot de passe oublié ?

Créer un compte

+
VISITER LE SITE GRAND PUBLIC
SITE ORIENTATION
AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi

+

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi


Vous êtes ici : Site Professionnel > RSS

Actualités de la VAE

  • La validation des acquis de l'expérience, un outil au service de la réorientation professionnelle
    21 avril 2021
    En France, entre 2002 et 2015, un peu plus de 330 000 personnes ont obtenu une certification par le biais de la VAE. ShutterstockLa reconversion ou réorientation professionnelle est une question qui intervient de plus en plus fréquemment dans une trajectoire professionnelle. Entre 2010 et 2015, on estime que 22 % des personnes en emploi ont changé de métier et une enquête d'Odoxa 2017 relève que 85 % des sondés sont favorables à la reconversion professionnelle, quel que soit l'âge ou la catégorie professionnelle interrogée. La crise liée à la Covid-19 accentue encore les décisions de réorientation professionnelle d'une part parce qu'elle détruit des emplois de manière irrémédiable dans certains secteurs particulièrement touchés, d'autre part parce qu'elle conduit beaucoup de travailleurs à s'interroger sur leur trajectoire professionnelle et à chercher une nouvelle orientation dans ce que beaucoup résument à une quête de sens. Selon l'observatoire de l'OIT, ce sont 255 millions d'ETP (équivalent temps plein) qui ont été détruits en 2020 au niveau mondial du fait de la pandémie. S'engager dans une réorientation professionnelle est une étape difficile, encore plus si c'est une décision contrainte qui fait suite à la perte d'un emploi. Elle peut cependant être rendue plus facile si elle s'inscrit dans une démarche de VAE (validation des acquis de l'expérience). La VAE, un dispositif intéressant... La VAE, instituée par la loi de modernisation sociale de 2002, est inscrite au code de l'éducation et au Code du travail. Elle représente un mode d'accès à la certification et au diplôme par la reconnaissance de l'expérience professionnelle. La VAE est ouverte à tous sans critères d'âge, de statut (salarié, artisan, bénévole, travailleur indépendant, intérimaire, etc.) ou encore de niveau de formation requis. La seule condition, depuis la loi du 5 mars 2014 qui a assoupli les conditions requises et étendu le champ des bénéficiaires potentiels de la VAE, est de justifier d'une année au minimum d'expérience professionnelle présentant un lien direct avec le contenu et le niveau du diplôme visé. La VAE permet d'accéder à la certification et au diplôme grâce à la reconnaissance de l'expérience professionnelle. Shutterstock La VAE offre des avantages tant pour les entreprises que pour les salariés. Une étude réalisée sur les années qui ont suivi la mise en place de la loi de 2002 a montré que la VAE constituait pour les entreprises un outil pour rendre plus efficace leur politique de gestion du personnel, notamment en matière de recrutement et de mobilité, et pour les salariés un levier pour améliorer l'employabilité, favoriser l'évolution statutaire et la progression de carrière et renforcer la légitimité. La recherche souligne que c'est un outil essentiel de sécurisation du parcours professionnel pour des personnes peu qualifiées. Mais la VAE souffre encore d'une méconnaissance de la part des acteurs concernés. Sa réussite se heurte souvent aux difficultés inhérentes à son processus et repose très largement sur la possibilité pour le candidat de bénéficier d'un accompagnement adéquat. Elle est même totalement absente d'une étude portant spécifiquement sur la reconversion professionnelle en économie sociale et solidaire (ESS). ... mais peu exploité En France, entre 2002 et 2015, un peu plus de 330 000 personnes ont obtenu une certification par le biais de la VAE. Après une forte progression entre 2003 et 2009, le nombre de candidats obtenant une certification par la VAE se stabilise désormais autour de 25 à 30 000 par an. Les années récentes montrent même un recul du nombre de candidats dans la quasi-totalité des ministères certificateurs même dans des secteurs où elle est plus souvent mobilisée, comme le secteur sanitaire et social où elle représente un des principaux moyens pour continuer ou progresser dans l'emploi du fait de nouvelles exigences réglementaires. Une étude estime qu'en 2017, dans un secteur qui rassemble à lui seul 1,146 million de salariés, « moins de 700 salariés du BTP ont obtenu une certification à partir de la validation de leurs expériences ». S'agissant de la VAE visant l'obtention d'un diplôme universitaire, depuis 2007, celle-ci concerne environ 4 000 personnes par an qui visent, pour 80 % d'entre elles, l'obtention d'une licence professionnelle (42 %) ou d'un master (39 %). Le master ou le doctorat sont délivrés plus d'une fois sur quatre à des titulaires d'un diplôme de niveau bac +2 et près d'une fois sur six à des personnes qui sont déjà titulaires d'un diplôme de même niveau. Chaque année, dans le cadre d'un accord de longue date avec le ministère de l'Éducation nationale, la mutuelle MGEN accueille une vingtaine de personnes issues de ce ministère (enseignants, conseillers pédagogiques, assistants sociaux, personnels administratifs, etc.) qui souhaitent donner une direction nouvelle à leur parcours professionnel. Leur motivation ? Pour 75 % des individus interrogés, il s'agit d'une lassitude vis-à-vis de leur métier et/ou du cadre dans lequel il est exercé. Ils ont en moyenne 15 ans d'ancienneté, ils considèrent leur métier comme « passionnant sur le fond mais répétitif dans sa forme ». Ils ont « fait le tour de la fonction » se sont heurtés au « poids de l'institution » et à ce sentiment de « huis clos permanent » qui les enferme dans une fonction de manière définitive, dans « une prison dorée » où ils manquent de reconnaissance. La lassitude est la motivation principale de 75 % des professionnels de l'Éducation nationale souhaitant se reconvertir. Shutterstock Les raisons exprimées sont assez similaires à celles mises en avant dans l'étude de l'Apec sur ce qui pousse des cadres à chercher une reconversion professionnelle dans l'ESS : ils évoquent un environnement professionnel devenu intenable, une évolution de leur entreprise dans laquelle ils ne se reconnaissent plus et l'émergence de nouvelles aspirations professionnelles. Un exemple à suivre ? Les personnes de l'Éducation nationale qui arrivent à la MGEN y occupent la fonction de « délégué de section départementale », qui est une fonction charnière entre la base militante de la mutuelle (ses administrateurs et ses adhérents) et sa base opérationnelle (ses dirigeants et ses salariés). Détachés de leur corps professionnel d'origine pour une période déterminée, ces « nouveaux délégués » ont des profils et des parcours professionnels divers et sont en activité sur l'ensemble du territoire national, y compris les DROM et les COM. Les enjeux pour eux sont nombreux, notamment en matière de professionnalisation, pour permettre une acculturation réussie. Depuis 2016, il leur est proposé de s'engager dès leur arrivée à la MGEN dans une démarche de VAE visant l'obtention du Master Économie sociale et solidaire proposé par Le Mans Université. En l'espace de cinq ans, ce sont environ 130 demandes de VAE qui ont été déposées, dont une trentaine actuellement en cours d'accompagnement. Une analyse de profils réalisée sur un peu plus de 70 stagiaires montre que ce sont pour les deux tiers des femmes et qu'indépendamment du genre, 80 % d'entre eux ont plus de 40 ans et les trois quarts un niveau de diplôme au moins équivalent à la licence, avec une variété de niveaux s'échelonnant du bac au doctorat. Les personnes engagées dans ce processus lui reconnaissent une double utilité : il favorise la prise de fonction dans un environnement professionnel totalement différent de celui de l'Éducation nationale et il permet « d'envisager des évolutions de carrière plus tard » au-delà de l'Éducation nationale, « faire une 3e carrière ailleurs » n'est alors plus simplement un rêve, mais devient un projet professionnel réaliste. Une première enquête menée auprès d'un échantillon de stagiaires montre que le dispositif est un réel levier dans l'entrée en fonction, un accélérateur de légitimité interne, mais aussi un atout professionnel pour la suite de la carrière. La VAE agit comme un révélateur de compétences acquises et le diplôme obtenu est un certificateur qui favorise les évolutions de carrière au sein de la MGEN et au-delà. Dans le parcours professionnel de ces nouveaux délégués, la VAE apparaît bien comme un élément qui accompagne et facilite la réorientation professionnelle en permettant d'endosser rapidement une nouvelle légitimité professionnelle et de mobiliser des compétences acquises dans l'intégralité du parcours professionnel ou militant de chacun. Olivier Boned est délégué général de l'institut Montparnasse, une association qui a une activité de think tank sur les mutuelles.Eric Bidet et Lydie Grudé ne travaillent pas, ne conseillent pas, ne possèdent pas de parts, ne reçoivent pas de fonds d'une organisation qui pourrait tirer profit de cet article, et n'ont déclaré aucune autre affiliation que leur poste universitaire.
  • Adecco Medical forme des aides-soignants par la VAE
    19 avril 2021
    « Les établissements de santé connaissent depuis quelques années une pénurie de personnel soignant, dont les aides-soignants. La crise sanitaire n'a fait que mettre en exergue cette situation », explique Dominique Moreau, responsable solutions emploi et formation d'Adecco Medical. Depuis novembre dernier, le groupe propose à des personnels volontaires, agents de service hospitalier, agents de soins et auxiliaires de vie, un accompagnement au dispositif de la validation des acquis de l'expérience (VAE) pour obtenir le diplôme d'aide-soignant. Les candidats bénéficient de 84 heures de coaching individuel et collectif pour les aider à remplir leur dossier. « Nous avons opté pour ce projet car il permet d'accéder au diplôme de manière assez rapide, avec un accompagnement de 17 semaines alors que la formation à l'école d'aides-soignants dure un an. Cela permet aussi aux personnes engagées de poursuivre une activité professionnelle en parallèle », reprend Dominique Moreau. Reconnaissance du diplôme Pour Laetitia Doucet, qui a entamé son accompagnement VAE avec la première promotion d'Adecco Medical en novembre dernier, la formule est bien adaptée. « J'avais déjà pensé à me former il y a quelques années, mais ce n'était pas envisageable financièrement, car j'aurais dû arrêter de travailler pour retourner à l'école. Et mon organisation personnelle, avec mes deux enfants, ne me le permettait pas non plus. » La jeune femme a travaillé pendant dix ans comme agent de service hospitalier dans différentes structures médicales. « Les agents de service hospitalier, les agents de soins et les auxiliaires de vie sont des qualifications qui aujourd'hui font fonction d'aides-soignants dans de nombreux établissements, sans avoir la reconnaissance du diplôme », souligne Dominique Moreau. Ces fonctions sont aussi associées à des contrats précaires. Adecco Médical signe avec les candidats à la VAE un CDI intérimaire, qui leur garantit un salaire fixe quelque soit le volume de leurs missions. « C'est le premier CDI que je signe, après dix années de CDD, dont on ne sait jamais s'ils vont être renouvelés ou pas », soulève Laëtitia Doucet. Manque de jurys Pour Adecco Medical, l'enjeu est de fidéliser les candidats et de répondre à une demande de montée en compétences de leur part. Le dispositif rencontre du succès depuis sa mise en place. « La sélection s'effectue sur l'expérience professionnelle, qui doit être au minimum de 1 607 heures pour ce diplôme, un entretien de recrutement avec l'agence locale et une validation au niveau du groupe », détaille Dominique Moreau. Dans sa lancée, l'agence d'emploi se heurte à une difficulté : le manque de jurys pour valider les VAE, selon les régions, qui peuvent conduire les candidats à attendre plusieurs mois après la fin de leur accompagnement pour passer devant un jury et espérer obtenir leur diplôme. Une quarantaine de personnes suivent actuellement l'accompagnement proposé par Adecco Medical. L'objectif est d'atteindre une centaine de personnes diplômées d'ici la fin de l'année. Et l'agence prépare de nouveaux projets d'accompagnement, toujours par le biais de la VAE, vers les diplômes d'auxiliaire de puériculture, de moniteur-éducateur et d'éducateur spécialisé.
  • DRAJES, DREETS & VAE
    12 avril 2021
    DRAJES & DREETS, de nouveaux repères pour la VAEVous le savez, depuis le 1er Avril 2021, une réorganisation territoriale a été opérée créant deux nouvelles structures : - la Direction Régionale de l'Economie, de l'Emploi, du Travail et de la Solidarité (DREETS) qui regroupe les missions actuelles de la DIRECCTE et les missions de cohésion sociale, de politique de la ville, les formations et certifications sociales et paramédicales- la Délégation Régionale Académique Jeunesse, Engagement et Sport (DRAJES) qui regroupe les missions jeunesse et sports au niveau de la région académique. Quid de la VAECes nouvelles structures ont apporté des changements pour accéder aux informations VAE pour les certifications gérées par ces structures.Pour les certifications de la cohésion sociale et paramédicales, rendez-vous dès à présent sur le site de la DREETS, rubrique Cohésion sociale et solidaritésPour les certifications jeunesse, animation et sport, rendez-vous sur les pages "Emploi, formation, concours". >> Retrouvez toutes les coordonnées des principaux valideurs dans le document "Liste des principaux valideurs en AURA" (Avril 2021; PDF)
  • Listes de candidats admis au DE aide-soignant
    12 avril 2021
    Consultez la liste des admis au Diplôme d'état d'aide-soignant Avril 2021 Avril 2021 liste des candidats admis à la VAE du diplôme d'Etat d'aide-soignant du 6 avril 2021 la liste des candidats admis à la VAE du diplôme d'Etat d'aide-soignant du 7 avril 2021 la liste des candidats admis à la VAE du diplôme d'Etat d'aide-soignant du 8 avril 2021 la liste des candidats admis au DE AIDE-SOIGNANT du 8 avril 2021
  • FNE-Formation : signature de 10 nouvelles conventions cadres avec les opérateurs de compétences pour accélérer la formation des salarié(e)s et préparer la sortie de crise.
    12 avril 2021
    Élisabeth Borne, ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion, a signé 10 nouvelles conventions cadres avec des opérateurs de compétences (OPCO) actant la mobilisation de près de 240 millions d'euros supplémentaires du FNE-Formation, financés par le plan France Relance, en vue de renforcer les compétences. Avec la signature de la première convention cadre avec l'OPCO 2i en janvier 2021, l'État consacrera au total cette année près de 390 millions d'euros à la formation des salariés des entreprises impactées par la crise. Repensé pour faire face aux conséquences économiques liées à la crise sanitaire du Covid-19, le dispositif FNE-Formation vise à répondre aux besoins des entreprises en activité partielle, en activité partielle de longue durée et des entreprises en difficulté pour former leurs salarié(e)s et ainsi préparer la sortie de crise. Dans le cadre des conventions signées entre l'État et chacun des 11 OPCO, l'abondement significatif apporté par l'État via le FNE-Formation doit permettre d'accompagner le développement des compétences des salarié(e)s ou leur reconversion interne. Ces conventions cadres concernent l'ensemble des secteurs et vont notamment permettre de soutenir des activités particulièrement impactées par la crise sanitaire pour favoriser leur rebond (hôtel-café-restaurant, transport aérien, commerce, services aux entreprises, etc.) Dans leur rôle d'appui aux branches professionnelles, les OPCO auront la responsabilité de la mise en oeuvre de ce dispositif exceptionnel, du ciblage des entreprises, de la qualification de leurs besoins, du montage des solutions et leur suivi. De l'ordre de 48 000 parcours de formation pourront ainsi être financés dans le périmètre de ces conventions, et selon la typologie suivante : Le Parcours reconversion permettant à un(e) salarié(e) de changer de métier ou de secteur d'activité au sein de la même entreprise ; Le Parcours certifiant permettant à un(e) salarié(e) d'acquérir un diplôme, un titre professionnel, un certificat de qualification professionnelle ou interindustrielle ; Le Parcours compétences spécifiques contexte Covid-19 ayant conduit à une nouvelle organisation, de nouveaux marchés, de nouveaux procédés... ; Le Parcours anticipation des mutations qui vise à permettre une bonne appropriation des outils et méthodes de travail par le/la salarié(e) : numérique, écologie et compétences métier spécifiques. « Après avoir signé une première convention cadre avec l'OPCO 2i pour accompagner la relance de l'industrie, je me réjouis de la finalisation de ces nouvelles conventions qui sont une grande avancée pour encore mieux accompagner l'ensemble des secteurs d'activités impactés par la crise. Dans certains cas, la crise a été un accélérateur des mutations déjà à l'oeuvre, comme la digitalisation dans le commerce, ce qui suppose de renforcer l'effort de formation. Le FNE-Formation permettra d'anticiper l'évolution des compétences nécessaires pour s'adapter aux nouveaux modèles en sortie de crise. La formation des salarié(e)s sera clé pour la reprise économique » déclare Élisabeth Borne, ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion. pdf CP - FNE-Formation : signature de 10 nouvelles conventions cadres avec les (...) Téléchargement (500.5 ko) docx CP - FNE-Formation : signature de 10 nouvelles conventions cadres avec les (...) Téléchargement (34.8 ko)
  • Modification des critères d'enregistrement du RNCP et du RS
    8 avril 2021
    Un  décret modifie les critères d'enregistrement des certifications professionnelles dans le répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) et des certifications ou habilitations dans le répertoire spécifique (RS), en prévoyant notamment que le référentiel de compétences des certifications professionnelles et des certifications ou habilitations est apprécié au regard des compétences liées à la prise en compte des situations de handicap, de l'accessibilité et de la conception universelle. Définition de la conception universelle par l'article 2 de la convention relative aux droits des personnes handicapées du 30 mars 2007 : On entend par « conception universelle » la conception de produits, d'équipements, de programmes et de services qui puissent être utilisés par tous, dans toute la mesure possible, sans nécessiter ni adaptation ni conception spéciale. La « conception universelle » n'exclut pas les appareils et accessoires fonctionnels pour des catégories particulières de personnes handicapées là où ils sont nécessaires. D'autres modifications sont prévues que nous décrypterons dans une prochaine actualité juridique. Le décret modifie en outre la composition de la commission de France Compétences en charge de la certification professionnelle et des commissions professionnelles consultatives (CPC). Il modifie également la procédure d'établissement de la liste annuelle des métiers considérés comme particulièrement en évolution ou en émergence, ainsi que la procédure de notification des demandes tendant à la mise en place de correspondances totales ou partielles. Il étend en outre le régime de sanctions pouvant être prononcées par le directeur général de France Compétences. Enfin, en raison de l'épidémie de Covid-19, il prévoit des modalités transitoires relatives à la composition des jurys de validation des acquis de l'expérience (VAE). Décret n° 2021-389 du 2 avril 2021 (JO du 4.4.21) Pour les abonnés des Fiches pratiques du droit de la formation : Fiche 18-5 Répertoire national des certifications et Fiche 18-9 Certification et habilitations du Répertoires spécifique
  • « La formation continue représente le pilier de notre politique de ressources humaines » (Anne Broches, Lidl)
    31 mars 2021
    Le Quotidien de la formation Pouvez-vous présenter Lidl France ? Anne Broches Lidl France possède 1550 supermarchés et emploie 40 000 collaborateurs dans l'Hexagone. Notre enseigne propose un assortiment sélectionné de 1 700 produits alimentaires (avec 72% de Made in France) avec 90 % de marques de distributeur et un prix unique dans tous ses supermarchés. Engagés dans l'économie circulaire, nous recyclons 81 % des déchets générés par nos supermarchés. QDF Quelle est votre philosophie en termes de formation continue pour les salariés de Lidl ? A. B.  Notre stratégie consiste à digitaliser (e-learning, formation ouverte et à distance) notre offre de formation afin de nous retrouver au plus proche des besoins de nos collaborateurs. Nous disposons de parcours d'intégration adaptés à chaque poste afin que nos salariés apprennent méthodiquement les techniques nécessaires à l'exercice de leur métier et s'imprègnent de la culture d'entreprise. Une fois le parcours d'intégration réalisé, nos salariés se rendent dans nos centres d'évaluation dont l'objectif consiste à observer ces derniers en situation professionnelle et de s'assurer que toutes les compétences ont été acquises. Le parcours très complet proposé à nos salariés lors de leur intégration permet de recruter des profils très diversifiés. Nous définissons chaque année lors d'une people review, pour chacun de nos collaborateurs, des dispositifs de développement (formation, accompagnement, coaching). Nous avons à coeur de fidéliser nos salariés et de développer leurs potentiels. Nous avons ainsi lancé en 2019 une campagne de validation des acquis de l'expérience (VAE) collective à l'intention d'une trentaine de nos responsables de supermarché. Le taux de réussite s'est élevé à 100%. Devant ce succès, nous avons, en 2020, renouvelé l'opération pour les métiers de la logistique avec le Conservatoire national des arts et métiers (CNAM). Chaque année nous investissons plus de 4% de notre masse salariale dans la formation continue. En termes de politique RH, nous avons de forts enjeux de recrutement pour accompagner la croissance de l'entreprise. En 2021, nous allons créer 3000 postes. QDF Qu'en est-il en matière de politique d'apprentissage ? A. B. Nous avons doublé notre nombre d'alternants l'année dernière et prévoyons d'en recruter 1000 autres pour notre prochaine campagne. A ce jour, plus de 40% de nos alternants se voient proposer un contrat de travail à l'issue de leur apprentissage. Dans notre démarche qualité sur l'alternance, nous avons été certifiés Happy Trainees (trophées récompensant les meilleures entreprises où effectuer un stage ou un apprentissage) l'an dernier. L'apprentissage permet de créer un vivier de futurs talents dans une entreprise où plus de 98% de nos cadres dirigeants sont issus de la promotion interne. Pendant les périodes de confinement l'an dernier, nous avons fait le choix de poursuivre la formation et l'apprentissage de nos collaborateurs afin de préparer nos futurs talents      
  • Une circulaire sur le Cappei
    15 mars 2021
    ... recevable, la deuxième étape consiste à compléter un dossier de validation des acquis de l'expérience professionnelle d'un enseignement inclusif".
  • Sport et animation : réunions d'informations sur la VAE
    11 mars 2021
    Compte tenu des conditions sanitaires, les réunions d'informations sur la VAE dans le champ du sport et de l'éducation populaire sont remplacées par une réunion en visio-conférence. La prochaine réunion d'information est prévue le 26 avril 2021 de 14h30 à 15h30. Elle se déroulera par visioconférence. Pour s'y inscrire : nous confirmer par messagerie votre participation indiquer le diplôme que vous souhaitez valider Nous vous transmettrons en retour les codes d'accès. Contacts DRAJES 245 rue Garibaldi - 69422 Lyon CEDEX 03 Nomcourrieltéléphone Catherine DUMOULIN (secrétariat) catherine.dumoulin@jscs.gouv.fr 04 72 61 40 20 Eve ZIEMNIAK (diplômes du sport) eve.ziemniak@jscs.gouv.fr 04 72 61 34 79 Blandine PILI (diplômes de l'animation) blandine.pili@jscs.gouv.fr 04 72 61 34 27
Toute la veille |RSSS'abonner

Vous souhaitez soumettre une actualité ou une action de découverte métiers, emprunter des ressources ou gérer vos newsletters ? Connectez-vous :
Mon compte
SITE ORIENTATION
AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

VISITER LE SITE GRAND PUBLIC