Accès direct au contenu | Accès direct au menu

Mot de passe oublié ?

Créer un compte

+
VISITER LE SITE GRAND PUBLIC
SITE ORIENTATION
AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi

+

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi


Vous êtes ici : Site Professionnel > RSS

Actualités de la VAE

  • Transitions Pro lance une VAE expérimentale
    15 octobre 2020
    Depuis le 15 juin dernier, le réseau paritaire Transitions Pro (ex-Fongecif) finance les projets VAE des salariés souhaitant faire reconnaître leur expérience professionnelle. Mais, depuis le 1er octobre 2020, il est possible d'articuler les dispositifs PTP (projet de transition professionnelle) et VAE (validation des acquis de l'expérience), grâce au lancement d'une expérimentation nationale menée par six Transitions Pro régionales : Bourgogne-Franche-Comté, Occitanie, Auvergne-Rhône-Alpes, Normandie, Pays de la Loire et Nouvelle-Aquitaine. Un accompagnement tout du long du parcours Ainsi et jusqu'au 31 décembre 2020, un salarié du secteur privé désireux d'entreprendre une reconversion professionnelle, et présentant une expérience (professionnelle ou extraprofessionnelle) en lien avec le nouveau secteur d'activité, peut mobiliser une VAE partielle adossée à un projet de transition professionnelle. Dans cette perspective, le demandeur pourra bénéficier des prises en charge prévues dans chacun des deux dispositifs (accompagnement VAE et formation). Un référent (conseiller en évolution professionnelle, organisme de formation certificateur, centre de conseil sur les validations des acquis de l'expérience) suivra le dossier jusqu'à la certification. Il sera en relation, tout du long, avec le référent parcours de Transitions Pro. Cet accompagnement est rendu possible par l'instauration d'un financement forfaitaire de 2000 euros par référent accompagnant. « L'intérêt de la formule pour le salarié est de lui offrir un parcours individualisé et optimisé qui renforce ses chances de concrétiser son projet de reconversion professionnelle », affirme Philippe Debruyne, président de Certif' Pro, tête de réseau des associations Transitions Pro. Relais multiples Pour lancer et relayer cette expérimentation, toute une série de partenaires régionaux seront informés et soutiens de l'opération : opérateurs du conseil en évolution professionnelle (CEP) de droit et opérateurs CEP de marché régionaux, organismes de formation certificateurs, Espaces conseil VAE ou accompagnateurs VAE, DAVA (dispositif académique de validation des acquis), Carif-Oref, Cité des métiers et de l'orientation. Ces relais seront importants pour rendre l'expérimentation le plus souple possible. Un salarié pourra entrer dans le processus alors qu'il avait un projet de PTP mais sans penser à la VAE, et inversement. « Cette articulation de dispositifs PTP + VAE ou VAE + PTP permettra d'individualiser le parcours de formation et de limiter les engagements financiers au plus juste du projet de transition professionnelle, espère Philippe Debruyne. Mais attention, le bénéficiaire doit être conscient qu'il engage deux parcours de manière concomitante. » Rappelons que si le projet de transition professionnelle est accepté par l'association Transitions Pro, les frais pédagogiques de la formation, le salaire et charges et les frais annexes (sous conditions) sont pris en charge par l'association.  
  • Rappel : prise en charge de la VAE pour les salariés jusqu'au 31/12/20
    14 octobre 2020
    Pour tous salariés en CDI, en CDD, intérimaires ou intermittents du spectacle qui s'engage dans une démarche VAE, c'est le moment de faire une demande de prise en charge financière !L'ordonnance du 1er Avril (Cf notre actu) permet aux Transitions Pro de financer les démarches de Validation des Acquis de l'Expérience pour un montant plafonné à 2 000EUR jusqu'au 31/12/2020. Sont pris en charge : - La demande de recevabilité - L'accompagnement à la préparation au dossier de validation - L'évaluation par le jury Quelles démarches à effectuer ? : - Identifier l'organisme accompagnateur (Datadock ou Qualiopi) - Compléter un dossier de demande de financement sur www.transitionspro-ara.fr / rubrique « Dispositif VAE» - Transitions pro étudie la demande et émet un avis Important : Si la démarche VAE est prévue pour 2021, le financement peut être accordé si passage devant la commission Transitions Pro avant le 31/12/2021.Pour plus d'informations, consultez le site de Transitions Pro Auvergne-Rhône-Alpes
  • Extension des territoires zéro chômeur : la formation se développe malgré des obstacles
    9 octobre 2020
    L'expérimentation territoires zéro chômeurs de longue durée va être étendue à 50 nouveaux territoires, en plus des dix existants. La proposition de loi a été votée à l'unanimité le 16 septembre. Menée depuis 2017 dans des territoires ruraux ou politique de la ville, l'expérimentation a abouti à la création de 13 entreprises à but d'emploi (EBE), qui embauchent en CDI, sur la base du Smic, 900 personnes privées d'emploi depuis plus d'un an, pour des activités utiles à la société et non concurrentielles. Alors que les opposants à cette extension pointent le coût du dispositif, la plupart des EBE étant déficitaires, ses défenseurs soulignent les nombreuses retombées associées : sur la santé, la consommation, la redynamisation de ces territoires, et aussi la formation des salariés. Ceux-ci étaient sans emploi depuis plus de 4 ans et ont un niveau V (CAP) de formation. « La montée en compétences est donc un enjeu important, même si la priorité des entreprises a d'abord été de développer leur activité et de stabiliser les salariés« , indique Hélène Bamogo, qui accompagne les EBE sur cette question pour le fonds d'expérimentation. Obstacles Selon une enquête interne, fin 2019, 80% des EBE disaient rencontrer des difficultés d'accès à la formation. D'ordre financier, d'une part, puisque leur taille, de plus de 50 salariés, ne leur permettait pas d'accéder aux fonds mutualisés. « Cet obstacle a été partiellement levé puisqu'elles peuvent désormais accéder à des crédits complémentaires du PIC (plan d'investissement dans les compétences) IAE (insertion par l'activité économique) », rappelle Hélène Bamogo. Les salariés des EBE ne sont pas non plus éligibles aux formations de Pôle emploi. Quant à celles proposées par les Régions, elles ne sont pas toujours adaptées en termes de lieu, de volume horaire, de prérequis. « L'éloignement des organismes de formation est un obstacle important« , précise-t-elle. Enfin, il n'est pas simple de formaliser les besoins de formation, d'établir un plan de développement des compétences seules 60% l'ont fait en 2019 et de mobiliser l'ingénierie nécessaire. POEC et CQP Malgré ces freins, 626 salariés d'EBE se sont formés en 2019, pour un total de 15 000 heures. « Certains ont suivi une POEC en amont de leur recrutement, pour pouvoir occuper leur poste, d'autres une fois embauchés, ont passé des habilitations électriques, Caces (certificat d'aptitude à la conduite en sécurité) , ou suivi des formations à l'informatique ou à la cohésion d'équipe« , ajoute Hélène Bamogo. Ce sont souvent des formations courtes, d'adaptation au poste, mais pas uniquement. Par exemple, à la Fabrique de l'emploi, à Lille, un salarié a fait une formation en animation 2D-3D (deux à trois dimensions) dans le cadre d'une POEC (préparation opérationnelle à l'emploi collective) de quatre mois, et plusieurs autres se sont formés au CQP (certificat de qualification professionnelle) d'agent de restauration développé par Cuisine Mode d'emploi. A Colombelles, un CAP travaux paysagers est en cours. CléA, Afest et VAE La formation aux compétences de base va être renforcée: « A Pipriac, l'entreprise Tezea a positionné 60 salariés pour obtenir la certification CléA (certificat de connaissances et de compétences professionnelles)« , ajoute Hélène Bamogo. Plusieurs EBE sont aussi en réflexion pour développer l'Afest (action de formation en situation de travail) : « A Mauléon, une responsable RH de l'Esiam s'est formée à la méthodologie Afest et va identifier des situations formatrices parmi les activités de l'entreprise, c'est le début de la démarche« , explique-t-elle. Enfin, la Fabrique de l'emploi va tester la reconnaissance des acquis de l'expérience: « Un référent a été formé au dispositif « différents et compétents », issu des entreprises adaptées, qui permet aux salariés de se positionner sur un référentiel métier en constituant un dossier de preuves et en présentant ce qu'ils savent faire« , conclut Hélène Bamogo. Le fonds d'expérimentation va continuer à appuyer les EBE dans leur démarche de formation.
  • Les "Rendez-vous Moockie" sont de retour !
    6 octobre 2020
    Vous avez été nombreux en avril et mai dernier à nous rejoindre pour échanger sur les sujets en lien avec certains de nos modules en auto-formation. Nous vous proposons de renouveler l'expérience à partir de novembre 2020 pour 3 nouveaux RDV. Inscrivez-vous dès maintenant pour participer.  Professionnels, ces RDV de 30 minutes sont l'occasion de poser vos questions à l'animateur via un Tchat. Vous pouvez également poser vos questions en amont du RDV afin d'obtenir une réponse détaillée le jour J.Pour participer à ces RDV gratuits, il est nécessaire d'avoir suivi le module d'auto formation associé sur Moockie.fr Points de repères sur le handicap : mardi 3 novembre à 14h00 Vous pourrez approfondir avec Sandrine VERON, chargée de mission handicap à Via Compétences, les notions abordées dans le module, le rôle des acteurs et les nouveautés de ces derniers mois. Pour vous inscrire, cliquez ici >> Pour poser vos questions à l'animatrice de RDV>> Pour suivre le module d'auto formation sur MoockieRepérer une certification adaptée au projet de VAE : vendredi 4 décembre à 14h00 Vous pourrez approfondir avec Christelle MASSON, responsable du service Accompagnement des professionnels à Via Compétences une ou plusieurs étapes du travail d'identification des certifications et échanger sur vos cas concrets.Pour vous inscrire, cliquez ici >>Pour poser vos questions à l'animatrice de ce RDV>> Pour suivre le module d'auto formation sur Moockie Informer sur la VAE : mardi 12 janvier 2021 à 14h00 Vous pourrez échanger avec Caroline PIZZOGLIO, chargée de mission VAE à Via Compétences, sur l'actualité et vos pratiques de promotion de la VAE entre professionnels de l'orientation et de formation.Pour vous inscrire, cliquez ici >> Pour poser vos questions à l'animatrice de ce RDV>> Pour suivre le module d'auto formation sur Moockie 
  • Certif' Pro présente son premier bilan
    6 octobre 2020
    Certif' Pro est « l'interlocuteur unique de l'État et de France compétences sur toutes les questions nationales concernant les associations Transitions Pro et pour tous les sujets liés à la transformation des Fongecif ». Le 30 septembre, Certif' Pro a adressé à la DGEFP (Délégation générale à l'emploi et à la formation professionnelle) un bilan de son activité. Levier d'une politique publique portée par les partenaires sociaux Premier constat : l'association a commencé à travailler dès la fin 2019. Les deux conventions avec la DGEFP (convention-cadre du 19 juin 2020 et convention de subvention du 15 juillet 2020) ont été signées par la suite. « Pour le dire autrement, expliquent Philippe Debruyne, président (CFDT) et Max Roche, vice-président (Medef), Certif' Pro n'a pas attendu de bénéficier d'une subvention pour prendre ses responsabilités, afin de faire du réseau des Transitions Pro le levier d'une politique publique portée par les partenaires sociaux en faveur de l'accompagnement des transitions professionnelles, dont les conséquences de la crise sanitaire ont montré toute l'importance. » Dynamique de réseau Deuxième constat, toujours selon les présidents de Certif' Pro, la mobilisation de l'association, à la demande de ses organisations paritaires fondatrices, s'est faite avec un état d'esprit constructif en relation avec France compétences et la DGEFP. Ce travail résolument « orienté usager » a ainsi produit « des livrables tangibles » sur les onze chantiers prévus : statuts et règlements intérieurs des Transitions Pro ; ajout de la mission CléA dans les textes réglementaires ; définition d'une signature et d'une identité graphique communes ; mise en place de sites d'information dans chaque Transitions Pro ainsi que d'un site générique... Elle a également « contribué à initier une dynamique de réseau » en son sein comme dans son rapport de co-construction avec France compétences et la DGEFP. A mettre en avant également : l'accélération de la dématérialisation du dossier PTP (projet de transition professionnelle) pendant le confinement, ou le lancement de l'expérimentation sur la VAE à partir de ce 1er octobre 2020. Lien entre projet de transition professionnelle et co-investissement Troisième constat : les partenaires sociaux, pilotes de Certif' Pro, font néanmoins état d'une inquiétude sur un chantier particulier, celui du lien entre projet de transition professionnelle (PTP) et co-investissement. « Certif' Pro ne cesse d'alerter sur l'impossibilité qui est faite au candidat à un PTP de co-investir lui-même sur son propre projet avec le montant de son CPF, précisent les présidents. D'autant que lorsqu'un PTP est accordé, son bénéficiaire perd automatiquement les droits inscrits sur son CPF, dont le montant est alors réduit à zéro. Cette situation devient aujourd'hui encore plus critique avec la possibilité pour une entreprise d'abonder le compte de ses salariés : si l'un d'eux bénéficie d'un PTP, ce serait la Caisse des dépôts et consignations qui bénéficierait de l'abondement de l'entreprise et non le salarié lui-même... » Selon Certif' Pro, ce chantier est à réinterroger en fonction des nouvelles priorités issues de recommandations de France compétences et des dynamiques à l'oeuvre dans les territoires dans le cadre des conférences sociales régionales et du plan de relance.
  • Compétences PEC : certification de l'expérience
    2 octobre 2020
    Compétences PEC est un dispositif permettant aux salariés en Parcours emploi compétences (PEC), contrats aidés, d'obtenir une reconnaissance officielle de leurs compétences pour développer leur employabilité. Il s'agit de valoriser l'expérience professionnelle et les compétences développées tout au long de leur parcours, pour faciliter l'insertion vers l'emploi durable. Cette valorisation de l'expérience peut se réaliser dans le cadre de la VAE d'un titre complet ou d'une valorisation d'un ou plusieurs blocs de compétences, d'une Reconnaissance des Savoir Faire Professionnels (RSFP) pilotée par l'Afpa ou d'une certification CléA socle. Compétences PEC est une prestation financée par le plan d'investissement des compétences (PIC) et déployée par l'Afpa. Compétences PEC : certification de l'expérience
  • « Une bonne ingénierie de certification commence d'abord par une fine analyse du travail » (Mikaël Charbit, France compétences)
    25 septembre 2020
    « La certification n'est jamais une science exacte », a admis Mikael Charbit à Valérie Hellouin, consultante en ingénierie et politiques de formation à Centre Inffo, et animatrice du webinaire. Mais quelques étapes-clés guident la démarche, que ce soit pour être recevable au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) ou au Répertoire spécifique (RS).  Compétence n'est pas formation Bien comprendre la définition de la compétence adoptée par France compétences est un préalable. C'est la « mobilisation de manière pertinente de ses ressources (par exemple : savoirs, savoir-faire techniques, savoir-faire relationnel) et de celles de son environnement, dans des situations diverses pour exercer une activité en fonction d'objectifs à finalité professionnelle à atteindre », explique Mikael Charbit. Ce ne sont ni l'action de formation ni les connaissances. Préciser le périmètre de la certification est la deuxième étape. « Quels métiers ? Quels emplois types ? Quelle cohérence d'ensemble ? », questionne Mikaël Charbit. Ce qui passe par une analyse fine des situations de travail, et des activités censées être exercées après l'acquisition de cette compétence. Consulter et auditer des professionnels est évidemment une très bonne méthode. Lire les études des observatoires de branche, et les avis des partenaires sociaux constituent également de bonnes sources. Attention, indique-t-il, cette définition doit rester « un peu 'macro' : ce n'est pas la liste des tâches ». Ce travail d'analyse est fondamental, précise le représentant de France compétences, car « c'est la fondation de la certification ».  Verbes d'action L'écriture en termes de compétences doit être structurée au moyen de verbes d'action à l'infinitif. « La compétence prend son sens par rapport à l'action », poursuit Mickaël Charbit. Elle doit s'exprimer par rapport à un objectif ou un résultat à atteindre (pour, afin de, en vue de, à l'attention de...) ; et éventuellement par rapport aux moyens mis à disposition (l'objet de l'action, le mode opératoire ou les moyens). Et d'illustrer les verbes d'action adéquats. Faire, piloter, rédiger : oui. Connaître, savoir, maîtriser... : non. Le système d'évaluation prévu dans le processus de certification est crucial. « Il s'agit de donner l'assurance raisonnable que la personne détient bien la compétence, analyse Mikael Charbit. Il faut donc préciser le niveau d'exigence attendu, car il définit la finalité d'exercice dans l'entreprise et dans l'environnement de travail. » Ce qui, reconnaît-il, peut dépendre du contexte et de pondérations. Quelques conseils : une évaluation au plus près de la situation de travail visée est préférable ; une compétence très pratique ne s'évaluera pas via une épreuve écrite sur table ; les évaluations collectives sont souvent très intéressantes car très révélatrices, notamment dans le cas de compétences transversales. Lesquelles, prévient le représentant de France compétences, sont « très dures à évaluer, et souvent sources d'échec de recevabilité ». En complément, s'inscrire à la Matinée d'actualité de Centre Inffo, le 8 ocrobre, sur le thème : Partenariats entre organismes de formation et certificateurs : repères pour rendre son offre éligible au CPF. Aller plus loin avec le prochain webinaire de Centre Inffo, le 15 octobre, sur le thème: Finaliser le projet de certification : la démonstration du projet et la structuration de son organisation.
  • Validation des acquis de l'expériences des primo-arrivants
    1 septembre 2020
    Validation des acquis des acquis de l'expériences des primo-arrivants, pour une insertion professionnelle durable et réussie. Ce programme offre trois réponses possibles, selon les besoins de la personne : La validation des acquis de l'expérience (VAE) afin d'obtenir un titre professionnel du ministère du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion. Dans ce cas, les personnes doivent posséder les prérequis nécessaires ou acquérir au maximum un bloc de compétences manquant grâce à un ou des modules de formation complémentaires. La validation d'un ou plusieurs certificats de compétences constitutifs d'un titre professionnel (CCP) du ministère du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion, qui vise des emplois accessibles par bloc de compétences (la loi du 5 sept. 2018 permet en effet de déroger au droit commun). La reconnaissance des savoir-faire professionnels (RSFP) des personnes ne disposant pas des prérequis pour accéder à la VAE traditionnelle et pour lesquelles des emplois de niveau infra 3 ont été identifiés. Chaque session est collective et regroupe des personnes intéressées par le même métier ou le même secteur professionnel. Le public concerné par ce programme n'étant pas toujours en mesure de fournir toutes les pièces justificatives attendues, une procédure dérogatoire de demande de recevabilité, sans justificatif, est instaurée pour l'évaluation des compétences et aptitudes professionnelles. La reconnaissance des acquis des étrangers fait l'objet d'une évaluation nationale par Je comité scientifique d'évaluation du Plan d'investissement dans les compétences. Objectifs Mener une politique d'intégration ambitieuse par l'insertion professionnelle, en s'appuyant sur les compétences déjà acquises des primo-arrivants ; Simplifier la reconnaissance de leurs compétences ; Enclencher une dynamique positive en matière d'emploi et/ou de formation complémentaire. Publics visés Primo-arrivants, c'est-à-dire ressortissants de pays hors Union européenne, espace économique européen tiers et Confédération helvétique : En situation régulière sur le territoire national depuis moins de 5 ans ; Signataires du contrat d'intégration républicaine ; Disposant du niveau A1 de maîtrise de la langue française ; Et en recherche d'emploi. Plus-values du projet Une procédure raccourcie, de la décision de recevabilité jusqu'au jury d'évaluation : 8 mois maximum, contre 12 mois habituellement ; Un travail amont d'identification des besoins en compétences par territoire et par secteur d'activité ; Une réponse personnalisée selon le niveau de maîtrise de la langue française du primo-arrivant, son expérience professionnelle et son parcours, évalué à partir d'un positionnement. Informations complémentaires Budget prévu au titre du Plan d'investissement dans les compétences : 2 millions d'euros en 2020 Nombre prévu de bénéficiaires : 1 000 primo-arrivants Territoires concernés : 24 centres Afpa dans 11 régions métropolitaines (programme non déployé en lie-de-France et en Corse) En savoir +
  • Acquisition de blocs de compétences par la VAE pour les étrangers primo-arrivants
    1 septembre 2020
    La loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel du 5 septembre 2018 a ouvert la possibilité d'expérimenter jusqu'au 31 décembre 2021 des actions de validation des acquis de l'expérience (VAE) dont l'objet est l'acquisition d'un ou plusieurs blocs de compétences. Dans ce cadre, l'Afpa met en oeuvre le programme « 1 000 validations des compétences professionnelles pour l'emploi des primo-arrivants » visant à faciliter l'intégration professionnelle des étrangers appelés à rester durablement en France. Ce programme sera déployé sur l'ensemble du territoire métropolitain, à l'exception de l'Ile-de-France et de la Corse. Public ciblé Le programme s'adresse à des primo-arrivants, en recherche d'emploi, avec un niveau de maîtrise de la langue française correspondant au moins au niveau A1 du cadre européen de référence pour les langues (CECRL). Sont ainsi concernés les ressortissants de pays tiers (hors UE, EEE et Confédération helvétique) qui se trouvent en situation régulière sur le territoire national depuis moins de cinq ans et sont par ailleurs signataires du contrat d'intégration républicaine. Trois modalités de validation En fonction de son niveau de langue, des compétences acquises et de son expérience, le candidat sera orienté vers une des trois voies suivantes : l'accès à un titre professionnel du ministère du travail par la VAE ; l'accès à un ou plusieurs certificats de compétences professionnelles (CCP) d'un titre professionnel du ministère du travail, qui vise des emplois accessibles par bloc de compétences ; la reconnaissance des savoir-faire professionnels (RSFP) qui vise des activités et emplois correspondant à des certifications professionnelles classées au niveau 2 du cadre national des certifications professionnelles. Ces trois modalités de validation collective s'adressent à un groupe de personnes concernées par le même métier ou secteur professionnel. Financement des formations complémentaires Les candidats qui ne possèdent pas la totalité des compétences requises pour l'obtention du titre professionnel peuvent suivre des modules de formation complémentaire correspondant à l'équivalent d'un bloc de compétences. Cette formation ne pourra excéder 200 heures par candidat et sera financée par Pôle emploi via l'aide individuelle à la formation (AIF). Les candidats à la validation d'un certificat de compétences professionnelles peuvent bénéficier d'un accompagnement de 70 heures maximum (dont adaptation aux modes de production français, apprentissage du langage technique, etc.) financé par des crédits du Plan d'investissement dans les compétences. Expérimentations autorisées Ce programme offre la possibilité d'initier deux expérimentations : expérimenter l'acquisition des certificats de compétences professionnelles par la VAE ; l'objectif est d'analyser l'impact de la validation de blocs de compétences sur l'évolution professionnelle des candidats et de tester à quelles conditions la VAE par blocs de compétences peut représenter un levier pour l'accès à la certification professionnelle. expérimenter une procédure dérogatoire de recevabilité sans justificatif : la constitution d'un dossier de recevabilité imposée en principe sera remplacée par une analyse approfondie de l'expérience du candidat et une série de questionnaires et d'entretiens visant à confirmer la réalité de l'expérience acquise telle que décrite par le candidat. Instruction n° DGEFP/SDPFC/2020/81 du 1er juillet 2020 relative au déploiement du programme 1 000 validations des compétences professionnelles pour l'emploi des primo-arrivants
Toute la veille |RSSS'abonner

Vous souhaitez soumettre une actualité ou une action de découverte métiers, emprunter des ressources ou gérer vos newsletters ? Connectez-vous :
Mon compte
SITE ORIENTATION
AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

VISITER LE SITE GRAND PUBLIC