Accès direct au contenu | Accès direct au menu

Mot de passe oublié ?

Créer un compte

+
VISITER LE SITE GRAND PUBLIC
SITE ORIENTATION
AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi

+

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi


Vous êtes ici : Site Professionnel > RSS

Les métiers d'art

  • Covid-19 : adaptation de l'accès à la formation et de la délivrance du diplôme national des métiers d'art
    24 juin 2020
    © Agence Régionale pour l'Orientation, la Formation et l'Emploi Nouvelle-Aquitaine 2020 https://www.cap-metiers.pro
  • Le guide sur les métiers d'art en Auvergne-Rhône-Alpes mis à jour
    24 juin 2020
    L'additif qui vient d'être publié présente des métiers supplémentaires et les récentes évolutions de la formation : harmonisation européenne des niveaux de formation, déploiement de nouvelles certifications. La partie formation par métier propose l'exhaustivité de la formation initiale régionale, pour près de 140 métiers au total.Pour tenir compte de la rareté de certains métiers, qui est une caractéristique des métiers d'art, des liens avec l'offre de formation nationale sont proposés.L'offre de formation continue fera prochainement l'objet d'un moteur de recherche dédié, développé et hébergé par Via compétences, qui pemettra de connaître les possibilités offertes sur le plan régional. Cette recherche s'appuiera sur OFELI, la plateforme de référencement des formations en Auvergne-Rhône-Alpes.Cette publication est éditée à l'initiative de la Chambre régionale de métiers et de l'artisanat, en partenariat avec l'Onisep et la Région Auvergne-Rhône-Alpes.[style1;Pour en savoir plus] Le Guide, l'additif 2020 et le communiqué de la CRMA Notre dossier sur les métiers d'art
  • Des plateformes numériques au service des Métiers d'Art
    10 juin 2020
    Pour augmenter la visibilité de leurs ateliers et de leurs créations, des artisans d'art s'inscrivent sur des plateformes numériques qui leur donnent accès à une boutique en ligne et parfois à des services complémentaires. 07 Ardèche, 73 Savoie, Auvergne-Rhône-Alpes, bijouterie - horlogerie, céramique
  • Le Mobilier national solidaire de la filière des métiers d'art
    27 mai 2020
    Hervé Lemoine © Mobilier national À travers ses manufactures, ses ateliers de restauration et sa mission d'ameublement des services de l'État, le Mobilier national, créé par Colbert sous le règne de Louis XIV, est un acteur essentiel de l'écosystème de l'artisanat et des métiers d'art. Dans le cadre d'un plan de soutien pour les métiers d'art et du design, il prend aujourd'hui toute sa part, comme l'a souhaité le ministre de la Culture, dans une série d'actions au bénéfice de la filière toute entière. L'institution s'inscrit aussi résolument dans une nouvelle dimension, celle du monde d'après. Entretien avec Hervé Lemoine, son directeur.  Quel est l'impact de la crise sanitaire sur le Mobilier national et, plus généralement, sur les métiers d'art et du design ?Nous sortons, comme les autres opérateurs du ministère de la Culture, d'une période de glaciation qui a suspendu l'ensemble de nos activités : en premier lieu, nos activités de création, principalement les tapisseries et les tapis, mais aussi nos missions d'ameublement, ainsi que nos activités de restauration. Pendant le confinement, il n'était pas question, par exemple, de se rendre dans des palais officiels pour y faire des aménagements. Mais, au-delà du Mobilier national, c'est l'ensemble de la filière des métiers d'art qui comprend près de 500 partenaires avec lesquels nous travaillons habituellement, artisans d'art, fabricants, éditeurs, créateurs, architectes d'intérieur... qui sont aujourd'hui particulièrement fragilisés par la crise sanitaire. Or ces métiers d'excellence constituent de puissants atouts sur le plan économique, culturel et social qu'il convient de préserver.D'où l'idée d'un plan de soutien en direction de ces petites structures privées qui ne sont pas, contrairement à nous, adossées à l'État, et qui risquent d'être fortement fragilisées dans les mois à venir. Franck Riester a souhaité que les opérateurs du ministère de la Culture, chacun dans leur domaine, proposent des actions concrètes pour aider l'écosystème dans lequel ils sont insérés. Ce plan de soutien s'inscrit dans cette stratégie d'envergure.  Notre objectif n'est pas d'être simplement un conservatoire des savoir-faire ou des métiers, mais d'être un élément vivant et actif qui soutienne toute une filière de créationL'un des leviers de ce plan est d'apporter un soutien aux créateurs en mobilisant une politique exceptionnelle de commandes publiques de cartons de tapisseries et de maquettes de design. On retrouve là le coeur de métier du Mobilier national...C'est en effet notre vocation de faire des acquisitions auprès d'artistes, de plasticiens ou de designers. Aujourd'hui, il s'agit d'une mobilisation accrue, avec une enveloppe de 250 000 euros. Notre objectif est de favoriser l'acquisition de modèles ou de projets auprès de jeunes plasticiens ou designers qui risquent d'être particulièrement touchés par la crise. Dans ces conditions, il est impératif que la commande publique puisse apporter, notamment à la jeune garde émergente, souvent la plus fragile, un soutien indispensable à la poursuite de ses activités.Autre levier particulièrement intéressant : le lancement d'un plan de restauration pour les collections de pièces de mobiliers de la période 1930-1950. Pourquoi ce segment historique précis ?C'est une période pour laquelle notre collection est extrêmement riche mais nécessite des restaurations. La spécificité du design des années 1930-1950 est d'associer de nombreuses techniques et matériaux on trouve ainsi du mobilier laqué ou recouvert de galuchat, de parchemins, de miroirs... Or, nous n'avons pas toujours, dans nos propres ateliers, les techniciens d'art qui maîtrisent la grande diversité de gestes nécessaires à sa restauration.C'est pourquoi nous allons lancer une campagne de restauration, dotée d'une enveloppe de 150 000 euros, qui associera, sous le contrôle de nos propres ateliers, de nombreux maîtres d'art qui possèdent de précieux savoir-faire. En leur confiant ces chantiers, nous pourrons ainsi contribuer au maintien de l'activité de ces toutes petites structures, qui sont particulièrement fragilisées par la crise sanitaire. Ce sera une façon de soutenir ces filières et la grande diversité des métiers, partout dans les territoires. Ce projet devra être pérennisé, en s'appuyant sur les acteurs clefs du patrimoine vivant et des métiers d'excellence, et notamment, bien sûr, l'Institut national des métiers d'art avec qui nous allons engager une véritable réflexion. Favoriser l'acquisition de modèles auprès de jeunes plasticiens ou designers fragilisés par la crise © Manuel Cohen / AFP Le Mobilier national s'inscrit dans une politique la relocalisation de l'achat de matières premières qui pourrait être une tendance lourde des prochains mois au plan économique. En quoi cette mesure prend-elle une valeur particulièrement symbolique à vos yeux ?La visite de la manufacture nationale de la Savonnerie, située à Lodève, dans le Larzac, au pied de grands pâturages dans une vaste zone d'élevage ovins, a été un choc. En interrogeant mes interlocuteurs sur la provenance de la laine qui sert à tisser les tapis d'exception conçus par nos ateliers, je pensais que l'on me répondrait qu'elle venait du Larzac ou des Cévennes. Pas du tout, notre laine vient de Nouvelle-Zélande ! Ce qui signifie que le bilan carbone de nos tapis et de nos tapisseries est catastrophique. D'où l'idée de relocaliser la production de cette laine.La crise mondiale a fait prendre conscience d'un enjeu essentiel : l'importance du local dans un monde global. Au-delà de la laine, j'ai souhaité que notre projet de relocalisation soit étendu à la soie et au lin. Nous allons lui consacrer une enveloppe de 50 000 euros. La France est le premier producteur de lin au monde. Mais celui-ci, avant de revenir en France, est envoyé dans des filatures en Chine. Il me semble que des institutions telles que la nôtre se doivent de construire des processus et des systèmes plus vertueux en termes de chaînes de production. En outre, cela peut avoir un effet incitatif pour d'autres secteurs. Je pense en particulier à celui de la mode. Dans ce plan de soutien, nous essayons à la fois d'avoir des actions ponctuelles qui peuvent répondre à une forme d'urgence, mais aussi d'investir sur le long terme. C'est ce que l'on veut faire notamment avec la relocalisation de notre production et de nos filatures. Garant d'un savoir-faire et d'un patrimoine autant que lieu de création, le Mobilier national n'a, semble-t-il, jamais été autant tourné vers l'avenir...C'est notre objectif. De la même façon qu'on associe, sans jamais les opposer, le patrimoine et la création, nous essayons d'être attentifs à la sauvegarde, à la transmission des pratiques, des gestes et des savoir-faire, constitutifs de notre patrimoine immatériel, mais dans une perspective dynamique d'inscription dans le temps. Notre objectif n'est pas d'être un conservatoire des savoir-faire ou des métiers, mais d'être un élément vivant et actif qui soutienne toute une filière de création.C'est d'ailleurs pour cette raison que nous avons lancé, avec le Rectorat de Paris, la création du campus d'excellence consacré aux métiers d'art et au design en associant volontairement chacune de ces deux dimensions. La singularité de notre démarche, c'est de réconcilier et de dépasser les antagonismes qui ne sont qu'apparents et faire en sorte que le Mobilier national joue pleinement un rôle de catalyseur prêt à assumer, de façon très résolue et avec beaucoup de fierté, cette originalité de notre pays de posséder des savoir-faire pluriséculaires et de les utiliser dans la création la plus contemporaine.Financer un projet d'intérêt public pour imaginer l'hôpital de demain © Mobilier nationalAprès un don de masques aux personnels soignants, c'est une nouvelle opération de solidarité qui est envisagée par le Mobilier national : récolter des fonds pour les hôpitaux par l'intermédiaire d'une vente aux enchères où seraient proposées des pièces de mobiliers sorties du domaine public. Son but : financer un projet d'intérêt public pour imaginer l'hôpital de demain. « Cette vente s'inscrit dans le prolongement d'une première action de solidarité vis-à-vis des soignants et des hôpitaux, en l'occurrence le don de 8000 masques à l'Agence régionale de santé et à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, explique Hervé Lemoine, directeur du Mobilier national. Son objectif est de récolter des fonds qui serviront à concevoir des projets en collaboration avec la Fondation AP-HP.  Il s'agit de repenser, avec les talents les plus prometteurs du design, mais aussi les soignants et les usagers, la fonctionnalité de certains espaces dans l'hôpital de demain, mais aussi les nouveaux mobiliers ou objets qui seront nécessaires aux services de santé ».« Depuis toujours, relève Hervé Lemoine, l'institution a été un acteur engagé au service de l'intérêt général. Notre Atelier de Recherche et de Création (ARC) s'est toujours investi sur ces enjeux avec des designers de renom qui ont conçu des projets très intéressants, comme des lits d'hôpitaux, avec Alain Richard dans les années 1970, des berceaux pour des services pédiatriques ou encore des blocs sanitaires, avec notamment le projet de Bernard Moïse ».« Pour rendre possible ce projet, nous avions programmé une vente aux enchères de mobilier déclassé, poursuit Hervé Lemoine. J'insiste sur le fait qu'il s'agit d'une vente de mobilier très courant. Contrairement à ce qui a pu être dit, il n'y a aucun trésor. C'est du mobilier commun que nous achetons en série et que nous déclassons tous les ans comme nous y incite la Cour de comptes. La procédure est très encadrée sur le plan scientifique comme sur le plan réglementaire. Scientifique, pour nous assurer qu'il n'y aurait pas des pièces intéressantes que nous déclassons. Réglementaire, avec une commission de contrôle présidée par un magistrat de la Cour des comptes qui donne son avis sur le déclassement proposé ».
  • Coronavirus : les Métiers d'Art fortement fragilisés
    19 mai 2020
    L'INMA a réalisé une enquête auprès de 2000 professionnels des Métiers d'Art et du patrimoine vivant afin de dresser l'état des lieux du secteur et réfléchir aux solutions d'accompagnement pour sortir de la crise sanitaire. aide aux entreprises, Auvergne-Rhône-Alpes, conjoncture, Covid-19 / Coronavirus, Entreprise du Patrimoine Vivant - EPV, financement des entreprises
  • Lancement de campagne #MonArtisandArt en soutien aux Métiers d'Art
    11 mai 2020
    La Chambre Régionale de Métiers et de l'Artisanat Auvergne-Rhône-Alpes lance une campagne de promotion pour les entreprises des Métiers d'Art et du Patrimoine Vivant. A partir du 6 mai 2020, avec le #MonArtisandArt, les professionnels se mobilisent et se réinventent sur les réseaux sociaux. 01 Ain, 03 Allier, 07 Ardèche, 15 Cantal, 26 Drôme, 38 Isère, 42 Loire, 43 Haute-Loire, 63 Puy-de-Dôme, 69 Rhône, 73 Savoie, 74 Haute-Savoie, Auvergne-Rhône-Alpes, Covid-19 / Coronavirus, Entreprise du Patrimoine Vivant - EPV
Toute la veille |RSSS'abonner

Vous souhaitez soumettre une actualité ou une action de découverte métiers, emprunter des ressources ou gérer vos newsletters ? Connectez-vous :
Mon compte
SITE ORIENTATION
AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

VISITER LE SITE GRAND PUBLIC