Accès direct au contenu | Accès direct au menu

Mot de passe oublié ?

Créer un compte

+
VISITER LE SITE GRAND PUBLIC
SITE ORIENTATION
AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi

+

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi


Vous êtes ici : Site Professionnel > RSS

Suivez l'actualité des métiers d'art

  • Un dimanche à la découverte des métiers d'art
    12 avril 2021
    Annulées ce week-end pour cause de confinement, les Journées européennes des métiers d'art mettent tout de même à l'honneur, virtuellement, le savoir-faire de créateurs de notre département.
  • Métiers d'art - Rencontre avec Ninou Laroze, l'une des dernières modistes du Puy-de-Dôme
    6 avril 2021
    « Le chapeau est venu à moi ! ». Elle parle aussi de coup de foudre. C'était il y a 20 ans. Depuis, Ninou Laroze, une Clermontoise de 60 ans, n'a jamais regretté d'avoir tout quitté pour lui. Elle était assistante de direction dans une entreprise de transport, elle est désormais artisan d'art, modiste. Modiste ? « Le modiste est un créateur de chapeaux. À la commande ... Ensuite je l'imagine, je le fabrique et je le vends souvent en tant que pièce unique » précise Ninou Laroze. Elles ne sont plus que trois modistes dans le Puy-de-Dôme. Les chapeaux de Fanny à Auzelles (en cliquant ici) et les chapeaux de Catherine à Saint-Gervais-d'Auvergne (en cliquant ici) De sa formation de reconvertie professionnelle au Greta de la mode à Paris en 2000, elle garde le souvenir d'une belle rencontre avec un métier dont elle ignorait tout. «  Je venais pour la couture à l'origine ». Et surtout un amour de la précision du geste, de sa noblesse aussi. Broder des perles pour la Haute-Couture, cela ne s'improvise ça. C'est beaucoup d'heures de travail, de la technique pour gagner une mémoire du geste. Le tout allié à beaucoup de goût et du bon sens Ninou Laroze taille elle-même ses plumes : « C'est très délicat. Il faut la bonne taille, la bonne courbure et surtout que cela tienne ensuite sur le chapeau ». Il ne s'agit pas de partir dans le spectaculaire Dans le chapeau, ce qui l'a séduite, « c'est le côté exceptionnel, extraordinaire » qui se déploie tant au niveau des matières que de l'écoute de la personne qui vient faire réaliser « son » chapeau. La plupart du temps pour une circonstance précise. Souvent des mariages.  Le premier rendez-vous dure en général une heure trente. Le temps pour l'artisan d'art de s'imprégner à la fois de la demande du client mais aussi de son style et de sa morphologie.   « Je reçois la personne au moins une heure trente. Tout compte. Sa personnalité, sa carnation, la forme de sa tête, de son cou, ce qu'elle veut dégager ce jour-là, sa tenue. Il faut que je cerne ce qui est dit mais aussi ce qu'il ne l'est pas. Si la personne sait ce qu'elle veut ou si elle doute... » Les Journées européennes des métiers d'art 2021 sont bien maintenues dans le Puy-de-Dôme... en digital Les moules en bois sont essentiels. Ils sont réalisés par un formier qui sculpte les formes en bois qui serviront de matrice. Et ensuite Ninou Laroze exprime sa créativité :  Si la couture est très codée, là, avec le chapeau, je peux me permettre de la fantaisie, de l'imagination, relever des défis techniques La matière, ici de la paille, est déposée sur la forme en bois puis fixée avec des argentines, plus solides que des épingles.   Avec toujours une ligne de conduite : « Est-ce que moi, je le porterais ? Il ne s'agit pas de partir dans le spectaculaire ». La matière est durcie grâce à un enduit, « du lait de chèvre dans notre jargon », pour épouser la forme du moule, « pour ensuite, trois ou quatre heures plus tard être démoulée comme un gâteau »   Car si Ninou Laroze parle d'une passion, elle parle aussi de son modèle économique : « Il faut que je sois crédible vis-à-vis de ma cliente ». Comme tous les artisans d'art, elle souffre d'un problème de visibilité. Elle est aujourd'hui installée chez elle, dans son atelier au fond de son jardin. « Et mes clientes aiment bien venir là ». Voici un moule de chapeau couronne très à la mode dans les années 50 et l'un des chapeaux qu'a créé Ninou Laroze à partir de ce moule.   Au bout de vingt ans, elle a son réseau « J'ai eu la chance, pendant six ans, de 2013 à 2018, d'avoir, avec deux autres créatrices, une boutique dans le Grand Passage de la rue Blatin, à Clermont-Ferrand ». Une boutique, mais surtout une vitrine. « Cela vous porte, en termes de rentabilité mais aussi de confiance du client pour qui c'est quand même plus simple de pousser la porte d'une boutique avec pignon sur rue qu'une porte au fond d'un jardin ». Elle mise sur le digital Aujourd'hui, Ninou Laroze conforte cet acquis avec les marchés de créateurs d'art. « J'ai eu la chance que l'un d'eux soit maintenu à Noël, sinon, depuis un an, c'est très difficile. Heureusement, je bénéficie de l'aide de la Chambre de métiers qui m'accompagne sur la mutation digitale ». Les chapeaux ont tous un parfait maintien sur la tête grâce à un système de serre-tête quasi invisible qui a aussi l'immense avantage de ne pas décoiffer.   Elle s'appuie désormais beaucoup sur les réseaux sociaux (par exemple ici) et sur son site Internet (ici). Pour être présente, avoir des images de mes créations, je crée des modèles et une collection cérémonie par an. Cela me permet aussi d'innover, de réfléchir à comment inscrire mes modèles dans l'air du temps, de tester des choses... J'essaie de dépoussiérer le chapeau classique, de le moderniser Elle a par exemple réalisé une déclinaison d'un chapeau Dior des années 50. Tout est fait sur mesure, en modèle unique, avec des matières nobles Essentiellement du sisal, « une sorte de paille » ou du buntal, « de la fibre de bananier tissé avec de la soie ». Pour s'approvisionner, c'est compliqué. Il y a la crise mais aussi des fournisseurs qui partent à la retraite et ne sont pas remplacés. Elle achète en Espagne, « beaucoup aux Philippines aussi qui ont une tradition de tissage ». Dans son atelier, à côté des moules, les rouleaux sont rangés. Reportage en images dans l'atelier de Laurie Cassaro, opticienne et artisan lunetier à Clermont-Ferrand Un budget variable en fonction des matières et des bourses Un chapeau, c'est minimum quatre ou cinq heures de travail, selon le niveau de difficulté. Chez Ninou Laroze, le panier moyen est à 175 euros avec une gamme de prix qui peut commencer à 60 euros pour monter à 300 euros. Mais tout se discute, complète Ninou Laroze. Une dame mariait son petit-fils, elle n'avait pas un gros budget mais pour elle c'était un moment important qu'elle voulait marquer comme ça. C'est aussi cela, la création. Nous avons imaginé « Le » chapeau pour ce moment, pour sa tête et dans le budget imparti Ninou Laroze réalise aussi sur demande des bandeaux ou des « fleurs ». « Ce sont des broches pour fermer un décolleté ou illuminer une tenue sobre ». L'atelier de Ninou Laroze devait être ouvert pendant les Journées européennes des métiers d'art du 6 au 11 avril, ce ne sera pas le cas mais vous pouvez découvrir ses créations ici Cécile Bergougnoux Photos Franck Boileau {"path":"mini-thematique-inscription","thematique":"MT_Loisirs","accessCode":"13934401","allowGCS":"true","bodyClass":"ripo_generic","contextLevel":"KEEP_ALL","filterMotsCles":"1|10|12|13|6973","gabarit":"generic","hasEssentiel":"true","idArticle":"3934401","idArticlesList":"3934401","idDepartement":"282","idZone":"30603","motsCles":"1|10|12|13|6973","pubs":"banniere_haute|article","site":"MT","sousDomaine":"www","tagsArticle":"#artisanatd'art","urlTitle":"rencontre-avec-ninou-laroze-l-une-des-dernieres-modistes-du-puy-de-dome"} Votre newsletter loisirs ! Retrouvez chaque vendredi l'actualité des loisirs ainsi que des idées de sorties et d'activités dans votre région.  Inscrivez-vous fermer Thematiqeu {"path":"mini-thematique-inscription","thematique":"MT_Loisirs","accessCode":"13934401","allowGCS":"true","bodyClass":"ripo_generic","contextLevel":"KEEP_ALL","filterMotsCles":"1|10|12|13|6973","gabarit":"generic","hasEssentiel":"true","idArticle":"3934401","idArticlesList":"3934401","idDepartement":"282","idZone":"30603","motsCles":"1|10|12|13|6973","pubs":"banniere_haute|article","site":"MT","sousDomaine":"www","tagsArticle":"#artisanatd'art","urlTitle":"rencontre-avec-ninou-laroze-l-une-des-dernieres-modistes-du-puy-de-dome"}
  • Trois ans pour remettre à neuf un métier à tisser : Soierie Vivante honorée par un prix
    22 mars 2021
    Le Prix Citoyens du Patrimoine "Annie et Régis Neyret" créé par la Ville de Lyon a récompensé cette année l'association "Soierie vivante" pour la ...
  • Un fonds de solidarité au service des Métiers d'Art
    15 mars 2021
    Ateliers d'Art de France a décidé de mobiliser son Fonds de Solidarité Métiers d'Art pour venir en aide aux professionnels du secteur rencontrant une baisse d'activité, liée à la crise sanitaire. aide aux entreprises, Covid-19 / Coronavirus
  • La belle histoire - Prêt à renoncer à un salaire suisse pour être l'un des derniers horlogers d'Auvergne
    10 mars 2021
    Il est tout jeune, mais pourtant, il se dit qu'il est l'un des derniers de son espèce en Auvergne. La boutique qu'il reprend, discrètement rénovée dans le vieux Chamalières (Puy-de-Dôme), est si connue que des dizaines de clients glissent des regards inquiets devant la porte fermée. « Il est fort probable que l'on me revoie ». Joël Terres a pris sa retraite après avoir créé Au coeur du temps à Chamalières avec son épouse Michèle. Depuis l'annonce de leur départ, les clients défilent: « On voulait juste vous exprimer notre reconnaissance ». Il est ému, mais ne dit pas adieu. Il n'est jamais temps d'arrêter quand on trouve une succession qui permet d'entretenir la flamme. Il est l'heure. Celle, pour Joël Terres, de transmettre les clefs de la bijouterie horlogerie. Dans l'arrière-boutique, Charles-Hubert Most lui a  gardé son établi et des outils. Le nouvel installé s'amuse déjà à l'idée de retrouver un mouvement où Joël aura laissé la trace discrète d'un précédent travail : « La marque de l'horloger ». Les deux se sont trouvés. Une sorte de filiation naturelle que l'ancien n'osait pas imaginer. Comme si la logique du mouvement perpétuel avait le pouvoir de transformer en vieux complices ceux qui trouvent les mêmes gestes. « C'est quand même extraordinaire de parvenir à faire battre la seconde par une trotteuse le plus régulièrement possible?! Et arriver à entretenir ce mouvement. » Il est « Au coeur du temps » : du nom de l'horlogerie-bijouterie; et parce qu'il se dédie à le restituer, ce temps inéluctable, irréversible, découpable, mesurable, entretenable à l'infini dans les mouvements d'horlogerie... L'adolescence du maître des montres Charles-Hubert Most, 26 ans à peine, est le nouveau maître des montres,  successeur de Joël Terres, détenteur d'un atelier où l'on peut encore entrer pour confier le battement défaillant de n'importe quelle tocante. Formé au commerce, Charles-Hubert Most a commencé sa vie professionnelle dans la banque, mais c'était sans doute perdu d'avance. À 15 ans, dans les brocantes de Lozère où il suivait son grand-père, le garçon avait déjà tourné breloques. « Il avait des montres de gousset, et moi, je me demandais pourquoi elles ne fonctionnaient pas. J'ai commencé à les ouvrir et à regarder les engrenages. » En essayant de débloquer la couronne d'un remontoir, il découvre un petit cran d'arrêt qu'il suffit de desserrer pour que l'objet reprenne vie... quand on le croyait définitivement éteint! Autant aller plus loin. Il achète ses premiers outils : une potence, des chasses, brucelles, loupes, huiliers... Changement de vie et départ en Suisse Il joue avec une drille, délicate perceuse à laquelle trois doigts d'une seule main donnent un mouvement hypnotique.  Il devient agile à ce qui n'est encore qu'une passion. « Et puis je me suis aperçu que je prenais beaucoup plus de plaisir à faire de l'horlogerie que mon travail. Et que ça ne me dérangerait pas de faire ça toute la journée! » La messe est dite. Il reprend le chemin des études pour accéder à l'univers fragile et fascinant des horlogers professionnels. À l'école de Morteau (Doux) d'abord. Puis à La Chaux-de-Fond (Suisse) pour compléter sa formation sur les mouvements complexes : à tourbillons, sonnerie et autres merveilles de précision créative. "Il faut le parfait ajustement" Depuis les rouages haut de gamme jusqu'aux pièces délicatement gravées au nom d'un horloger disparu, tout l'émeut dans ces mouvements. Il faut le parfait ajustement de parfois plus de 300 éléments pour battre la juste seconde?! Sur une montre, on peut passer deux minutes comme plusieurs jours : il faut qu'elle batte la seconde C'est le hasard et l'inscription au Patrimoine mondial qui font basculer la décision du jeune homme. De l'horlogerie suisse à Chamalières En 2021, le voilà repreneur - in extremis?! - d'un atelier d'horlogerie qui entend partager un savoir-faire en voie de disparition. « Par le hasard le plus total, j'ai vu sur Facebook que Joël Terres, chez qui j'étais venu deux ans plus tôt, prenait sa retraite. C'était été un vrai dilemme parce que j'aimais bien la Suisse et que je voulais y travailler. Mais l'un des derniers horloger d'Auvergne, avec le pendulier de Clermont-Ferrand, partait à la retraite : c'était un patrimoine qui allait disparaitre! »  Impossible d'en rester là. "C'était un patrimoine qui allait disparaitre!" La tête brune fait l'aller-retour en une journée juste pour voir. La tête grise qui le voit débarquer malgré la neige est immédiatement convaincue. Le passage de flambeau est vite décidé. « J'ai eu l'impression de nous voir il y a 25 ans », résume Michèle, l'épouse de Joël Terres, devant Charles-Hubert Most et sa compagne en train de réinventer leur local. Un peu d'art, de philosophie et de poésie La continuité ne fait pas l'ombre d'un doute. Quand les deux générations d'horlogers devisent autour d'un éclaté de mouvement, on les perd sur les mêmes chemins... de la philosophie. Ils remontent tous les âges de l'humanité pour cerner l'origine de ce qui a pu produire une telle complexité : depuis que l'homme essaye de se repérer dans le temps au rythme d'une clepsydre qui se vide?; avec le déplacement de l'ombre sur les cadrans solaires, les bâtons d'encens la nuit... Ils partent si loin qu'on finit par ne plus entendre que la poésie de leurs préférences pour les « mouvements qui ont du style », l'élégance de montres « où chaque composant est décoré », la délicatesse frénétique d'un mouvement tourbillon.  Je préfère réparer une mécaniqueou un mouvement automatique plutôt que changer la pile d'une belle montre » « Beaucoup de gens croient que la précision n'existe plus en dehors du luxe. Mais ce n'est pas forcément vrai », conclut le jeune horloger. Les messages secrets des horlogers Des trésors d'ingénierie dorment dans un vieux travail d'horloger. Il faut dompter les matériaux et la mécanique, pour accorder des centaines de pièces minuscules en un battement infaillible et régulier... Cette merveille d'ingéniosité revendique encore sa place malgré le fabuleux bond en avant de technologie: contrairement à une puce électronique, le coeur qui bat dans ces montres-là, peut espérer être réparé à l'infini. D'ailleurs, les horlogers se laissent des messages à travers le temps et les générations. Dans les boîtiers survivent leurs signatures, la nature de réparations et même des mots. « Il m'est arrivé, une fois, d'ouvrir une pendule et de trouver, gravé sur la platine du mouvement "Je suis amoureux de ma patronne". » Ateliers ouverts aux passionnés. Parmi les projets du jeune maître-artisan : l'ouverture d'ateliers d'horlogerie destinés à ceux qui veulent s'initier, se perfectionner ou réparer eux-mêmes leurs montres. À l'atelier de la bijouterie horlogerie : 14 Rue du Bosquet, à Chamalières. Renseignements horlogerie.most@outlook.fr  « Il est fort probable que l'on me revoie ». Joël Terres prend sa retraite après avoir créé Au coeur du temps à Chamalières avec son épouse Michèle. Depuis l'annonce de leur départ, les clients défilent à la bijouterie horlogerie : « On voulait juste vous exprimer notre reconnaissance ». Il est ému. Mais l'horloger aux cheveux gris présente aussitôt son successeur et ne dit pas adieu. Il n'est jamais temps d'arrêter quand on trouve une succession qui permet d'entretenir la flamme. Dans l'arrière-boutique, Charles-Hubert Most lui a même gardé son établi et des outils. Le nouvel installé a tout à gagner de son expérience, et s'amuse déjà à l'idée de retrouver un mouvement où Joël aura laissé la trace discrète d'un précédent travail : « La marque de l'horloger ». Les deux se sont trouvés. Une sorte de filiation naturelle que l'ancien n'osait pas imaginer. Au réaménagement de la boutique, on s'amuse de les entendre répondre à deux voix, comme si la logique du mouvement perpétuel avait le pouvoir de transformer immédiatement en vieux complices ceux qui retrouvent les mêmes gestes. « C'est quand même extraordinaire de parvenir à faire battre la seconde par une trotteuse le plus régulièrement possible?! Et arriver à entretenir ce mouvement. Il a fallu des générations d'ingénieurs pour obtenir cette chose incroyablement compliquée. » Anne Bourges anne.bourges@centrefrance.com Follow @a_bourges La Montagne Entreprendre : Votre newsletter éco !Retrouvez chaque semaine l'actualité des acteurs économiques de votre région.  Inscrivez-vous fermer NL {"path":"mini-inscription/MT_Decideur","_ope":"eyJndWlkIjoiMjQ1NjA4In0%3D","accessCode":"13920629","allowGCS":"true","bodyClass":"ripo_generic","contextLevel":"KEEP_ALL","filterMotsCles":"1|2|3|4|5|6|7|9|10|86|1664|1903|2215|2593|3219|6420|6973|14656","gabarit":"generic","idArticle":"3920629","idArticlesList":"3920629","idDepartement":"282","idZone":"30603","motsCles":"1|2|3|4|5|6|7|9|10|86|1664|1903|2215|2593|3219|6420|6973|14656","pubs":"banniere_haute|article","site":"MT","sousDomaine":"www","tagsArticle":"#labellehistoire","urlTitle":"pret-a-renoncer-a-un-salaire-suisse-pour-etre-l-un-des-derniers-horlogers-d-auvergne","xtor":"EPR-20"} {"path":"mini-thematique-inscription","thematique":"MT_Loisirs","_ope":"eyJndWlkIjoiMjQ1NjA4In0%3D","accessCode":"13920629","allowGCS":"true","bodyClass":"ripo_generic","contextLevel":"KEEP_ALL","filterMotsCles":"1|2|3|4|5|6|7|9|10|86|1664|1903|2215|2593|3219|6420|6973|14656","gabarit":"generic","idArticle":"3920629","idArticlesList":"3920629","idDepartement":"282","idZone":"30603","motsCles":"1|2|3|4|5|6|7|9|10|86|1664|1903|2215|2593|3219|6420|6973|14656","pubs":"banniere_haute|article","site":"MT","sousDomaine":"www","tagsArticle":"#labellehistoire","urlTitle":"pret-a-renoncer-a-un-salaire-suisse-pour-etre-l-un-des-derniers-horlogers-d-auvergne","xtor":"EPR-20"}
  • Une feuille de route à l'export pour les EPV
    4 mars 2021
    Dans le cadre du plan France Relance, le volet export inclut les métiers d'art. Plusieurs mesures seront déclinées pour encourager le déploiement des EPV à l'étranger. aide aux entreprises, Entreprise du Patrimoine Vivant - EPV, export
  • Luxe : les cinq tendances qui dessinent l'industrie d'après-crise
    23 février 2021
    La propagation du Covid-19 frappe l'industrie du luxe et de la mode de plein fouet. Selon une étude du cabinet de conseil Boston Consulting Group, les ventes de ces deux secteurs pourraient chuter de 25 à 30 % par rapport à 2019. Mais la crise économique et sanitaire pourrait également avoir des répercussions de long terme sur les tendances de consommation et le rapport au monde du luxe. Un secteur aujourd'hui à l'arrêt Les principales maisons de luxe ont réalloué leur outil de production pour réaliser des gels hydroalcooliques (LVMH, Hermès), fabriquer des masques et sur-blouses (Kering, Chanel, Louis-Vuitton). Elles ont également décidé d'apporter un soutien financier aux services de santé et à leur salariés. En outre, certaines entreprises, comme Hermès, ont proposé une réduction du dividende versé aux actionnaires, la suppression des augmentations des rémunérations des gérants, ou encore une baisse des rémunérations des dirigeants, à l'image de Bernard Arnault (LVMH) qui a annoncé le 16 avril qu'il renonçait déjà à deux mois de salaire. Au-delà de ces mesures immédiates, les entreprises du luxe n'ont d'autre choix que de repenser leurs stratégies pour affronter une crise plus sévère pour le secteur que la crise financière de 2007. D'après Javier Seara, associé au sein du Boston Consulting Group, les ventes pourraient plonger de 65 à 80 % en mars et avril 2020 par rapport à 2019 avant de rebondir en fin d'année. Selon la firme américaine, l'impact ne sera pas le même dans tous les pays. L'Europe sera beaucoup plus durement touchée : l'Europe de l'Ouest pourrait afficher une chute de 30 à 40 %, l'Europe du Nord de 32 à 38 %, l'Amérique du Nord de 23 à 34 % et la Chine de 24 à 30 %. La baisse des ventes s'explique tout d'abord par une difficulté à écouler les stocks de la saison printemps-été 2020. Si en Chine certaines maisons ont pu réaliser des ventes en ligne (notamment grâce à l'application WeChat), toutes n'ont pas nécessairement déployé leur stratégie omnicanale ou ne peuvent assurer les livraisons. En Europe, où le confinement est arrivé plus tard, la fin du tourisme chinois, la fermeture des magasins, la baisse ou l'arrêt de fréquentation des grands magasins vont avoir des effets désastreux sur les niveaux de stocks en fin d'année et sur les revenus. Aux États-Unis, la même tendance se profile et des faillites sont à craindre (Neiman Marcus, JC Penney) Dans de nombreux pays ayant appliqué des mesures de confinement, les magasins fournissant des biens jugés comme non essentiels ont dû fermer leurs portes. Fabrice Coffrini/AFP Selon une étude du cabinet de conseil Mc Kinsey & Company, 40 % de la production mondiale des produits de luxe est réalisée dans des usines italiennes. Or, ces dernières, souvent des petites et moyennes entreprises familiales, sont pour l'instant toujours à l'arrêt. Comme les grandes marques de luxe produisent encore largement dans leur pays d'implantation d'origine ou à proximité, l'Europe avec ses principaux sites de production en France et en Italie est particulièrement frappée. Une nouvelle ère pour le luxe ? À plus long terme, des changements significatifs sont à envisager. Voici les cinq tendances principales que nous entrevoyons : 1. Une accélération du développement du digital Face à la fermeture des magasins, le seul moyen d'écouler les stocks sera de proposer un service en ligne avec une expérience client irréprochable depuis la mise en avant de l'offre de produits jusqu'au paiement sécurisé et la livraison. Les groupes de luxe devront être capables d'attirer beaucoup plus de clients (au moins temporairement) sur leurs plates-formes digitales et créer un nouveau parcours client. À court terme, s'ils ne disposent pas déjà de leur propre plate-forme, certains groupes pourront avoir recours à des places de marché existantes ou « marketplaces » (c'est-à-dire des sites Internet marchands gérés par un tiers fournissant des biens ou services), par exemple Farfetch. Mais ils devront aussi travailler sur leurs propres canaux de vente en ligne afin de maîtriser totalement l'expérience client et préserver leur image de marque. Cela passera par des initiatives innovantes, telles la création de magasins virtuels éphémères ou « pop-up shops », comme certains acteurs l'ont déjà fait sur WeChat. La place de marché Farfetch propose la vente de produits de luxe de marques diverses. Capture d'écran 2. Une explosion probable du marché de seconde main Avant la crise du Covid-19, les cabinets de conseil BCG et Altagamma prévoyaient que le marché de seconde main, estimé à 22 milliards d'euros en 2018, progresserait de 12 % d'ici 2021. L'émergence des considérations éthiques et écologiques chez les consommateurs constitue ainsi une perspective favorable pour des sites comme Vestiaire Collective, fondé en France et devenu l'un des plus gros sites de vide-dressing mondial. En période de difficultés financières, les clients devraient se tourner encore davantage vers ces biens d'occasion. Les consommateurs disposant d'articles de luxe et ayant besoin de liquidités proposeront leurs articles à la vente, étoffant ainsi l'offre, ce qui pourrait stimuler la demande. Cette tendance semble même prendre de l'ampleur à Hongkong. 3. Une évolution du comportement des consommateurs vers un luxe plus responsable Le phénomène d'achats de rattrapage (revenge spending en anglais) observé en Chine, notamment lors de la réouverture le 11 avril du magasin Hermès de Canton qui aurait réalisé 2,7 millions de dollars de chiffre d'affaires sur une seule journée va-t-il se généraliser dans les autres pays ? Même s'il est trop tôt pour tirer des conclusions, l'exemple d'Hermès est toutefois intéressant. On peut y voir l'attrait pour un luxe plus intemporel et pour une maison engagée éthiquement. Une aspiration déjà relevée avant le début de la pandémie et en particulier auprès des millenials (c'est-à-dire les personnes nées entre le début des années 1980 et la fin des années 1990) dont 64 % seraient influencés par le développement durable dans leur comportement d'achat. Néanmoins, avec la perte de ressources financières de certaines professions, une partie des clients pourrait réduire ses achats, forçant peut-être les maisons à revoir le nombre de produits et de collections proposées chaque année. Enfin, les consommateurs pourraient reconsidérer la notion de possession et se tourner davantage vers les services de location. 4. La fin des budgets astronomiques consacrés aux dépenses de communication et relations publiques Nous pensons que les marques reverront leur façon de communiquer. Par exemple, les fashion weeks telles qu'existantes (et dont les éditions programmées en juin ont été annulées à Paris et Milan) devraient être revisitées. Les expériences virtuelles qui seront organisées à la place pourraient notamment se développer. Dans les prochains mois, l'organisation des grands rassemblements restera en effet limité. De plus, face à la crise, il nous semble évident que les groupes devront faire des économies et que les budgets de communication et événementiel seront les premiers impactés. 5. De nouvelles concentrations sectorielles Avec les difficultés financières, beaucoup d'acteurs et en particulier les plus petits, deviendront des cibles plus abordables. Les acteurs les plus solides financièrement comme LVMH, Kering ou Chanel auront sans doute la possibilité de racheter des concurrents, des sous-traitants voire des fournisseurs. Face aux effets durables de la crise et tenant compte des tendances de consommation observées, des changements en profondeur de l'industrie sont à prévoir. La concentration dans le secteur du luxe va s'intensifier, le virage vers le digital deviendra absolument crucial, et des efforts en matière de développement durable seront attendus par les consommateurs. Les nouveaux modèles économiques liés à la seconde main et à la location de biens de luxe devraient ressortir gagnants. Cette crise qui nous force tous à mettre sur pause nos comportements d'achat pourrait faire entrer l'industrie du luxe dans l'ère du « slow luxury » et provoquer une vraie prise de conscience en matière d'économie circulaire.
  • Annonay - La pépinière Créa' Coeur porte ses fruits
    22 février 2021
    Avec la pépinière des métiers d'art Créa'Coeur, Annonay Rhône Agglo souhaite favoriser l'implantation de créateurs dans le centre ancien.
  • Les métiers de l'artisanat d'art
    30 novembre 0002
    Le site Orientation Auvergne-Rhône-Alpes présente les fiches descriptives des métiers de l'artisanat d'art. Le domaine regroupe les ouvriers et artisans ayant une activité d'artisanat d'art comme la gravure, la reliure, la bijouterie ou la métallerie d'art, ainsi que des métiers plus diversifiés mais exercés sous statut d'artisan tels le nettoyage d'articles textiles, le toilettage d'animaux...
Toute la veille |RSSS'abonner

Vous souhaitez soumettre une actualité ou une action de découverte métiers, emprunter des ressources ou gérer vos newsletters ? Connectez-vous :
Mon compte
SITE ORIENTATION
AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

VISITER LE SITE GRAND PUBLIC