Accès direct au contenu | Accès direct au menu

Mot de passe oublié ?

Créer un compte

+
VISITER LE SITE GRAND PUBLIC
Site Côté Formations

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi

+

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi


Vous êtes ici : Site Professionnel > Documentation > Les dossiers thématiques > les métiers du numérique

Les formations au numérique

Face à la pénurie des certains profils, dont les entreprises ont besoin, la formation aux métiers du numérique est actuellement une des priorites des politiques publiques nationale et régionale. En parallèle, des initiatives venant du privé ont surgi avec des modalités pédagogiques différentes et de nouveaux modes de recrutement en formation.



La régionAuvergne-Rhône-Alpes est une des régions les plus dynamiques en terme d'offre de formation dans le champ du numérique, initiale et continue. 
Par ailleurs, des organismes de formation innvovants proposent des cursus spécifiques d'enseignement du codage et/ou la poursuite vers des formations certifiantes aux métiers du numérique. Très souvent ce nouveau type d'organismes de formation, demandent peu ou pas de pré-requis, s'adressent à des publics divers (décrocheurs, jeunes issus du système scolaire sans diplôme, demandeurs d'emploi longue durée, publics en difficulté...).

--->>> La Région Auvergne-Rhône-Alpes, dans le cadre du Campus Région du Numérique, labellise également des organismes régionaux.
--->>>
La Grande Ecole du Numérique labellise, au niveau national, les organismes dont l'offre de formations au numérique correspond aux critères du label.

L'offre de formation régionale sur Orientation Auvergne-Rhône-Alpes

Rechercher librement la formation qui vous intéresse sur le site de Via Compétences.


Ecoles / Organismes aux nouvelles modalités pédagogiques

Parmi les nouveaux organismes de formations qui ont vu le jour depuis deux à trois ans, un certain nombre sont labellisés Grande école du numérique. Les modes de recrutement et les modalités de formation sont innovants. Les formations s'adressent à différents publics et souvent il n'y a pas de pré-requis, en terme de niveau de formation. Cependant, il faut s'informer en amont sur les possibilités de financement, car ce sont pour la plupart des organismes privés.

Brioude, Clermont-Ferrand, Moulins, Vichy

-
  • Human Booster, s'adresse à des demandeurs d'emploi issus des quartiers prioritaires de la ville. Clermont-Ferrand et Brioude
  • Face territoire Bourbonnais, par up to numérique, s'adresse aux 18-25 ans. Moulins
  • Aformac, formation qualifiante. Clermont Ferrand, Vichy
  • U'DEV formation qualifiante de concepteur développeur informatique, école financée par l'entreprise CGI. Les candidats sont recrutés sur un niveau Bac et Bac+2. La formation est gratuite, l'apprenant est rémunéré. Clermont-Ferrand

Chambéry, Le Bourget du Lac, Grenoble

-
  • IUT de Chambéry, formations certifiantes, niveau de formation requis. Le Bourget du Lac
  • EPN du Royans, sans prérequis de diplômes, s'adresse aux demandeurs d'emploi. Pont-en-Royans
  • Campus numérique in the Alps, à toute personne non diplômée souhaitant construire un projet professionnels dans le numérique. Grenoble

Le Cheylard, Bourg-Lès-Valence

-
  • Ecas, école gratuite, forme à l'animation 3D. Pas de condition de diplôme et avoir 18 ans minimum. Test de sélection en ligne. A ouvert en septembre 2017
  • Simplon.co, s'adresse à un public de 18 à 60 ans. Formation certifiante. Le Cheylard

Lyon, Villeurbanne, Vénissieux

-
  • Ecole 101, dans le cadre du Campus  numérique Auvergne-Rhône-Alpes impulsé par le Conseil régional. A ouvert en septembre 2017
  • Eden School, s'adresse à un public scolaire 14-18 ans, ils peuvent être en cours de scolarité ou ayant quitté le système scolaire. A ouvert en septembre 2017
  •  Simplon Auvergne-Rhône-Alpes, profils issus des quartiers populaires, des zones rurales, des milieux modestes et des diasporas, seniors et personnes en situation de handicap... des porteurs de projets numérique solidaires, liés à l'éducation ou à l'innovation sociale. Deux lieux de formation : Villeurbanne et Vénissieux
  • L'Ecole LDLC , propose un cycle de 3 ans, orienté vers l’insertion professionnelle ou l’entrepreneuriat et structuré sur le rythme de l’entreprise. Lyon
  • Campus ESCEN Lyon, les programmes sont spécialisés dans le développement de l’activité commerciale et marketing sur internet. Lyon.
  • IT-Akademy, formations certifiantes, niveau d'entrée Bac ou Bac+2, ou niveau sur dossier. Villeurbanne
  • Wild code school, s'adresse à différents publics et propose des formations et de l'initiation. Lyon
  • Certa, pré-certification numérique pour tout public, prioritairement éloigné de l'emploi, notamment les 15-25 ans. Vénissieux
  • U'DEV formation qualifiante de concepteur développeur informatique, école financée par l'entreprise CGI. Les candidats sont recrutés sur un niveau Bac et Bac+2. La formation est gratuite, l'apprenant est rémunéré. Lyon
  • Les Plombiers du numérique. Le réseau propose à des jeunes sans diplômes, souvent des décrocheurs, de se former aux bases techniques de déploiement de la fibre. (voir l'article)

Saint Etienne, Roanne

-
  • Télécom St Etienne, propose la formation Design Tech Académie,  particulièrement ouvert à un public éloigné de l'emploi et tous niveaux (minimum bac et/ou expérience professionnelle). Formation gratuite, l'objectif est de développer des compétences dans le domaines du développement web et applications, afin de se positionner sur le marché de l'emploi dans les métiers du numérique, soit de poursuivre des études
  • Simplon Roanne, en partenariat avec Roannais Agglomération, propose des formations en développement web, gratuites et intensives au Numériparc. Personnes inscrites à Pôle emploi ou Mission locale
     

 


veille

  • Pôle emploi retweeted: Après @simplonco, c'est au tour du @Lewagonparis de se rapprocher de @pole_emploi pour former les demandeurs d'emploi au métier du code
    3 décembre 2021
    Pôle emploi retweeted: Après @simplonco, c'est au tour du @Lewagonparis de se rapprocher de @pole_emploi pour former les demandeurs d'emploi au métier du code
  • Pourquoi Microsoft a choisi Lyon pour déployer une promotion de son école Business Apps
    3 décembre 2021
    En 2018, Microsoft avait déjà créé une première formation, centrée sur l'intelligence artificielle, qui avait essaimé sous la forme de trois premières promotions à Lyon. "Nous avions déjà fait le constat à cette occasion qu'il n'existait pas, sur le marché, les profils et talents dont avaient besoin les entreprises. C'était aussi un moyen de démystifier la complexité du métier et son accès, qui ne se fait pas nécessairement à bac +5", se souvient Agnès Van de Wall, directrice de l'entité partenaires et startups, chargée d'accompagner l'écosystème de partenaires de Microsoft en France. Et depuis le printemps dernier, le géant de l'informatique Microsoft (qui emploie 1.800 collaborateurs en France, principalement localisés sur son Campus d'Issy-les-Moulineaux) a renouvelé l'essai, d'abord à l'échelle nationale en lançant sa nouvelle école Business Apps dédiée aux applications métiers. L'objectif est le même : fournir aux entreprises des profils qui n'existent pas sur le marché du travail, avec des compétences spécifiques et assurer ainsi des débouchés aux apprenants, au nombre d'une soixantaine par année. Car depuis début 2021 déjà, le géant informatique avait déjà remarqué qu'il existait "une pénurie de talents autour des métiers de l'IA et du Cloud, avec l'optimisation des infrastructures, le move-to-cloud et l'essor des applications métiers (business applications), aussi bien pour Microsoft que pour notre écosystème". C'est pourquoi il avait décidé d'agir en lançant avec Simplon et ses partenaires, les Ecoles IA Microsoft et les Ecoles Cloud, des formations visant à outiller les personnes éloignées de l'emploi ou en reconversion aux métiers de l'IA et du Cloud. Avec, à l'issue de leur cursus, des contrats de professionnalisation et des opportunités d'emplois proposés au sein de son écosystème de partenaires. C'est donc dans cette lignée que Microsoft a décidé, depuis le 15 novembre dernier, d'ouvrir une première promotion de son école Business Apps à Lyon. Montée en partenariat avec WebForce3, un réseau d'écoles du numérique issu de l'ESS et qui héberge notamment les formations, le contenu de celle-ci a été cocréé aux côtés de Microsoft. "Nous avons également le soutien de Pôle Emploi et travaillé aux côtés de Digital League afin de faire remonter les besoin des clients", affirme Agnès Van de Wall. Objectif : former une cohorte de onze apprenants, demandeurs d'emploi ou salariés en reconversion professionnelle, afin qu'ils suivent un parcours professionnalisant de 18 mois, intégrant 6 mois de formation intensive, puis une alternance de 12 mois en entreprise. Une formation "spécifique" Ces élèves lyonnais apprendront notamment à développer des "applications métiers", ces applications informatiques spécifiques dont les fonctionnalités sont dédiées et pensées pour une branche de métiers spécifique, ou une tâche précise.  A Lyon, les enseignants de l'école Business Apps sont des enseignants de WebForce3 pour la partie technique et de Social Builder pour la partie "human skills". Cette formation leur apprendra en effet à concevoir une application informatique, dédiée par exemple à chaque département ou client d'une entreprise, et pouvant prendre la forme d'un tableau de bord, d'un calcul de jauges, d'un suivi ou d'une mesure de l'engagement client, de la gestion des notes de frais... "Tous ces départements recherchent des profils pour développer ces applications spécifiques", assure Agnès Van de Wall, directrice de l'entité dédiée aux partenariats chez Microsoft. Et d'ajouter : "Une formation comme celle-ci, leur assurant de pouvoir être certifié afin de devenir développeur application métier n'existait pas jusqu'ici : il s'agit d'un dispositif très spécifique et rare". Un domaine qui vise également à permettre à ces salariés d'évoluer par la suite, car "dans le numérique, on est en formation permanente", ajoute Agnès Van de Wall. D'autant plus que les opportunités ont été fortement accélérées par la crise sanitaire et la digitialisation de l'économie française, qui aura conduit les entreprises à internaliser ce type de profils : "La demande dans ce domaine a explosé avec la crise sanitaire, notamment pour mesurer les jauges ou des fluidifier les échanges de données et documents", constate le groupe informatique, sans toutefois révéler de chiffres. Pour Microsoft, l'enjeu de proposer ces formations est de s'inscrire "au service de l'innovation numérique. [...] Si nous voulons accélérer le développement de projets concrets dans les entreprises, nous devons former les futurs artisans du numérique. Notre rôle est donc d'accompagner les organisations et les personnes dans cette transformation numérique." "En région aussi, les entreprises ont aussi du mal à trouver des collaborateurs" Les promotions de l'école Business Apps n'ouvrent d'ailleurs que si le terreau local est en demande de ces compétences. "On ouvre une classe à partir du moment où l'on est certains que les entreprises embauchent." D'ailleurs, en Auvergne Rhône-Alpes, les derniers chiffres communiqués début 2021 par le 5e Observatoire du Numérique en Auvergne-Rhône-Alpes associant Digital League et EY pointent l'ampleur de l'enjeu pour la scène du numérique : La région Auvergne-Rhône-Alpes se situait "une fois de plus à la première place des régions après l'Île-de-France avec 69.843 emplois, soit 3% de l'emploi total de la région". Le numérique aurait ainsi permis la création de 10.000 emplois sur la période 2015-2019, "soit +17 % en seulement cinq ans et représente 7% des créations d'emploi d'Auvergne-Rhône-Alpes". "À titre de comparaison, l'industrie régionale a créé sur la même période 7.000 emplois." Concernant la promotion lyonnaise, 150 candidats avaient postulé, et seuls onze ont été retenus pour cette première année. Ils travailleront ensuite chez plusieurs acteurs de la scène régionale : Expertime, Orange Business services, SA Global, Exakis Nelite, Neos-SDI et Place du marché... Selon Agnès Van de Wall, ce sont près de 83% des apprenants trouvent un emploi à la fin de la formation. "Nous avons des profils diversifiés qui veulent donner un élan à leur carrière. L'âge moyen est de 36 ans." Après Lyon, mais aussi Nantes et Bordeaux, le géant de l'informatique songe déjà à ouvrir quatre nouvelles promotions courant 2022, notamment à Toulouse et à Rennes. Pour Microsoft, pas question de demeurer en effet centré sur Paris "car en région aussi, les entreprises ont aussi du mal à trouver des collaborateurs", souligne le groupe. L'objectif étant, à terme, d'ouvrir six promotions par an, dont trois en province d'ici 2023. Le géant du web réfléchit plus largement à la possibilité de proposer, par la suite, une formation dédiée à la cybersécurité, et vient de lancer, aux côtés de plusieurs autres partenaires (Capgemini, Perfesco (groupe EDF), Suez, Elaia, Citizen Capital, Time for the planet, Loamics et l'ADEME) l'Environmental Start-up Accelerator, un incubateur de start-ups européennes qui visent à trouver des solutions pour réduire les émissions de carbone. (avec ML)
  • Est-il possible de devenir community manager autodidacte en 2022 ?
    2 décembre 2021
    Peut-on encore devenir community manager autodidacte en 2022 ? Le métier évolue et la concurrence devient rude pour gagner en visibilité. Explorons le sujet :
  • La Sécurité sociale va recruter ses futurs talents du numérique à l'école Simplon.co
    1 décembre 2021
    La Sécurité sociale vient de signer ce 29 novembre un partenariat avec Simplon.co pour recruter de nouveaux talents IT. Cette collaboration a pour objectif de faire rencontrer les opportunités d'emploi proposées par la Sécurité sociale avec les alternants Simplon.co qui souhaitent rejoindre la vie active.  A la fin de l'année dernière, près de 6 000 salariés en CDI occupaient une fonction dans le domaine informatique au sein de la Sécurité sociale, qui précise proposer chaque année plus de 400 postes (CDI, CDD, alternances et stage) dans ce domaine, du technicien support au concepteur-développeur, en passant par le gestionnaire IML. Le partenariat avec l'école Simplon.co va donc l'aider à trouver ses futurs collaborateurs.  Avec plus de 150 000 collaborateurs dans 300 organismes présents sur l'ensemble du territoire, la Sécurité sociale dit être l'un des premiers employeurs locaux de France. De son côté, Simplon.co s'appuie sur un fort réseau local avec 86 « Fabriques » implantées en France pour accompagner l'insertion professionnelle des talents des métiers techniques du numérique. L'école propose des formations gratuites et intensives aux métiers en tension du numérique pour des personnes éloignées de l'emploi ou situées dans des territoires fragiles. Ce sont près de 10 000 personnes qui ont pu bénéficier d'une formation au sein de Simplon.co depuis 2013. Rate this post The post La Sécurité sociale va recruter ses futurs talents du numérique à l'école Simplon.co appeared first on Informatique.
  • Moulins. Épitech forme aux métiers du futur
    30 novembre 2021
    Alors que le secteur de l'informatique explose, la nouvelle école privée 'Épitech' de Moulins propose des cursus 'qualifiants', pouvant déboucher sur des postes à l'international. On le sait, les métiers de l'informatique ont la cote. Pour devenir développeur, programmeur, spécialiste du code informatique, des systèmes d'information, de la block chain, des datas, etc. il existe de nombreuses écoles... dont une à Moulins. Épitech, l'école privée de codage et d'ingénierie informatique ouvre enfin ses portes, faisant entrer Moulins dans l'ère du numérique. Les toutes premières 'Portes ouvertes' ont eu lieu la semaine dernière : l'occasion de découvrir l'école, via un parcours avec une conférence du directeur du Campus, une présentation des projets des étudiants, ainsi que d'un atelier coding. Se former aux métiers du futur à Moulins, c'est désormais possible L'école compte une quinzaine de campus en France, dont six à l'international. Le réseau international auquel elle appartient comporte plus d'une centaine d'universités dans trente-six pays et plus de trois mille entreprises partenaires. Sa particularité : elle est ouverte à tous les profils. Installée dans les anciens locaux de l'IUT de Moulins (rénovés par le bailleur social de la ville de Moulins, Évoléa), Épitech propose "une diversité de cursus pour tous les niveaux, avec des méthodes d'apprentissage innovantes et modernes", explique le directeur de la pédagogie, Victor Granger.  "Nous lançons progressivement nos formations", poursuit-il. Deux nouvelles à venir : 1/ La Web@cademy même sans le Bac... La toute première formation a commencé en avril de cette année. "Il s'agit de la Web@cademy, un programme d'ambition sociale destiné aux jeunes en difficulté". Elle est destinée aux élèves ayant abandonné leurs études, "avec ou sans le baccalauréat". L'ensemble du programme est totalement financé, et donc "le jeune ne débourse rien". Ce cursus de 10 mois ouvre l'accès à des postes qualifiés en développeur web. Neuf ont déjà été sélectionnés, et étudient dans une ambiance de "grande école". "C'est une formation pionnière en France qui ouvre forcément sur des emplois stables. Et nous sommes très heureux de constater que quelques-uns poursuivent en Bac+5". 2/ Un cursus de 5 ans à partir de septembre 2022 Le programme "Grande École", en cinq ans après le Baccalauréat, ouvrira lui ses portes en septembre 2022. "Il permet de former des experts en informatique, en proposant un contenu technique évolutif, une diversité de projets de programmation, couvrant de nombreux langages". Créée en 1999, Épitech fait partie des meilleurs cursus dans le secteur du numérique, en pleine expansion. De nombreuses écoles essaiment comme l'école 42 , ou encore le groupe Ynov. École privée oblige, le coût de la formation n'est pas à négliger. Comptez 50000EUR pour 5 ans, avec 18 mois de stage rémunérés et la possibilité de travailler à temps partiel la 3e et la 5e année. À la clef cependant, il y a de nombreux débouchés. "C'est quasiment du 100% d'embauche à la sortie d'école, tant les secteurs sont en demande. De l'alimentaire aux finances, en passant par les transports, tous recrutent... La crise du Covid-19 a même accentué la tendance. Actuellement, les métiers et les grands secteurs à la mode sont par exemple la cybersécurité, les objets connectés, le big data...", indique Victor Granger, directeur du campus. 3/ La 'Coding Academy' pour les reconversion À venir également et selon les besoins du territoire, plusieurs autres formations. À commencer par la "Coding Académy" pour les reconversions. Pas de pré-requis nécessaires dans le développement web, mais il faudra avoir un Bac +2 (toutes filières) ou 5 années d'expérience. "Pour cette formation (Ndlr. Eligible au Compte Personnel de Formation), nous proposerons plusieurs sessions par an, en fonction des besoins du territoire". Enfin, "nous visons la création pour les Bac +2 ou bac +3, de filières de spécialisation MSC Transformation Digitale et MSC Innovation Technologique". Les étudiants du campus ont présentés leurs projets et leur ont fait partager leur expérience d'étudiant au sein d'Epitech. Cindy Courroux Victor Granger, directeur du campus a fai tune conférence afin de leur présenter Epitech, ses valeurs ainsi que ses cursus. Cindy Courroux The post Moulins. Épitech forme aux métiers du futur appeared first on La Semaine de l'Allier.
Plus d'actualités |RSSS'abonner
Vous souhaitez soumettre une actualité ou une action de découverte métiers, emprunter des ressources ou gérer vos newsletters ? Connectez-vous :
Mon compte
Site Côté Formations

VISITER LE SITE GRAND PUBLIC