Accès direct au contenu | Accès direct au menu

Mot de passe oublié ?

Créer un compte

+
VISITER LE SITE GRAND PUBLIC
Site Côté Formations

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi

+

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi


Vous êtes ici : Site Professionnel > La VAE > Etre acteur de la VAE > Acteur de l'information sur la VAE

Acteur de l'information sur la VAE

Toutes les structures contributives au SPRO (Service public régional de l'orientation) délivrent les informations sur la VAE et rendent ce service lors de situations d'accueil individuel et/ou en organisant des réunions d'informations collectives.

Mission

-
Faire connaître la VAE et promouvoir son usage auprès de tous les publics :
  • délivrer une information actualisée, objective à toute personne intéressée par la VAE ;
  • évoquer la VAE lorsqu'elle paraît pertinente au vu de la situation et des objectifs de la personne ;
  • utiliser la VAE pour capitaliser des blocs de compétences permettant de réduire un parcours de formation ;
  • orienter vers les structures adaptées en fonction des besoins de la personne.

Objectif

-

Permettre à la personne de connaître, comprendre et s'approprier le dispositif VAE :
  • connaître le dispositif et son cadre réglementaire (les différentes étapes, 1 an d'expérience requise, blocs de compétences acquis à vie ...) ;
  • comprendre les objectifs du dispositif VAE (ce qu'est la VAE, ce qu'elle permet) ;
  • identifier les interlocuteurs (valideurs, certificateurs, financeurs...).

Points de repères

-

Promouvoir le dispositif : quelques questions simples

  • Avez-vous pensé à la VAE ?
  • Avez-vous déjà le diplôme qui correspond à cette expérience ?
  • D'après vous, une certification sur ce que vous savez déjà faire pourrait-elle vous aider dans votre projet ?
  • Êtes-vous prêt à vous investir personnellement dans votre démarche de reconnaissance de l'expérience ?

La plus-value de la VAE dans un parcours d'évolution professionnelle

L'obtention de la certification et la démarche elle-même de validation des acquis de l'expérience peuvent permettre au candidat :
  • d'attester d’un niveau professionnel atteint
  • d'obtenir une reconnaissance personnelle
  • de faire évoluer sa carrière
  • de se donner un atout supplémentaire pour la recherche d’un emploi
  • d'accéder à un concours ou entrer en formation pour les formations qui exigent un niveau minimum de formation initiale
  • de créer une entreprise dans un secteur qui exige un diplôme spécifique
  • ...

Quelles situations peuvent amener à évoquer la VAE ?

Lorsqu'une personne dit :

"Je n'ai aucun diplôme "
"Ma formation initiale ne correspond pas à mon expérience ni à mon projet "
"Il me faut tel diplôme pour trouver du travail "
"Sans diplôme je risque le licenciement "
"J'ai besoin d'un diplôme pour créer mon entreprise "
"J'ai besoin d'un diplôme pour me présenter à un concours "

La VAE peut constituer une démarche au service de ces objectifs.
D'une manière générale, lorsqu'une personne exprime un souhait de formation qualifiante dans un domaine dans lequel elle a déjà de l'expérience, il est intéressant d'aborder la VAE. Elle pourra ensuite en vérifier la pertinence auprès d'une structure spécialisée sur le conseil en VAE.

Principales questions / réponses

Comment s'effectue le calcul de l'expérience ?
L'expérience, qui doit être de 1 an, est calculée sur un nombre d'heures correspondant à la durée de travail effectif à temps complet en vigueur dans l'entreprise.
Les activités réalisées en formation initiale ou continue, peuvent être prises en compte (cf.Connaître le dispositif VAE> Essentiel de la VAE, Équivalences et validations, VAE : les étapes). La durée des activités réalisées hors formation doit être supérieure à celles des activités réalisées en formation.
Le candidat doit obligatoirement présenter des justificatifs de son expérience lors de l'étape de recevabilité.

Quelles sont les certifications accessibles par la VAE ?
Une certification est le terme officiel qui recouvre des appellations différentes : diplôme, titre ou certificat de qualification professionnelle.
Sont accessibles par la VAE les certifications professionnelles qui sont enregistrées au RNCP :
  • les diplômes et titres délivrés au nom de l'Etat (enseignement supérieur et secondaire),
  • les autres diplômes et titres à finalité professionnelle,
  • les certificats de qualification professionnelle.
Cependant, certaines certifications ne sont pas accessibles par la VAE pour des raisons liées à la sécurité, la santé ou encore pour certaines professions règlementées.

La VAE, combien ça coûte ?
Le coût est variable selon l'organisme valideur. Il correspond aux frais liés à l'accompagnement, éventuellement à l'organisation du jury ou au traitement du dossier.
Selon le statut du candidat, une prise en charge est possible par l'entreprise ou l'OPCO (pour les salariés des TPE), par Pôle emploi (pour les demandeurs d'emploi), par l'administration (pour les agents publics) ...
Il est nécessaire de vérifier les possibilités de prise en charge au moment du conseil en VAE ou à l'étape de recevabilité.

Pour en savoir plus, consulter le Guide des financements VAE.

Combien de temps faut-il pour faire une VAE ?
La durée de réalisation d'un dossier VAE dépend de plusieurs facteurs :
  • la période d'engagement du candidat dans la démarche
  • la date de dépôt de dossier de validation (variable selon les diplômes)
  • la capacité d'implication de chaque candidat
Le délai moyen observé entre la décision de recevabilité et le passage en jury est d'environ 13 mois.
Source :
Le parcours de VAE en Rhône-Alpes entre 2010 et 2012 (mars 2015, .pdf)

Comment orienter une personne qui a déjà ciblé la certification ?
Le choix de la certification se fait d'abord au regard de l'expérience puis en fonction des modalités d'évaluation qui peuvent le mieux convenir à la personne.
En France, il existe de nombreux diplômes, titres et certificats (environ 11 000).
Les personnes ne connaissent pas toutes les certifications en lien avec leur expérience, il faut bien s'assurer que la personne a connaissance de l'éventail des certifications possibles :
  • si ce n'est pas le cas, l'orienter vers un opérateur du Conseil en évolution professionnelle.
  • si elle confirme son choix de certification, l'orienter vers le valideur rattaché à la certification.
Pour en savoir plus consulter la rubrique : Certificateur, valideur.

Quelles sont les chances, pour un candidat, de réussir sa démarche de VAE ?
  • 6 candidats sur 10 obtiennent une validation totale au bout de leur démarche de VAE, tous certificateurs confondus
  • 3 sur 10 obtiennent une validation partielle et peuvent accéder à une validation totale en effectuant un parcours complémentaire
  • Seule 1 personne sur 10 se voit refuser la validation
Source : Tableau de bord 2020 de la VAE en Auvergne-Rhône-Alpes (octobre2021, .pdf)
Ces données sont variables d'une certification à une autre et varient aussi selon les profils des candidats.

Pour en savoir plus, consulter la rubrique Statistiques et études VAE.

Outils et ressources

-

Votre besoin Ressources à consulter
Connaître les détails du dispositif
Connaître les structures en charge de l'accueil, du conseil et de l'appui à la mise en œuvre du projet de VAE
Connaître le périmètre su service d'information en VAE
 
Orienter vers les organismes valideurs
Présenter le dispositif de VAE
Vous professionnaliser

Se professionnaliser avec Via Compétences

-
Depuis le 1er janvier 2017, l'information, le conseil et l'appui aux parcours VAE sont intégrés au Conseil en évolution professionnelle (CEP).
Le premier niveau d’information sur la VAE a vocation, au-delà des opérateurs CEP, à être assuré par toutes les structures qui concourent au Service Public Régional de l'Orientation (SPRO).Afin de développer des services homogènes, la Région a décidé de déployer un dispositif d’appui et de professionnalisation en VAE sur tout le territoire régional.
Ce dispositif est mis en œuvre par Via Compétences.

Les actions proposées à distance et en classe virtuelle avec une formatrice de Via Compétences :

Actions co-financées par la Région Auvergne-Rhône-Alpes

Ces actions sont gratuites pour les participants.

Vous pouvez également revoir les webinars sur les pratiques de la VAE des certificateurs ci-dessous :



Veille

 
  • Une expérimentation pour faire monter en compétences les jeunes grâce...
    24 novembre 2022
    Home| Social / RH| Formation professionnelle| Dépêche n°682618 Utiliser la VAE comme un "levier et vecteur de développement de compétences" pour les jeunes de 18 à 25 ans, peu ou pas qualifiés : tel est l'objectif du dispositif "Embarquez vers l'emploi !", expérimenté en Auvergne-Rhône-Alpes entre janvier 2021 et juin 2022. Concrètement, les jeunes bénéficient d'un accompagnement "périphérique", sur l'ingénierie de formation et le financement, afin de "lever les freins". Une nouvelle vague d'accompagnements, élargis aussi à la formation et l'évolution dans l'emploi, a été lancée en juillet 2022, pour un total de 34 places. Cette dépêche est réservée aux abonnés Il vous reste 90 % de cette dépêche à découvrir. Retrouver l'intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique Toute l'actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts Information fiable, neutre et réactive Réception par email personnalisable TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS Test gratuit et sans engagement Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Les contours d'une VAE « nouvelle génération » sont posés
    21 novembre 2022
    Le projet de loi prévoyant des mesures destinées à faciliter le recours à la validation des acquis de l'expérience (VAE) a été adopté définitivement, le 17 novembre. Enrichi au cours des débats parlementaires, ce texte acte la création d'un service public de la VAE pour orienter et accompagner les candidats et introduit plusieurs dispositions visant à élargir et assouplir les conditions d'accès au dispositif.
  • Adoption définitive du projet de loi portant sur les mesures d'urgence relatives au fonctionnement du marché du travail en vue du plein emploi
    17 novembre 2022
    M. Olivier Dussopt, ministre du Travail, du Plein emploi et de l'Insertion et Mme. Carole Grandjean, ministre déléguée chargée de l'Enseignement et de la Formation professionnels, saluent l'adoption du projet de loi portant mesures d'urgence relatives au fonctionnement du marché du travail en vue du plein emploi. En adoptant les conclusions de la commission mixte paritaire, le Sénat permet au texte d'entrer en application. Ces avancées permettront d'apporter une réponse efficace aux difficultés de recrutement. Assurance-chômage La loi adoptée par le Parlement permet de prolonger jusqu'au 31 décembre 2023 les règles d'indemnisation pour 3,5 millions de demandeurs d'emploi ayant droit à l'allocation-chômage. Il installe également dans la durée le dispositif du bonus-malus dans les sept secteurs les plus utilisateurs de contrats courts et améliore la lisibilité du calcul des taux modulés de bonus-malus en permettant aux entreprises d'accéder aux données sous-jacentes à ce calcul. Il favorise ainsi l'anticipation et la visibilité des entreprises sur ce dispositif pour leur permettre de rallonger leurs contrats et sécuriser davantage leurs salariés. Par ailleurs, le projet de loi apporte une réponse aux difficultés de recrutement qui se sont intensifiées particulièrement depuis la fin de la crise sanitaire. Comme l'a souhaité le président de la République, le projet de loi permet au gouvernement, en étroite concertation avec les partenaires sociaux, d'introduire un nouveau mécanisme de modulation des paramètres de l'assurance-chômage en fonction de l'état du marché du travail. Le régime deviendra plus protecteur quand l'activité ralentit et plus incitatif au retour à l'emploi quand elle accélère et quand les tensions de recrutement augmentent. Enfin, le Parlement a étoffé ce texte avec de nouvelles dispositions encadrant davantage les abandons de poste ainsi que les refus de CDI, qui font suite à des contrats d'intérim ou de contrats à durée déterminée, tout en veillant à assurer la protection maximale des droits des travailleurs. Élections professionnelles L'article 3 tire les conséquences de la décision du Conseil constitutionnel du 19 novembre 2021 sur l'électorat et l'éligibilité aux élections des représentants des salariés dans les entreprises. Il clarifie ainsi le fait que les salariés disposant d'une délégation d'autorité ou de représentation de l'employeur font pleinement partie de l'électorat. Validation des acquis de l'expérience L'article 4 permet une modernisation et une simplification du dispositif de validation des acquis de l'expérience (VAE) et la création d'un service public en ligne dédié à la reconnaissance des compétences acquises tout au long de la vie, notamment pour les proches-aidants ou les bénévoles. C'est un outil pertinent et efficace de promotion, d'évolution et de transition professionnelles qui permet d'accéder à une certification reconnue et de développer ainsi l'employabilité de tous les actifs, y compris les moins qualifiés et les plus éloignés de l'emploi. Cette réforme du dispositif permettra très concrètement de le rendre plus attractif et de l'articuler avec les parcours de formation, pour passer de 30 000 parcours annuels à 100 000 d'ici la fin du quinquennat. Ratification de diverses ordonnances Le projet de loi vise enfin à permettre au Parlement de ratifier 20 ordonnances prises pendant la période de la crise sanitaire, et portant diverses mesures relatives au travail, à l'emploi et à la formation professionnelle. Contact presse Ministère du Travail, du Plein emploi et de l'Insertion Cabinet de M. Olivier Dussopt mél : sec.presse.cabtravail@cab.travail.gouv.fr 127 rue de Grenelle 75007 Paris
Plus d'actualités |RSSS'abonner
Vous souhaitez soumettre une actualité ou une action de découverte métiers, emprunter des ressources ou gérer vos newsletters ? Connectez-vous :
Mon compte
Site Côté Formations

VISITER LE SITE GRAND PUBLIC