Accès direct au contenu | Accès direct au menu

Mot de passe oublié ?

Créer un compte

+
VISITER LE SITE GRAND PUBLIC
Site Côté Formations

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi

+

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi


Vous êtes ici : Site Professionnel > Métiers et territoire > Dossiers sectoriels > Fibre optique

Les métiers de la fibre optique

Lancé en 2013, le Plan France Très Haut Débit visait à couvrir l’intégralité du territoire en très haut débit en 2022, délai reporté depuis à 2025. Il s'agit de proposer un accès à Internet performant à l'ensemble des logements, des entreprises et des administrations.
Le déploiement des réseaux de nouvelle génération à très haut débit, principalement à partir de la  fibre optique, représente un enjeu industriel et économique majeur pour la France, un levier pour la compétitivité des entreprises, un facteur essentiel d’attractivité des territoires et de développement de nouveaux services innovants.

Le chantier de la fibre nécessite la mobilisation d'un nombre non négligeable d'emplois. La formation est le pendant logique à cette technologie de réseau. Les besoins annuels en formation s'éleveraient à 11 000 en 2020 et encore 8 000 en 2024*.
*Sources : site d'Objectif Fibre (août 2020) et Etude EDEC Fibre optique d'Objectif Fibre (juillet 2020)

Qu'est-ce que la fibre optique ?

-

Une technologie qui remplace la DSL

La fibre optique est un fil en verre plus fin qu’un cheveu,  permettant  de  transporter  des  données par le biais d’un signal lumineux. Celle-ci permet de transmettre des quantités de données à grande vitesse, quasiment sans limitation de débit. En effet, à la différence du cuivre, le débit n’est quasiment pas altéré par la distance et peut être symétrique, c’est-à-dire identique pour la réception (débit  descendant) et l’envoi de données (débit ascendant).
Cette technologie permet d’accéder au Très Haut Débit et remplace progressivement les réseaux ayant servi à la distribution du téléphone (DSL, réseau cuivre) ou encore de la télévision par câble (FTTB, câble coaxial).

Une fibre optique fabriquée en France

Le déploiement de réseaux s'appuie sur une filière industrielle française, dont les différents acteurs interviennent tout au long du processus de conception, de réalisation et d'exploitation des réseaux.
Un label "câbles de France" a été mis en place en 2016, afin de valoriser les entreprises productrices et certifier la qualité de la production.

Les métiers

-
Infographie Fibre

Le déploiement de la fibre optique nécessite de nouvelles compétences sur tous les métiers composant le secteur, dont certains sont particulièrement en tension. L'exploitation et la maintenance des réseaux mobiliseront des intervenants à compétences renforcées.
D'après les prévisions, pour atteindre l'objectif d'une France à 100 % câblée en haut débit, et notamment en fibre optique, le nombre d'emplois nécessaires d'ici 2022 approche les 27 000*.

Prévisions du nombre d'emplois nécessaires au déploiement et à la maintenance de la fibre optique en 2022*
Infographie Emploi Page ARA
* Sources : site d'Objectif Fibre (août 2020) et Etude EDEC Fibre optique d'Objectif Fibre (juillet 2020) 
 
Les métiers de la fibre sont organisés en "familles" : négociation et commerce, études, travaux.

LA NEGOCIATION ET LE COMMERCE
Fonction clé dans le déploiement du réseau très haut débit.  Un négociateur prend en charge tout un ensemble géographique.

Le négociateur télécoms, fibre optique
: obtient les autorisations nécessaires au fibrage des immeubles et intervient pour l'engagement des travaux auprès des acteurs fonciers comme les syndics par exemple. Des connaissances juridiques en immobilier et réseau sont nécessaires.
Le commercial télécoms : commercialise l'offre de produits et de services auprès des clients institutionnels et professionnels.
Le chargé d'affaires FttH (*) : en charge des projets chez les clients, il est le responsable de ces projets, techniquement, commercialement et financièrement.

LES ETUDES
Cette famille regroupe les métiers dédiés à la conception de l'aménagement de l'infrastructure en fibre optique dans l'immeuble ou la maison, ainsi que la réalisation des plans associés à la création de cette infrastructure.
Cette étape précède et conditionne la phase d’installation. Elle est donc considérée comme stratégique par les entreprises.

Le piqueteur : réalise les relevés de terrain et retranscrit toutes les informations liées au site sur lequel le réseau doit être mis en place. Nécessite une maîtrise de l'infrastructure et des contraintes liées aux travaux.
Le responsable bureau d'étude FttH : a la responsabilité du service des études dédié à un projet de déploiement de la fibre optique. Il a une maîtrise approfondie des solutions technique FttH.
Le dessinateur/projeteur FttH : réalise les plans du réseau en fonction du cahier des charges, et les ajuste en cours de projet au fil des remontées de terrain faites par les équipes chargées des travaux. Il utilise des logiciels spécialisés et travaille en coordination avec le piqueteur.
Le chargé d'études ou chef de projets : coordonne plusieurs dessinateurs/projeteurs et conduit les projets de télécommunication qui lui sont confiés.

LES TRAVAUX : 3 ENSEMBLES DES METIERS

Travaux sur la colonne

L'ensemble des métiers concernés par la réalisation des travaux de fibrage dans les immeubles sont concernés. Cette famille de travaux devrait mobiliser un nombre très important d'emplois.
  • Le conducteur de travaux : assure la conduite du chantier, gère les chefs de chantiers et les équipes de production.
  • Le tireur de câbles : est chargé de la pose des câbles en aérien et en souterrain. Il doit connaître l'ensemble des règles de sécurité et savoir adapter son intervention en fonction de la configuration de l'installation.

Raccordement chez l'abonné

  Cela consiste en la pose finale chez l'abonné ou jusqu'au point de raccordement pour les maisons individuelles. Cette famille de travaux devrait mobiliser également un nombre très conséquent d'emplois.
  • Le monteur raccordeur : a pour charge de réaliser les soudures et procéder aux raccordements. Il est également chargé du contrôle des fibres raccordées. Nécessite la maîtrise différents types de câbles et soudures.
  • Le technicien d'intervention : échange avec le client et réalise le raccordement au réseau et l'activation du dispositif.
  • Le technicien de la maison connectée : réalise l'installation, le paramétrage, la mise en service et la maintenance des produits et systèmes multimédias et de la domotique.

Maintenance

L'objectif est d'assurer la maintenance préventive et curative des réseaux de fibre optique. La qualité de pose initiale des réseaux influera naturellement sur les activités de maintenance. La fonction maintenance est génératrice d'activités récurrentes sur le long terme.
  • Le technicien réseau et maintenance FttH : participe à la construction et à la maintenance du réseau de fibre optique. Sous la direction du conducteur de travaux ou du chef de chantier, il réalise le suivi technique des travaux et assure la maintenance du réseau.
Ces deux dernières familles de métiers, à savoir le raccordement chez l'abonné et la maintenance, mobiliseront un grand nombre d'emplois après 2022. Le potentiel d'emplois induits par le plan Très Haut Débit est donc à envisager non seulement à court terme mais également sur le long terme.  

A CONSULTER EGALEMENT
Les fiches métiers sur le site d'Objectif Fibre
L'encyclopédie des gestes et des métiers manuels - catégorie Fibre optique

(*) FttH est l'acronyme anglais de Fiber To The Home que l'on peut traduire en français par "fibre jusqu'au domicile". L'abonné est alors directement raccordé par une fibre optique de "bout en bout".

Les formations

-
Les acteurs du secteur de la fibre optique ainsi que les pouvoirs publics se mobilisent pour mettre en place et promouvoir les actions de formation pour l'ensemble des métiers, afin de répondre aux besoins en emploi et compétences dans les territoires.
En 2019, 1,8 millions d'heures de formation ont été contractualisées, soit +29% en un an (Infranum, février 2021)
Selon les projections de l'Edec publié par les acteurs de la fibre optique, le nombre de formations nécessaires pourrait s'élever à 11 000 en 2020 et encore 8 000 en 2024.



LES BESOINS EXPRIMES PAR LES ENTREPRISES
  • Elles recherchent des personnes de niveau bac professionnel pour le personnel d'installation,
  • Elles plaident en faveur de l'apprentissage, avec l'objectif de développer un ensemble de "réflexes qui ne peuvent s'acquérir que par l'expérience du terrain",
  • Elles soulignent l'importance d'un socle de base dont doivent disposer les personnes recrutées (connaissances solides sur les réseaux électriques...), pour être en mesure d'être formées à la technicité particulière induite par la pose de la fibre optique.
LA FORMATION INITIALE ET CONTINUE EN AUVERGNE-RHONE-ALPES

Les formations initiales demandées par les entreprises

Ci-dessous les formations le plus souvent citées par les entreprises dans leurs besoins de recrutement. Les formations sélectionnées ci-après ont toutes lieu en Auvergne-Rhône-Alpes :

… soit trois des diplômes de l’Education Nationale dont le référentiel a été enrichi, à la rentrée 2012, d’un socle « fibre optique » à la demande des professionnels.

Les formations dans les domaines des études et des travaux, présents dans la fibre optique, comprennent des modules spécifiques consacrés à la fibre optique.
Le domaine négociation et commerce ne propose pas actuellement de modules spécifiques "fibre optique". Les personnes ayant suivi une formation généraliste en négociation et commerce peuvent postuler dans le secteur de la fibre mais la formation se fait en interne dans l'entreprise.

LA FORMATION CONTINUE
Elle apporte une réponse plus souple aux besoins des entreprises. Il est à remarquer que pour certains métiers il n'existe pas de formation académique. La réactivité nécessaire à la dotation des postes à pourvoir n'est pas toujours compatible avec l'engagement d'un processus long de formation initiale, toutefois la volonté de certifier les compétences reste un enjeu pour les acteurs du secteur. Les pratiques constatées par les entreprises en matière de formation continue des métiers relatifs à la fibre optique sont :
  • une forte culture du binôme et de pratiques très courantes de doublonnage des équipes,
  • les formations chez les donneurs d'ordre, les fournisseurs ou les constructeurs,
  • les instituts de formation ou centres de développement des compétences interne mis en place par les majors du secteur,
  • les formations proposées par les centres de formation pluriels, où il est nécessaire d'identifier les offres de qualité.

L'OFFRE DE FORMATION FIBRE OPTIQUE : UNE DYNAMIQUE FORTE EN ARA

Un grand nombre d'organismes de formation et de plateaux techniques

La région Auvergne-Rhône-Alpes est celle qui regroupe à la fois le plus grand nombre d'organismes de formation dans le domaine de la fibre optique et propose également un grand nombre de plateaux techniques. (Voir encadré à droite de cette page)

Plateaux Hypothèses

Source : Evaluation des emplois et formations liés au déploiement de la fibre optique (Objectif fibre, août 2020)

Achat de formations par le Conseil Régional

La Région a signé un accord-cadre pour la période 2018-2021 qui permet de proposer des formations aux différents métiers liés au déploiement et à la maintenance du réseau de fibre optique sur le territoire.
Des parcours de formations sont également proposés pour les entreprises par l'intermédiaire des CARED (Contrat d'aide au retour à l'emploi durable). Ce dispositif repose sur l'engagement d'employeurs à recruter du personnel pour répondre à leur besoin après un parcours de formation préalable à l'embauche.

En Auvergne-Rhône-Alpes

-
La couverture en Très haut débit d'Auvergne-Rhône-Alpes est une des priorités inscrites sur la Feuille de route stratégique de la Région Auvergne-Rhône-Alpes 2017-2021 pour le Numérique. Le Conseil régional prévoit un investissement de 450 M€, sur 10 ans, dans la mise à disposition du Très haut débit pour tous et l'amélioration de la couverture en téléphonie mobile.

>>> La zone d'intervention publique concerne 52 % de la population, en partenariat avec les porteurs de RIP
>>> La zone d'intervention privée, AMII, concerne 48 % de la population.

Le nombre d'emplois nécessaires pour connecter 100 % du territoire nécessite la création de  2 000 emplois. La Région Auvergne-Rhône-Alpes a signé un protocole d'accord avec ses partenaires pour atteindre cet objectif. Pour répondre aux besoins en recrutement des entreprises du secteur, le Conseil régional a doublé le nombre de places en formation qui atteint 300 apprenants par an depuis la rentrée 2018.

Dans le cadre du Plan de relance Etat-Région signé en janvier 2021, un protocole d'accord a été signé pour la généralisation de la fibre optique en Auvergne, pour un montant de 123 millions d'euros.


Les différents porteurs de projet pour le déploiement de la fibre optique en Auvergne-Rhône-Alpes
 

Politiques publiques

-
CONTEXTE
La France connectée à 100 % en réseau internet à très haut débit, une décision politique posée en 2013 et qui se poursuit. L'objectif est de donner accès à tous au très haut débit d'ici 2022 et de généraliser la fibre optique jusqu'à l'abonné sur l'ensemble du territoire d'ici 2025.

  • Un périmètre de couverture nationale est constitué
    • Les zones très denses et moins denses sont couvertes par les opérateurs privés via des "AMII" (appel à manifestations d'intentions d'investissements),
    • Dans les zones restantes, notamment rurales, ce sont les collectivités territoriales qui investissent pour leur couverture, sous la forme de Réseaux d'initiative publique -RIP-
  • Des enjeux de compétitivité économique et d'aménagement du territoire.
    • La construction d'un environnement favorable aux usages numériques innovants pour les entreprises (cloud, télétravail, visioconférence, etc.),
    • Le développement de services publics innovants, pour permettre aux citoyens d'y avoir accès (visioconférences, formations en ligne, télémédecine, etc.).

ACTEURS
  • Déploiement et exploitation des réseaux
    Les câbles optiques et équipements sont déployés de plus en plus proches des logements et des entreprises. Ces chantiers mobilisent un grand nombre d'acteurs :
    • Les cabinets conseil et bureaux d'études, qui participent à la conception et réalisent les études d'ingénierie des réseaux,
    • Les entreprises de génie civil, qui réalisent des tranchées, posent les fourreaux et les chambres,
    • Les entreprises d'installation électrique, qui répondent aux projets portés par les opérateurs privés et les collectivités territoriales. Elles jouent un rôle majeur dans le déploiement de la fibre dans le bâti, incluant la mise en place de la colonne montante des immeubles et le raccordement des abonnés,
    • Les installateurs et techniciens, qui installent les câbles de fibres optiques et raccordent les abonnés aux réseau FttH (*),
    • Les opérateurs, qui exploitent les réseaux et commercialisent des services innovants.
  • Les organisations professionnelles
    L'accéleration du déploiement du THD en France nécessite une mobilisation de tous les acteurs du secteur pour recruter et former des personnels compétents.
    • Objectif fibre. Une initiative interprofessionnelle, qui compte cinq fédérations représentatives de la filière. Plateforme de travail ouverte aux acteurs impliqués dans le déploiement de la fibre optique,
    • InfraNum. Promeut, défend et accompagne les intérêts de ses adhérents, qui sont les industriels des réseaux d'intiative publique,
    • Constructys. Opérateur de compétences (OPCO) pour les entreprises de la construction : BTP et négoce des matériaux de construction et du bois,
    • OPCO 2i. Opérateur de compétences interindustriel,
    • Akto. Opérateur de compétences des services à forte intensité de main d'oeuvre.
(*) FttH est l'acronyme anglais de Fiber To The Home que l'on peut traduire en français par "fibre jusqu'au domicile". L'abonné est alors directement raccordé par une fibre optique de "bout en bout".
PUR ALLER PLUS LOIN

Ressources

-

Pour ce dossier thématique consacré aux métiers de la fibre optique, complémentaire du webinar consacré au même sujet, une sélection de contenus informatifs sur le sujet a été réalisée par le Centre de veille et de ressources de Via Compétences. Cette sélection est le fruit de la veille quotidienne réalisée par des professionnels de la gestion de l'information, sur les thèmes liés à l'orientation tout au long de la vie, la formation, le travail, la VAE, la vie socio-économique des territoires...


L'Observatoire du Très Haut Débit
Référence en matière d’aménagement et de développement numérique des territoires pour l’ensemble des acteurs mais aussi pour l’Etat.
 

Les métiers

  • Les métiers du déploiement de la fibre optique (Objectif Fibre, mars 2017)
    Ce document recense les différents métiers liés au déploiement de la fibre optique, regroupés dans 3 familles de métiers : le négoce et le commerce, les études, les travaux d'installation et de maintenance.

Les formations

En Auvergne-Rhône-Alpes


Veille

  • Plan France Très Haut Débit : un « succès » assorti de plusieurs bémols
    16 janvier 2023
    Initié en 2013, le plan a bien permis de couvrir presque l'intégralité du territoire en très haut débit, même si des inégalités de déploiement perdurent.
  • Succès du plan France très haut débit malgré les zones d'ombre
    16 janvier 2023
    Le comité d'évaluation du plan France très haut débit (PFTHD), piloté par France Stratégie, a publié son rapport final mercredi 11 janvier 2023 et l'a remis à Jean-Noël Barrot, ministre délégué chargé de la transition numérique et des télécommunications. Impact économique du PFTHD en termes d'investissements et d'emploi, mais aussi en termes d'attractivité des territoires... ce rapport salue "le travail de gouvernance de ce déploiement par la puissance publique".  Lancé en 2013, le PFTHD aurait donc atteint aujourd'hui ses objectifs, selon France Stratégie, à savoir "assurer à l'ensemble des Français une connectivité très haut débit (c'est-à-dire supérieure à 30Mbit/s en 2022), avec un mix technologique allant de la fibre au satellite". Et ce, "dans le respect de l'enveloppe de 13,3 milliards d'investissements publics notifiée à la Commission européenne en 2016". Le rapport met en avant que "des effets notables de l'arrivée de la fibre sur l'attractivité des territoires, l'emploi et la performance des entreprises, sont déjà observables". "La réussite du plan tient pour beaucoup à une gouvernance originale assurée de manière partagée entre collectivités locales, services de l'État et opérateurs privés", selon France Stratégie. Il a fallu "inciter les investissements privés pour assurer la couverture de l'ensemble du territoire tout en prévoyant de financer sur fonds publics les zones moins denses où des carences du marché auraient été anticipées". Remontada du vingt-sixième au douzième rang européen Le document rappelle que "77,6% de la population française se situait en zone blanche du très haut débit fixe en 2015, ce qui plaçait la France au vingt-sixième rang européen" et salue le fait qu'en 2022, la France soit remontée au douzième rang "pour le THD et pour la fibre dans le peloton de tête en Europe".  "À échéance 2022, France Stratégie se félicite que le PFTHD ait atteint ses objectifs en atteignant une couverture très haut débit pour 99% des locaux du territoire, avec un mix technologique allant des solutions filaires (fibre, ADSL, câble coaxial) à la couverture satellite, en passant par les technologies radio." Elle précise que cela s'est fait "en privilégiant progressivement la fibre jusqu'à l'abonné (technologie FttH pour fiber to the home) lorsque les conditions techniques et la viabilité économique" le permettaient. Ainsi fin 2021, plus de 70% des locaux étaient ainsi éligibles au FttH. Rajeunissement de la population sur les territoires fibrés À la même période, la France comptait également 33 millions d'abonnements à internet, dont 18,4 millions au très haut débit (soit 60%). "Parmi les abonnements THD, 14,5 millions sont des abonnements à la fibre", précise le rapport. S'agissant des entreprises, les résultats sont moins brillants : "32% disposaient d'un abonnement au très haut débit fin 2020 et, selon la filière, elles seraient 55% en 2022 à être raccordées à la fibre." Autre conséquence réjouissante, "l'arrivée de la fibre dans une commune s'accompagne de développement du secteur marchand sur le territoire et de l'arrivée d'une population plus jeune". Il faut toutefois une période de 3 ans minimum après le déploiement pour que ces effets s'avèrent statistiquement repérables, tempère le rapport. Enfin, en matière d'empreinte environnementale, France Stratégie met en avant la faible consommation énergétique : "Les réseaux fibre consomment en moyenne 10 kWh par abonnement contre 35 kWh pour les réseaux cuivre." Des inégalités de déploiement  Ce bilan extrêmement positif est toutefois tempéré par quelques bémols. "Des difficultés d'opérationnalisation et des inégalités de déploiement demeurent." Ainsi dans les zones d'intervention privée, 88% des locaux sont éligibles au FttH "mais les derniers déploiements tardent à être réalisés notamment dans les périphéries de certaines grandes métropoles". Dans les zones d'initiative publique "au démarrage plus tardif", "seuls 60% des locaux bénéficient d'un accès au THD (au quatrième trimestre 2021) via des technologies filaires, et 51% de locaux sont raccordables au FttH" et "un peu plus de 30% pour la fibre pour les zones rurales". Résolument optimiste, l'institution placée auprès de la Première ministre estime malgré tout qu'"au rythme actuel des déploiements en réseaux d'initiative publique - plus de 5 millions de prises par an - la généralisation de la fibre devrait être atteinte en 2025".  Quid de la maintenance ? Au-delà de résultats indiscutables, France Stratégie alerte aussi sur "les conditions opérationnelles de finalisation des déploiements [...] qui sont aujourd'hui un sujet sur lequel prospère le mécontentement des usagers". Et de résumer : "Il s'agit à la fois de sécuriser la qualité des raccordements finaux ; d'assurer partout des solutions pour la connectivité THD des tout derniers locaux, les plus difficiles et les plus coûteux à couvrir ; de garantir la bonne maintenance et la disponibilité des réseaux déployés et enfin de veiller à leur capacité de résilience face aux nouveaux enjeux que représentent les crises climatiques et énergétiques ou les cyberattaques." La maintenance d'un réseau fibre optique a en effet été construit "dans l'urgence" pour quelques dizaines d'années. "Les financements envisagés pour une maintenance 'courante' n'y suffiront pas", prévient le rapport, estimant que ces "financements futurs devront prendre en compte à la fois la montée en gamme technologique de ces réseaux, leur adaptabilité aux transformations du territoire et leurs conditions de soutenabilité".
Toute l'actualité
s'abonner
Vous souhaitez soumettre une actualité ou une action de découverte métiers, emprunter des ressources ou gérer vos newsletters ? Connectez-vous :
Mon compte
Site Côté Formations

VISITER LE SITE GRAND PUBLIC