Accès direct au contenu | Accès direct au menu

Mot de passe oublié ?

Créer un compte

+
VISITER LE SITE GRAND PUBLIC
Site Côté Formations

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi

+

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi


Vous êtes ici : Site Professionnel > Politiques publiques > Politiques régionales > Le plan "#1jeune1solution"

Le plan #1jeune1solution

Faciliter l’entrée des moins de 30 ans sur le marché du travail : une priorité du plan France relance

.
 
Lancé en juillet 2020 par le gouvernement, le plan #1jeune1solution vise à accompagner les jeunes de 16 à 30 ans, durement touchés par les conséquences économiques et sociales de la crise sanitaire.

Ce plan massif de 9 milliards d’euros
ambitionne d'apporter une solution adaptée aux besoins de chaque jeune, qu'il s'agisse d'un emploi, d'une formation ou d'un accompagnement vers l'emploi.

Afin de répondre à toutes les situations, un ensemble de leviers sont mobilisés : aides à l’embauche, formations, accompagnements, aides financières, etc.
Retrouvez le communiqué de presse

Les 3 priorités du plan #1jeune1solution

-

Sélectionnez une vignette pour en savoir plus :
 

Des mesures afin qu'aucun jeune ne renonce en raison de difficultés financières

-
Quelques mois après la mise en place du plan #1jeune1solution, malgré des résultats encourageants, certains jeunes sont encore dans des situations très difficiles.
 

  • Revalorisation de la rémunération des stagiaires de la formation professionnelle : La prochaine revalorisation aura lieu le 1er avril 2023.
    Actuellement, les jeunes âgés de 16 et 17 ans perçoivent une rémunération mensuelle de 200 € net ; ceux ayant entre 18 et 20 ans touchent 310 € net par mois ; ceux ayant entre 21 et 25 ans montent à 339 €  net par mois et ceux ayant au moins 26 ans ont droit à 401 € net par mois. Le nouveau barème de rémunération qui entrera en vigueur au 1er mai 2021 est le suivant :
        > 200 € net pour les jeunes de 16 à 18 ans ;
        > 500 € net pour les jeunes de 18 à 25 ans révolus ;
        > 685 € net pour les adultes de plus de 25 ans.
    De plus, une prime de 150 €, versée à l’entrée en formation, est également prévue pour les jeunes jusqu’à 25 ans.
     
  • Élargissement de cette rémunération à des jeunes engagés dans certains dispositifs : Epide, Prépa-apprentissage, Ecole de la 2e chance


Sur la plateforme #1 jeune1solution, un simulateur permet d’estimer les aides auxquelles un jeune peut prétendre.
Cet outil a vocation à diminuer le non-recours aux aides de l’État dans les domaines du logement, du social ou de l'insertion en estimant le montant des aides auxquelles chaque jeune peut prétendre. Il sera bientôt enrichi des aides locales.

 

Afin qu'aucun jeune ne renonce par défaut d'accompagnement

Pour aller plus loin, consultez le renforcement des mesures du Plan #1jeune1solution.

Focus sur les 16-18 ans, cible privilégiée du plan #1jeune1solution

-

 

Afin qu'aucun jeune ne soit laissé dans une situation où il ne serait ni en études, ni en formation, ni en emploi, l’article 15 de la loi pour une École de la confiance prolonge l’instruction obligatoire par une obligation de formation pour tous les jeunes de 16 à 18 ans.

Cette obligation de formation des jeunes jusqu’à 18 ans est entrée en vigueur à la rentrée 2020.
Pour en savoir plus, consultez notre page Obligation de formation des 16-18 ans.

Focus sur les mesures en direction des jeunes porteurs de handicap

-

 

Le plan France relance prévoit plusieurs mesures de soutien et aides exceptionnelles afin de favoriser l'embauche et les formations en alternance des personnes en situation de handicap.

Des outils pour une bonne information du public : une plateforme et un numéro vert

-

Une plateforme évolutive

La plateforme # 1jeune1solution.gouv.fr centralise les différentes mesures du plan concernant

Emploi ou stage
Ensemble de Moteurs de recherche permettant d'accéder à des offres d'emploi, de stages, des jobs d'étè, des contrats en alternance, et même des offres d'emploi en Europe (stages, alternance, missions de volontariat d'engagement associatif, missions de solidarité...) Mais c'est aussi la possibilité d'avoir des conseils en matière de création d'entreprise.


Orientation et formation
Accès a un annuaire des  formations à partir d'une listede métiers, 792 fiches de découvertes professionnelles
2 outils viennent compléter la plateforme
«Creer-mon-cv» véritable aide à la réalisation personnalisée de son CV en ligne et réflexion sur comment valoriser ses expériences même si elles sont peu nombreuses
« Trouver-mon-metier» à partir d’un questionnaire personnalisé d’intérêts professionnels, mise en relation avec un listing de métiers et des offres d’emploi correspondants

Aides et accompagnement
Découverte des nouveaux dispositifs comme le contrat d'engagement jeune CEJ, promo afpa 16-18 ou un jeune , un mentor
un annuaire des professionnels du service public de l'emploi qui peuvent accompagner, et un outil très utile un simulateur d'aide très éfficace grâce auquel  le jeune pourra connaitre en quelques clics, les aides accessibles en fonction de sa situation 

Egagement et bénévolat
Pour retrouver toutes les informations concernant le service civique, le bénévolat, le corps européen de solidarité, le service universel, la réserve opérationnelle dans les armées, les differents service militaire ...


Pour information, la plateforme a aussi  une entrée pour toutes les entreprises qui souhaitent s'engager auprès des jeunes pour déposer une offre d’emploi, de stage ou participer à un évènement de recrutement Mesures employeurs


Un numéro vert pour être conseillé et orienté

En complément de la plateforme un numéro d'écoute et de conseil le 0 801 01 08 08 est mis en place pour répondre aux questions des jeunes et de leurs familles et les orienter vers l'interlocuteur le plus approprié en fonction de leurs besoins.
Gratuit, accessible du lundi au vendredi de 8h à 17h, sa gestion est confiée à Pôle emploi.

Veille

  • Plan 1 jeune, 1 solution : l'aide à l'embauche des jeunes est prolongée jusqu'à fin 2022
    8 décembre 2022
    I3987.jpgFaciliter l'entrée dans la vie professionnelle des jeunes particulièrement touchés par les conséquences de la crise sanitaire, orienter et former 200 000 d'entre eux vers les secteurs et les métiers d'avenir, accompagner ceux qui sont éloignés de l'emploi en construisant 300 000 parcours d'insertion sur mesure : le plan « 1 jeune, 1 solution » accompagne les 16-25 ans pour les aider à construire leur avenir. L'aide exceptionnelle de 5 000 EUR ou 8 000 EUR pour le recrutement d'un jeune en contrat d'apprentissage ou de professionnalisation est prolongée jusqu'au 31 décembre 2022 selon un décret publié au Journal officiel du 30 juin 2022.
  • Groupe FDJ - Groupe
    14 novembre 2022
    12,97 milliards EUR,  soit 68,4 % des mises + de 4,1 milliards EUR contribués au budget de l'Etat 901 millions EUR de rémunération aux détaillants 
  • Qui sont les jeunes entrés dans le plan « 1 jeune, 1 solution » ?
    4 novembre 2022
    Au printemps 2022, plus de 4 millions de jeunes de 15 à 29 ans auraient bénéficié d'une des aides du plan 1 jeune, 1 solution, mis en place pour faire face à la crise sanitaire et au fort chômage des jeunes. Une étude de la DARES sur la première année entre mi-2020 et mi-2021 confirme que le plan a concerné, cette année-là 1,8 million jeunes, soit une hausse de 41 % sur un an. Une hausse de 41 % des entrées dans les différents dispositifs sur la première année du plan Durant sa première année, le plan a conduit à une hausse des entrées des jeunes dans l'essentiel des dispositifs qu'il couvre, excepté les entrées en contrats de professionnalisation. Garantie jeune, insertion par l'activité économique, parcours emploi compétences, le plan « 1 jeune-1 solution » s'appuie sur des dispositifs déjà existants. Il vise à faciliter la formation et l'insertion professionnelle de jeunes. Les entrées augmentent particulièrement pour les dispositifs d'accompagnement renforcé : L'accompagnement intensif des jeunes - AIJ (+94 %), et la garantie jeunes GJ (+50 %),Les contrats aidés, que ce soient les parcours emploi compétences PEC (+50 %) ou les CUI-CIE, qui ont été fortement réduits avant la crise et sont relancés par le plan.Les entrées en contrats d'apprentissage sont aussi en hausse (+57 %), portées par l'aide exceptionnelle versée aux entreprises dans le cadre du plan de la réforme de 2018 et le recul du plafond de l'âge pour l'entrée en contrat d'apprentissage. À l'inverse, les contrats de professionnalisation diminuent de près de moitié, malgré les aides exceptionnelles du plan. Un effet de substitution entre ces deux dispositifs pourrait expliquer en partie ces évolutions symétriques : Les entrées en formation des personnes en recherche d'emploi de moins de 30 ans, augmentent quant à elles de 54 %.Les entrées en insertion par l'activité économique - IAE s'accroissent également mais dans une moindre mesure (+24 %) de même que les prises en charge par les missions locales (Parcours contractualisé d'accompagnement vers l'emploi et l'autonomie - Pacea +31 %). Les entrées cumulées pour l'ensemble de ces dispositifs passent de 1,3 million sur la période de mi-2019 à mi-2020, à 1,8 million sur celle de mi 2020 à mi-2021, soit une progression de 533 300 des entrées. L'accompagnement par les missions locales avec les 2 dispositifs (Pacea et Garantie Jeune) et l'IAE avec le dispositif d'accompagnement dédié de Pôle emploi (accompagnement intensif des jeunes - AIJ) sont orientés vers les moins diplômés. Les jeunes entrant dans le dispositif Pacea ou GJ sont : Plus jeunes et plus éloignés de l'emploi. Au moins la moitié des jeunes ont au plus 20 ans, contre environ un sur cinq pour ceux en AIJ.Moins diplômés, près d'un quart ont un niveau d'études inférieur au CAP-BEP, contre 5 % pour ceux entrant en AIJ. *Habitant plus souvent dans un quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV). Le public de l'IAE apparait le plus éloigné de l'emploi avec les dispositifs d'emploi aidé (CUI-CIE, PEC, IAE, Alternance). Les entrants dans ce dispositif résident davantage en QPV et sont moins diplômés (un tiers ont un niveau d'études inférieur au CAP-BEP). Les publics des CUI-CIE et des PEC ont une position intermédiaire (65 % ont un niveau d'études CAP/BEP ou baccalauréat). Par rapport aux autres emplois aidés, l'IAE qui n'est pas structurellement tournée vers les jeunes, accueille un public plus âgé et plus masculin. Les contrats en alternance dans les missions locales et l'IAE concernent un public nettement plus diplômé :Le public des apprentis se singularise par une part importante de jeunes et celui des PEC par une part élevée des femmes (66 %). Les jeunes de 15-29 ans entrés dans une formation destinée aux personnes en recherche d'emploi, dispositif non ciblé sur cette tranche d'âge, sont plutôt âgés et ont un niveau d'études plutôt dans la moyenne des autres dispositifs du plan. Un profil similaire à celui des jeunes entrés dans ces dispositifs un an avant Malgré la hausse des entrées dans les principaux dispositifs du plan « 1 jeune-1 solution », le profil des entrants n'a pas connu de fortes évolutions à l'exception de l'alternance : Les changements s'inscrivent dans des tendances de plus long terme.Ils traduisent aussi les effets de la loi « Avenir professionnel » de 2018.Les jeunes qui ont débuté un contrat de professionnalisation après le début du plan ont un niveau d'études moins élevé (24 % ont un niveau inférieur au baccalauréat contre 15 % pour ceux entrés en 2019).La part des jeunes entrés en apprentissage ayant un niveau d'études inférieur au baccalauréat recule (45 % à 34 %).L'âge des jeunes entrés dans ces 2 dispositifs baisse pour les moins de 20 ans pour l'apprentissage (-10 points), et pour les contrats de professionnalisation (-4 points).La part des 20 ans ou moins diminue parmi les jeunes entrés dans le dispositif d'accompagnement (-5 points pour l'AIJ, -3 points pour la GJ, -1 point pour le Pacea). Elle augmente pour les PEC (+4 points) et l'IAE (+ 2 points). Le gouvernement se félicite du bilan positif pour la quantité de jeunes concernés. En termes de qualité, la Cour des comptes critique « un plan jeune mal proportionné. L'objectif du nombre de bénéficiaires assigné à chaque dispositif n'a pas été déterminé à partir d'une projection des besoins réels des jeunes selon leurs profils, mais a été fixé principalement en fonction de la capacité des organisations à monter en charge ». Références https://dares.travail-emploi.gouv.fr/.../qui-sont-les-jeunes-entres-dans-le-plan-1-jeune-1-solution... Retrouvez dans Clés du social https://www.clesdusocial.com/va-t-on-vers-une-garantie-jeunes-universellehttps://www.clesdusocial.com/mesures-complementaires-du-plan-jeunes-1-jeune-1-solution
Tout la veille
RSSS'abonner
Vous souhaitez soumettre une actualité ou une action de découverte métiers, emprunter des ressources ou gérer vos newsletters ? Connectez-vous :
Mon compte
Site Côté Formations

VISITER LE SITE GRAND PUBLIC