Accès direct au contenu | Accès direct au menu

Mot de passe oublié ?

Créer un compte

+
VISITER LE SITE GRAND PUBLIC
Site Côté Formations

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi

+

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi


Vous êtes ici : Site Professionnel > Métiers et territoire > Observatoire de la conjoncture > Synthèses de conjoncture

Synthèses de conjoncture

Retrouvez sur cette page les synthèses de conjoncture trimestrielles réalisées par Via Compétences portant sur l’économie, l’emploi et le marché du travail en Auvergne-Rhône-Alpes.


L'économie régionale termine l'année encore en croissance, signe de sa bonne capacité de rebond

 


Les chiffres clés de l’emploi-formation sur le 4e trimestre 2021 :

Alors que le PIB de la France a retrouvé son niveau d’avant-crise à la rentrée 2021, la croissance est restée dynamique sur le dernier trimestre dans l’Hexagone comme en Auvergne-Rhône-Alpes. L’économie régionale a ainsi nettement dépassé son niveau d’avant-crise en fin d’année. Après une année noire, le rebond de l’économie régionale est venu principalement des secteurs tertiaires en 2021. L’activité dans le BTP et l’industrie a également évolué positivement, mais à un rythme encore dégradé. Le dernier trimestre s’est également inscrit dans cette tendance. 

En 2021, l’emploi salarié régional a affiché une remontée spectaculaire
, tiré par les secteurs des domaines d’excellence  Agroalimentaire, Numérique, Santé ainsi que BTP. En revanche, les effectifs sont restés en deçà de leur niveau d’avant-crise dans quelques domaines, industriels notamment. Les recrutements se sont nettement accélérés au cours de l’année. Les embauches en CDI ont affiché la progression la plus nette, en hausse de 15% fin 2021 par rapport au 4e trimestre 2019.

Le taux de chômage régional a quant à lui chuté pour atteindre son plus bas niveau depuis 2008
. En baisse, la demande d’emploi s’est également modifiée par rapport à l’avant-crise avec un recul du poids des demandeurs sans emploi au profit de ceux en activité réduite. 
 

L’économie régionale est restée bien orientée en fin d’année

-
En Auvergne-Rhône-Alpes, les premiers indicateurs disponibles semblent indiquer une nouvelle progression de l’activité économique au 4e trimestre 2021, en phase avec la trajectoire nationale. Le volume d’heures rémunérées moyen sur le trimestre a ainsi été supérieur de 1,8% à son niveau de 2019  contre +0,4% au trimestre précédent. De leurs côtés, les enquêtes d’opinion de la Banque de France auprès des entreprises ont relevé un climat des affaires encore nettement favorable, bien que les incertitudes et difficultés se soient accrues sur la période.
 
D’après ces enquêtes, le tertiaire marchand a conservé sa place de premier moteur de la reprise durant le dernier trimestre de l’année 2021. L’activité est restée bien orientée dans la majorité des secteurs grâce, notamment, à une demande soutenue. Ce fut particulièrement le cas des Agences de travail temporaire dans un contexte de fortes difficultés de recrutement ou encore du Transport. Le regain épidémique au mois de décembre a néanmoins freiné la dynamique dans le tertiaire sans toutefois l’inverser. 
 
L’activité dans le BTP a également progressé au 4e trimestre 2021, portée notamment par le dynamisme du second œuvre. Les constructeurs ont toutefois été confrontés à d’importantes difficultés, telles que la pénurie de main d’œuvre et de matériaux de construction ainsi qu’une hausse des coûts des matières premières. 
 
Du côté de l’industrie, les soldes d’opinion ont montré une stabilité voire une légère progression de l’activité. Si les carnets de commandes sont bien remplis, certains fabricants sont confrontés à de fortes tensions sur leurs approvisionnements qui ont ralenti leur production. En conséquence, le taux d’utilisation des capacités de production est repassé en dessous de sa moyenne de long terme sur le trimestre. 
 

Net regain de l’attractivité économique de la région en 2021

-
Les créations d’entreprises en Auvergne-Rhône-Alpes ont légèrement augmenté au 4e trimestre 2021 pour atteindre 31 670 nouvelles structures. Ce trimestre encore, elles ont nettement progressé dans l’Industrie (+12%) et la Construction (+6%), tandis qu’elles ont marqué le pas dans les Services et même reculé dans le secteur du Commerce, transport, hébergement et restauration (-4%). Après leur hausse fulgurante courant d’année 2020, conséquence notamment de l’accélération du e-commerce avec la fermeture des magasins non essentiels et des restaurants, les créations dans ce dernier secteur ont progressivement ralenti. Les créations dans le tertiaire représentent néanmoins toujours l’essentiel du contingent (83% du total au 4e trimestre 2021).
 
Sur l’exercice 2021, les créations d’entreprises se sont élevées à 125 000 unités, soit une progression de près de 13% par rapport à 2020 (et +15% par rapport à 2019). L’année 2021 a aussi marqué une inversion de tendance dans les emplois créés a minima par les nouvelles entreprises au démarrage. En effet, après dix ans de recul quasi-continu, les emplois créés a minima ont légèrement augmenté (sans toutefois retrouver leur niveau de 2019). 
 
Outre les créations d’entreprises, la bonne dynamique des investissements directs étrangers (IDE) en 2021 a démontré aussi un regain d’attractivité de la région après une année marquée par la crise sanitaire. En effet, Auvergne-Rhône-Alpes a accueilli 191 projets d’investissements sur l’année (en hausse de 19% sur l’année), qui lui a permis de dépasser son niveau de 2019 de +6%. Le plan France Relance est aussi un facteur explicatif de la hausse des investissements, notamment dans le secteur automobile. Dans le détail, 36% des projets ont été en production et 18% en centres de décision. La région s’est distinguée des autres régions dans ce dernier cas car elle a accueilli un quart des projets français de sièges mondiaux et européens . 
 
Dans le même sens, les levées de fonds par les start-ups en Auvergne-Rhône-Alpes ont aussi progressé en 2021 (+55%) pour atteindre 670 M€ . Bien qu’à la 2e place, la région est néanmoins très loin derrière l’Île-de-France (9,3 Md€ levées) qui capte 80% des investissements.
 

L’emploi salarié en hausse fin 2021, tiré par le secteur privé

-
Au 4e trimestre 2021, l’emploi salarié a progressé de 0,3% en Auvergne-Rhône-Alpes, soit une hausse proche de l’évolution française. Selon l’Insee, le nombre de salariés a dépassé 3,1 millions de personnes en Auvergne-Rhône-Alpes fin 2021, soit un gain de plus de 10 000 travailleurs sur les trois mois. Les effectifs salariés ont largement dépassé ceux de l’avant-crise, se situant à +1,6% de leur niveau du 4e trimestre 2019. Cette reprise de l’emploi en Auvergne-Rhône-Alpes s’inscrit dans la tendance nationale, et la surpasse même légèrement.


Les salariés du secteur public, qui représentent 1/5 des emplois salariés régionaux, ont reculé de 0,3% sur ce trimestre
. La croissance est donc venue de l’emploi privé en hausse de 0,5% et notamment de l’emploi intérimaire. 
 
Dans un contexte d’accroissement des difficultés de recrutement, les emplois intérimaires ont fortement progressé au 4e trimestre 2021 en France comme au niveau régional. En Auvergne-Rhône-Alpes, l’emploi intérimaire a augmenté de 5,7% sur ce trimestre (Insee, Estimation emploi) et a été à l’origine de plus de 60% de la hausse des effectifs salariés. Il a nettement dépassé son niveau d’avant-crise durant les derniers mois de l’année. 
Au 4e trimestre 2021, l’industrie a fortement accru ses effectifs intérimaires afin de répondre à ses besoins en main d’œuvre. Le macro-secteur connait d’importantes tensions de recrutement sur ses métiers. Par ailleurs, les incertitudes sur l’évolution à court terme de son activité ont pu favoriser le recours à l’intérim. 
 

Une majorité des domaines d’excellence ont dépassé leur niveau d’emploi d’avant-crise

-
En 2021, l’emploi salarié du privé (hors intérim) a évolué positivement dans la totalité des domaines d’excellence (voir encadré 2). Dans une majorité d’entre eux, il a même marqué un net rebond, lui permettant de revenir et dépasser son niveau d’avant-crise. Ainsi, alors que seulement 3 domaines d’excellence avaient des effectifs salariés plus nombreux fin 2020 qu’avant la crise, ils étaient 7 DOMEX un an plus tard.
 
La réouverture de l’économie au printemps 2021 a entraîné une forte remontée des effectifs dans les domaines d’excellence affectés par les mesures sanitaires. Ce fut notamment le cas dans les domaines du Sport, Montagne, Tourisme, du Commerce, de l’Agriculture, Agroalimentaire, Forêt et, dans une moindre mesure, de la Mobilité et systèmes de transport intelligents. En parallèle, des domaines d’excellence tels que le Numérique, le BTP et l’Industrie du futur et production industrielle ont eux profité de la reprise économique. 

Dans certains domaines d’excellence, l’emploi salarié du privé n’est pas parvenu à retrouver son niveau d’avant-crise. Les domaines de la Métallurgie – aéronautique et de l’Industrie du futur et production industrielle ont ainsi affiché un retard de respectivement -3,9% et -0,7% sur leur niveau du 4e trimestre 2019. De nombreux fabricants de ces DOMEX ont subi (directement ou indirectement) les pénuries mondiales de certains intrants ces derniers trimestres, freinant le rebond de leur activité. Dans le même temps, ils sont confrontés à des difficultés de recrutement, ce qui a stimulé le recours aux agences de travail intérimaire pour combler les besoins en main d’œuvre.
 

À haut niveau, les embauches ont ralenti leur croissance fin 2021

-
Au 4e trimestre 2021, le nombre de déclarations préalables à l’embauche (DPAE) a de nouveau progressé (+1%), mais à un rythme bien plus modéré qu’aux trimestres précédents (+23% au 3e trimestre). En effet, depuis le printemps 2021 les recrutements avaient fortement augmenté pour accompagner la reprise économique, retrouvant ainsi leur niveau d’avant crise.
 
Sur le dernier trimestre, seules les embauches en CDI ont évolué positivement (+5%) grâce à une dynamique encore très favorable dans le tertiaire marchand. En hausse continue depuis un an, le nombre de CDI signés au 4e trimestre 2021 culminait à +15% de son niveau d’avant-crise. De leur côté, les recrutements en CDD ont légèrement baissé en fin d’année, conservant leur nombre légèrement en dessous de celui de l’avant-crise. 
 
À l’exception du Rhône, l’ensemble des départements d’Auvergne-Rhône-Alpes est repassé au-dessus de son niveau d’embauches d’avant-crise au 4e trimestre 2021. Certains l’ont même nettement dépassé sur ce trimestre, à l’instar de la Haute-Loire (+16%), du Cantal (+14%), de la Haute-Savoie, de la Drôme (+7%) ainsi que de l’Isère (+6%). Ils ont pour la plupart bénéficié d’un nombre de recrutements conséquents dans les autres services marchands (dont font partie les Activités informatiques, les Activités de services administratifs et de soutien, les Activités immobilières, etc.) et les services non marchands. Seul le Cantal n’a eu pour unique moteur les services non marchands. À l’image de ce dernier, le département du Rhône a connu un nombre réduit d’embauches dans les autres services marchands ainsi que dans l’Hôtellerie-restauration au 4e trimestre 2021. Les embauches, plus nombreuses qu’avant la crise, dans les services non marchands n’ont pas permis de contrebalancer les mauvaises performances des autres macro-secteurs. 
 

Le taux de chômage, à son plus bas niveau depuis 2008

-
Au 4e trimestre 2021, le taux de chômage a encore reculé pour atteindre 6,4% de la population active en Auvergne-Rhône-Alpes, soit son plus bas niveau depuis 2008 (hors crise sanitaire). Cette baisse s’inscrit dans la tendance nationale.
 
Sur le trimestre, la progression de l’emploi salarié et des créations d’entreprises a permis cette nouvelle baisse importante du chômage régional (-0,6 point). Les nouvelles entrées sur les listes du chômage se sont ainsi bien réduites en fin d’année. À ces facteurs s’ajoute vraisemblablement celui, négatif, du léger rebond du nombre de personnes autour du halo du chômage (personne non considéré comme chômeur mais dans une situation qui s’en rapproche) du fait du regain épidémique en fin d’année. Les chiffres le constatant ne sont toutefois disponibles qu’au niveau national.
 
Au 4e trimestre 2021, tous les départements d’Auvergne-Rhône-Alpes ont connu un recul de leur taux de chômage. Comprise entre -0,3 point (Savoie) et -0,9 point (Ardèche), cette baisse a été relativement homogène sur le territoire régional. Elle a permis aux derniers départements avec un taux encore supérieur à l’avant crise, l’Ain, le Cantal et la Haute-Savoie, de repasser en dessous.
 
Si le taux de chômage a fortement fluctué durant la crise, les écarts constatés à l’intérieur de la région sont revenus à une situation très proche de l’avant-crise. Ainsi, les départements du sud (Ardèche et Drôme) ainsi que l’Allier et la Loire affichaient un taux de chômage supérieur à la moyenne régionale. À l’inverse, les départements alpins, le Cantal et la Haute-Loire ne comptaient qu’un faible nombre de personnes sans emploi.
 

La demande d’emploi a chuté et s’est modifié en 2021

-
En Auvergne-Rhône-Alpes comme en France, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A, B ou C inscrits sur les listes de Pôle emploi a nettement reculé en 2021. Après un début d’année difficile, la demande d’emploi a, en effet, entamé sa décrue en phase avec la reprise économique. Cette baisse s’est accélérée au fil des trimestres pour atteindre -3,2% au 4e trimestre 2021. Cette bonne dynamique baissière a permis de retrouver le nombre de demandeurs d’emploi d’avant-crise en fin d’année. 
Au total, la région ne comptait plus que 627 100 personnes à la recherche d’un emploi fin 2021, soit 45 000 de moins qu’un an auparavant. 
 
Au 4e trimestre 2021, le nombre de demandeurs d’emploi sans activité (cat. A) a nettement diminué en Auvergne-Rhône-Alpes (-6,2%). Les demandeurs de catégorie A ont de nouveau été à l’origine de l’essentiel de la baisse de la demande d’emploi sur ce trimestre. À l’inverse, ceux ayant une activité réduite longue (de plus de 78 heures, cat. C) ont augmenté de 1,8% en fin d’année. Ils étaient désormais 9% de plus que deux ans auparavant. La trajectoire inverse suivie par les deux catégories de demandeurs d’emploi s’explique en partie par le passage des demandeurs de catégorie A et B vers la catégorie C. L’étude de Pôle emploi sur les reprises d’emploi notait ainsi un basculement de 28% des demandeurs A et B vers la catégorie C au niveau national au 4e trimestre 2021. 
Profil particulièrement vulnérable aux chocs économiques, les demandeurs d’emploi de longue durée (DELD) ont affiché une baisse plus importante que la moyenne régionale pour le deuxième trimestre consécutif en Auvergne-Rhône-Alpes. Ce recul n’a toutefois pas suffi à repasser leur nombre en deçà de leur niveau d’avant-crise.
 
Tranche d’âge la plus impactée par la crise sanitaire, les jeunes de moins de 25 ans ont bénéficié d’un important effet de rattrapage depuis le 2e trimestre 2021. Leur nombre est désormais bien en deçà de son niveau d’avant-crise fin 2021 (-8%). Outre ce retour à la normale, cette catégorie de la population a aussi profité d’un accompagnement renforcé depuis le début de la crise, avec notamment le Contrat d’Engagement Jeune. À l’inverse, les catégories plus âgées n’ont que peu profité de la reprise économique, et plus particulièrement les plus de 50 ans dont la demande était encore supérieure de plus de 4% de son niveau du 4e trimestre 2019.

Les précédentes synthèses de conjoncture



Les synthèses de conjoncture sont des rapports courts et trimestriels sur la dynamique de l’économie, de l’emploi ainsi que du marché du travail en Auvergne-Rhône-Alpes. Elles s’appuient sur des données produites et consolidées par le réseau d’experts de l’observatoire de la conjoncture en Auvergne-Rhône-Alpes.
 

Synthèse de conjoncture - Avril 2022

 

L’économie régionale confirme sa reprise au 3e trimestre 2021, sans ressembler à l’avant covid


 Téléchargez le pdf >>

 

 

   

 

Synthèse de conjoncture - Décembre 2021

 

La reprise s'amorce en Auvergne-Rhône-Alpes au 2e trimestre 2021


 Téléchargez le pdf >>


Synthèse de conjoncture - Octobre 2021


 

De timides signes de reprises en Auvergne-Rhône-Alpes au 1er trimestre 2021


Téléchargez le pdf >>

 
Synthèse de conjoncture - Mai 2021


 

Une année marquée par la crise avec
un 4e trimestre difficile pour l’emploi en Auvergne-Rhône-Alpes

Téléchargez le pdf >>


La synthèse en pdf

Accédez à l'intégralité de la dernière synthèse de conjoncture en téléchargeant sa version pdf.
Vous souhaitez soumettre une actualité ou une action de découverte métiers, emprunter des ressources ou gérer vos newsletters ? Connectez-vous :
Mon compte
Site Côté Formations

VISITER LE SITE GRAND PUBLIC