Accès direct au contenu | Accès direct au menu

Mot de passe oublié ?

Créer un compte

+
VISITER LE SITE GRAND PUBLIC
Site Côté Formations

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi

+

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi


Vous êtes ici : Site Professionnel > Métiers et territoire > Observatoire de la conjoncture > Synthèses de conjoncture

Synthèses de conjoncture


Retrouvez sur cette page les synthèses de conjoncture trimestrielles réalisées par Via Compétences portant sur l’économie, l’emploi et le marché du travail en Auvergne-Rhône-Alpes.

La reprise s'amorce en Auvergne-Rhône-Alpes au 2e trimestre 2021


Les chiffres clés de l’emploi-formation sur le 2e trimestre 2021 :

En Auvergne-Rhône-Alpes comme en France, l’économie a amorcé sa reprise au 2e trimestre 2021 et tous les voyants de l’emploi et du marché du travail sont passés au vert. Après un hiver difficile marqué par la paralysie de son tourisme alpin, l’activité régionale a fortement rebondi grâce à la reprise des activités qui étaient marquées par des restrictions sanitaires, Hébergement et restauration en tête.
Le nombre d’emplois salariés a progressé de 2% au cours du 2e trimestre 2021, ce qui a permis à l’Auvergne-Rhône-Alpes de retrouver son niveau d’emploi d’avant-crise. En parallèle, les effectifs en activité partielle ont nettement diminué après le confinement d’avril 2021, témoignant de la reprise réelle de l’emploi. Les recrutements sont eux aussi repartis à la hausse grâce à la forte remontée des embauches dans les domaines d’excellence (DOMEX) industriels et celui du Sport, Montagne, Tourisme notamment. Elles se sont en revanche réduites dans quelques DOMEX, comme les Services à la personne ou le BTP.
Dans ce contexte favorable, le taux de chômage ainsi que le nombre de demandeurs d’emploi ont reculé sur le trimestre, se rapprochant de leur niveau d’avant-crise. En parallèle, le taux de reprise d’emploi est repassé au-dessus de 10% des demandeurs, soit son niveau le plus haut depuis un an.

Forte remontée du volume d'heures travaillées dans le tertiaire avec la levée des restrictions

-
 
L’économie de la région Auvergne-Rhône-Alpes, comme celle du reste de la France, a entamé sa véritable reprise au cours du 2e trimestre 2021. Cette dynamique s’est notamment perçue dans le volume d’heures rémunérées des salariés qui est revenu à 96% de son niveau de 2019, contre 93,9% au trimestre précédent. Après un premier mois marqué par une nouvelle période de confinement, ce volume a fortement progressé sur le trimestre, et a même dépassé son niveau d’avant-crise sur le mois de juin (0,4% supérieur au même mois de 2019).
 
Les services marchands ont été le fer de lance de cette reprise. L’amélioration du climat des affaires s’est accompagnée d’un net rebond de l’activité, notamment dans l’Hébergement et restauration qui a bénéficié de la levée progressive des restrictions sanitaires. D’après la Banque de France, l’activité dans les services marchands est ainsi revenue à 96% de son niveau jugé normal en juin 2021 contre 93% trois mois auparavant.
 
En dépit de tensions toujours plus fortes sur les approvisionnements, l’activité dans l’industrie manufacturière est aussi restée globalement bien orientée dans la région. Témoin de cette bonne dynamique, le climat des affaires dans l’industrie manufacturière a atteint des niveaux records sur le 2e trimestre 2021. On observe le même constat dans la construction où l’activité est restée en croissance. Seul le chiffre d’affaires dans le gros oeuvre a reculé, affecté par les difficultés de recrutement et les défauts d'approvisionnement de matières premières.

Des défaillances toujours peu nombreuses et un mur de faillites qui s'éloigne

-
Avec seulement 725 procédures de redressement judiciaire enclenchées au 2e trimestre 2021 en Auvergne-Rhône-Alpes, les faillites d’entreprises sont restées à un niveau exceptionnellement bas. Tout comme au niveau national, leur nombre était inférieur de 50% à leur niveau d’avant-crise sur le trimestre.
 
Cette chute drastique des défaillances depuis le début de la crise sanitaire est en grande partie imputable à la mise en place de mesures de soutien aux entreprises en difficulté (prêts garantis par l’État, report des cotisations sociales et fiscales, etc.). La diminution progressive de ces aides pourrait entraîner des effets de rattrapage sur les défaillances, d’autant que le niveau d’endettement des entreprises est en nette hausse depuis le début de la crise. Ce scénario semble toutefois s’éloigner pour l’exercice 2021, en raison du maintien d’une partie des soutiens apportés au tissu économique tels que le prolongement du Prêt garanti par l'État (PGE) jusqu'en juin 2022.

L'emploi a dépassé son niveau d'avant-crise à la fin du 2e trimestre 2021

-
 
En phase avec la reprise de l’économie, l’emploi en Auvergne-Rhône-Alpes s’est nettement redressé au cours du 2e trimestre 2021. Le nombre de salariés a augmenté de 2% sur cette période, ce qui a permis à la région de dépasser son niveau d’emploi du 4e trimestre 2019 (dernier trimestre avant la crise). Cette dynamique s’inscrit dans la tendance nationale.
 
  • Selon l’Insee, le nombre de salariés s’est approché de 3,1 millions de personnes en Auvergne-Rhône-Alpes à la fin du 2e trimestre 2021, soit une hausse de plus de 60 000 travailleurs par rapport au trimestre précédent.

L’emploi salarié a progressé dans tous les départements de la région sans exception
. Les Savoie, dont l’emploi s’était fortement contracté pendant l’hiver, ont connu les plus forts taux de croissance sur le trimestre. Les autres départements ont, quant à eux, bénéficié d’une hausse de leurs emplois relativement proche située entre +0,7% et +1,6%.
 
  • Dans l’ensemble des départements, l’emploi salarié est aussi repassé dans le vert au regard de l’avant-crise. Le nombre de salariés dans la majorité des départements a augmenté d’environ 0,5% par rapport à son niveau du 4e trimestre 2019, tandis que quatre départements (le Rhône, la Drôme, la Haute-Loire et la Savoie) ont dépassé 1% de hausse.

L'emploi dans le privé est reparti à la hausse grâce au commerce et au tourisme

-
Principaux bénéficiaires de la levée des restrictions sanitaires dans la région, les salariés du domaine d'excellence Sport, Montagne, Tourisme ont nettement augmenté au cours du 2e trimestre 2021. L’emploi dans ce domaine a ainsi dépassé son niveau de 2019 à la fin du 2e trimestre 2021, alors qu’il plafonnait encore à près de -20% au trimestre dernier. Il a constitué le principal moteur de la croissance de l’emploi sur ce trimestre.
 
Plus largement, l’emploi dans les secteurs du tertiaire a nettement bénéficié de la réouverture de l’économie, à l’instar du Numérique, du Commerce ou encore de la Mobilité et systèmes de transport intelligents. Seule la Santé a marqué un léger recul sur le trimestre. Dans ce domaine soumis à de fortes tensions depuis le début de la crise, des facteurs tels que la hausse des démissions et des disponibilités ont pu peser sur l’emploi.
 
Du côté du BTP, la situation de l’emploi s’est stabilisée au 2e trimestre 2021 en raison notamment des difficultés de recrutement toujours plus fortes dans ce domaine d'excellence.
 
Enfin, l’emploi salarié dans les domaines industriels s’est légèrement amélioré au 2e trimestre 2021 par rapport au trimestre précédent, tiré par les fabricants de denrées alimentaires et de boissons. Ces derniers ont profité du retour de la demande en provenance des bars, cafés et restaurants. Au 2e trimestre 2021, les emplois dans l’industrie n’ont néanmoins toujours pas retrouvé leur niveau d’avant-crise, écart allant jusqu’à -4,1% pour la Métallurgie. Malgré une reprise de la demande intérieure comme extérieure, ils font face à de fortes tensions sur leurs chaines de production. La reprise simultanée de l’économie mondiale a provoqué une forte hausse de la demande en matières premières, entraînant des pénurie pour certains composants comme les puces électroniques.
 

De son côté, l’emploi intérimaire a augmenté de 1,6% au 2e trimestre 2021 en Auvergne-Rhône-Alpes. En hausse quasi-continue depuis un an, il a pratiquement retrouvé son niveau d’avant-crise (-0,6% par rapport au 4e trimestre 2019). Facilement mobilisable, ce poste avait servi de variable d’ajustement pour les entreprises face aux aléas de la crise, comme en témoigne l’évolution mensuelle du nombre d’emplois intérimaires en 2020 (courbe rouge).
 
L’emploi intérimaire est resté dynamique sur le dernier trimestre, en raison notamment des difficultés de recrutement qui frappe l’économie régionale.
 

Les embauches en forte croissance au 2e trimestre 2021

-
Dans le sillage de la reprise, les déclarations préalables à l’embauche dans le privé ont progressé de 14% par rapport au trimestre précédent en Auvergne-Rhône-Alpes. Si tous les types de contrats ont augmenté en nombre, les CDI et les CDD de plus d’un mois ont affiché les plus fortes hausses (supérieures à 20%).
 
Les recrutements pour ces contrats durables ont retrouvé leur niveau du 4e trimestre 2019, signe du retour d’un climat de confiance chez les employeurs. En revanche, les CDD de moins d’un mois sont restés bien inférieurs à leur niveau d’avant-crise (-28% par rapport au 4e trimestre 2019).
 

Le taux de chômage au 2e trimestre 2021, proche du niveau d'avant-crise

-
En baisse de 0,1 point au 2e trimestre 2021, le taux de chômage en Auvergne-Rhône-Alpes a pratiquement retrouvé son niveau d’avant-crise. Il concerne 7,1% de la population active contre 7,0% au 4e trimestre 2019. Compte tenu de l’impact de la crise sur l’économie de la région, cette performance est plus que notable. Elle tient notamment aux importants soutiens publics à l’emploi et à l’activité qui ont permis d’éviter des vagues de licenciements.
Au 2e trimestre 2021, la reprise des embauches dans le tertiaire marchand a été moteur de la baisse du chômage. En parallèle, la montée en puissance de la formation avec des programmes comme le plan « 1 jeune, 1 solution » a aussi contribué à la réduction du nombre de chômeurs.
 
Au niveau infrarégional, le taux de chômage s’est aussi rapproché de son niveau d’avant-crise dans une majorité de départements. La Haute-Savoie fait néanmoins figure d’exception avec un taux de chômage encore supérieur de 0,8 point par rapport à son niveau du 4e trimestre 2019. Le département étant entre autres particulièrement dépendant du tourisme, la demande d’emploi est restée forte durant ce trimestre encore marqué par les restrictions sanitaires.
 
À l’inverse, certains départements ont réduit leur taux de chômage depuis la crise, à l’instar du Cantal qui ne compte plus que 4,4% de sa population active sans emploi contre 4,7% au 4e trimestre 2019.

Les demandeurs d'emploi en baisse au 2e trimestre 2021

-
En Auvergne-Rhône-Alpes, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi de catégories A, B ou C s’est réduit de 1,8% au cours du 2e trimestre 2021. La région dénombrait ainsi moins de 664 000 personnes en recherche d’un emploi sur ce trimestre, soit environ 12 000 individus de moins qu’au trimestre précédent.
 
Cette baisse s’explique tout d’abord par la réduction des nouveaux inscrits sur les listes de Pôle emploi. En effet, le rebond des recrutements en contrat durable depuis le début de l’année 2021 a entraîné une baisse des entrées. En parallèle, la région a également profité d’une augmentation des sorties, liée à la hausse des embauches ainsi que des personnes en formation.
 
  • Le nombre de demandeurs d’emploi, et plus particulièrement de ceux sans emploi (catégorie A), n’a néanmoins pas encore retrouvé son niveau d’avant-crise. En effet, ils surpassaient de 7,2% leur nombre du 4e trimestre 2019.
Tranche d’âge la plus impactée par la crise sanitaire, les jeunes de moins de 25 ans ont bénéficié d’un effet de rattrapage lors de la reprise au 2e trimestre 2021 (-4,3% d’inscrits en catégories A, B ou C à Pôle emploi), loin devant les 25-49 ans (-2,0%). Cela s’explique d’une part par leur emploi, en moyenne plus précaire, qui les rend plus sensibles au retournement de conjoncture. D’autre part, ils ont une plus forte disponibilité et mobilité, ce qui facilite aussi un retour rapide à l’emploi. À l’inverse, le nombre de demandeurs de plus de 50 ans est resté stable sur le trimestre.
 
 
Dans le même temps, la part des demandeurs d’emploi de longue durée (plus d’un an) a continué de progresser au 2e trimestre 2021, atteignant pratiquement la moitié des inscrits. Avant la crise, ils représentaient 45% des effectifs. La dégradation du marché du travail depuis le début de la crise a en effet rendu encore plus difficile l’insertion de cette catégorie de demandeurs.
 


Les précédentes synthèses de conjoncture



Les synthèses de conjoncture sont des rapports courts et trimestriels sur la dynamique de l’économie, de l’emploi ainsi que du marché du travail en Auvergne-Rhône-Alpes. Elles s’appuient sur des données produites et consolidées par le réseau d’experts de l’observatoire de la conjoncture en Auvergne-Rhône-Alpes.
 

 

 

   

 

Synthèse de conjoncture - Décembre 2021

 

La reprise s'amorce en Auvergne-Rhône-Alpes au 2e trimestre 2021


 Téléchargez le pdf >>


Synthèse de conjoncture - Octobre 2021


 

De timides signes de reprises en Auvergne-Rhône-Alpes au 1er trimestre 2021


Téléchargez le pdf >>

 
Synthèse de conjoncture - Mai 2021


 

Une année marquée par la crise avec
un 4e trimestre difficile pour l’emploi en Auvergne-Rhône-Alpes

Téléchargez le pdf >>


La synthèse en pdf

Accédez à l'intégralité de la dernière synthèse de conjoncture en téléchargeant sa version pdf.
Vous souhaitez soumettre une actualité ou une action de découverte métiers, emprunter des ressources ou gérer vos newsletters ? Connectez-vous :
Mon compte
Site Côté Formations

VISITER LE SITE GRAND PUBLIC