Quels effets de l'intelligence artificielle sur le travail et les compétences ?

Comment l'intelligence artificielle (IA) transforme-t-elle les métiers et les organisations ? Comment humains et machines interagissent-ils ? Quels sont les risques pour le travail ? Dans quelles conditions l'IA pourrait-elle augmenter les compétences humaines ?

Publié le 11 juin 2024

Après deux années de recherche, le LaborIA (créé par le ministère du Travail, de la Santé et des Solidarités et Inria) rend les premiers résultats de son analyse des impacts de l’intelligence artificielle sur le travail, l’emploi et les compétences.

Opportunités et risques

Les résultats de l’enquête ont permis de mettre en lumière les enjeux de l’appropriation de l’IA dans le monde du travail.

Il ressort notamment que le déploiement des IA dans les organisations marque le début d’un processus continu d’apprentissage et d’adaptation en raison du caractère apprenant et évolutif de l’IA. La formation interne des personnels et l’expertise seront donc déterminants pour une bonne appropriation de l’IA dans les organisations.

L'étude montre que salariés et managers n’ont pas la même vision de l’IA dans le monde du travail. En effet, les décideurs voient dans l’IA un moyen d’optimiser la productivité tandis que les salariés s’interrogent sur leur autonomie et le sens de leur travail. Or, un compromis est nécessaire pour ne pas risquer de faire émerger des configurations humain-machines aliénantes. L’IA doit au contraire être perçue comme un moyen d’augmenter les aptitudes et les compétences humaines. On parle alors de configurations « capacitantes ».

Face aux questionnements que pose l’intelligence artificielle, nous anticipons son déploiement afin de comprendre comment elle est amenée à accompagner les transformations de la formation, de l’emploi et du monde du travail. 

Jérôme Marchand-Arvier, Délégué général à l’emploi et à la formation professionnelle

Ainsi, pour les auteurs de l’étude, l’IA bouleverse l’organisation du travail et le management, reconfigurant les rôles professionnels, les compétences requises et le management, notamment le management intermédiaire.

Des recommandations pour un dialogue social et technologique

L’étude termine par une série de recommandations basées sur l’expérience de travail :

  • partir du travail réel pour penser le rôle et la place des IA
  • garantir la co-conception des systèmes intégrant de l’IA et organiser le dialogue en continu
  • mettre l’IA au service de la sécurisation des travailleuses et travailleurs
  • rendre les systèmes d’IA « explicables », pour permettre aux décideurs et aux utilisateurs de comprendre leur fonctionnement et de faire confiance aux résultats créés
  • apprendre chemin faisant. Accepter une part d’imprévisibilité dans les bouleversements produits par l’IA.

Le LaborIA va poursuivre ses travaux dans une approche sectorielle, notamment dans les industries culturelles et créatives avec un focus sur l’impact de l’IA générative. A terme, l’objectif est de se positionner en tant que centre de ressources spécialisé sur les questions de l’impact de l’IA au travail.

Consulter le rapport d'enquête et sa synthèse

Texte riche

Pour aller plus loin

La webconférence du 18 janvier 2024 "Les compétences à l'épreuve de l'intelligence artificielle : enjeux et perspectives" organisée par Via Compétences à l'occasion du lancement de son plan de professionnalisation

Actualités

  • Orientation
  • Politiques publiques

[Séminaire 28 juin 2024] L’engagement dans une démarche d’alphabétisation à l’âge adulte

Pour ce 10èséminaire MILAFI (Migrations et Littéracies : Accueil, Formation, Insertions), le focus sera mis sur l'alphabétisation des adultes au travers d'histoires de vie de personnes en situation de migration. Samra Tabbal Amella, docteure en Sciences de l’éducation de l’Université de Genève et formatrice de français-alphabétisation présentera le résultat de ses travaux de doctorat.