Reconversion professionnelle

Les transitions professionnelles, tendance amorcée depuis de nombreuses années, connaissent à l'heure actuelle une accélération et s'inscrivent dans la durée. Quelles sont les raisons qui poussent à se reconvertir ? Quelles sont les étapes du parcours de reconversion ? Qui contacter ?

Les transitions professionnelles, tendance amorcée depuis de nombreuses années, connaissent à l'heure actuelle une accélération et s'inscrivent dans la durée. La reconversion professionnelle en fait partie, voici une définition 

Évolution de la situation professionnelle qui se traduit par le passage d’un métier à un autre n’ayant pas de rapport avec le premier ou par un changement de statut qui transforme radicalement les conditions d’exercice du métier.

Situations parfois subies, mobilisant un public souvent peu qualifié ; mais également choisies, par un public plutôt stabilisé et d'un niveau de formation supérieur.

 

Parcours et reconversion professionnelle, rapport de France compétences, 2021

La reconversion professionnelle est un phénomène protéiforme qui peut être induit par différents facteurs :

  • évolution des technologies traversant tous les domaines de la société et du monde économique à un rythme accéléré ;
  • nécessité d'adaptation aux nouvelles compétences ;
  • émergence de nouveaux métiers, dans une temporalité inédite dans l'histoire du travail ;
  • marché de l'emploi tendu, difficultés de recrutement dans plusieurs secteurs ;
  • crise sanitaire, qui a été un tournant pour bon nombre de personnes ;
  • recentrage de l'individu sur ses valeurs, ses motivations et le sens à donner au travail qu'il souhaite faire, etc.
Visuel principal
Fichier source

Quels ressorts motivationnels ? Quel processus ?

De nombreuses raisons sont à la genèse d'un projet de reconversion. Quelles qu'elles soient, il implique un processus de rupture.

En savoir plus
Visuel principal
Fichier source

Quelles étapes ? Quels acteurs ?

Comme tout projet, celui de reconversion suit des étapes bien identifiées. Des professionnels de l'orientation accompagnent les candidats à la reconversion tout au long de leur parcours pour le sécuriser.

En savoir plus
Visuel principal
Fichier source

Quels sont les dispositifs ? Quels secteurs et métiers pour se reconvertir ?

Faire autre chose, évoluer, changer de métier, d'horizon, etc. Comment faire ? Par où commencer ? A-t-on des aides ? Quels sont les secteurs et métiers porteurs pour se reconvertir ? Autant de questions à se poser avant de passer aux démarches concrètes.

En savoir plus
Visuel principal
Fichier source

Reconversion professionnelle : ressources

Une mine d'informations pour aller plus loin.

En savoir plus

Bienvenue dans ce nouveau numéro des podcasts de Via Compétences, le podcast au service des professionnels de l'insertion la formation et de l'emploi. 
Ce matin pauline 32 ans a un rendez-vous qui pourrait bien changer sa vie. Après dix ans passés à travailler dans des agences de communication cette jeune femme s'apprête à tester un tout nouveau métier.

Je suis sûr que vous avez déjà vu un de ses nombreux reportages qui traitent des changements de vie radicaux, mais au-delà de ces images qu’en est-il dans la réalité, de ce phénomène de reconversion. Nous consacrerons donc ce temps d’échange et de rencontres à cette thématique. Je suis parti à la rencontre de professionnels pour tenter de répondre à mes interrogations. Le phénomène de reconversion est-il en augmentation, quels sont les impacts de la crise sanitaire sur les parcours de reconversion, mais aussi sur la manière d'accompagner les personnes. Pour commencer je me suis d'abord rendu au CIBC Auvergne Rhône-Alpes qui pilote le marché du conseil en évolution professionnelle sur la région pour les salariés du secteur privé et les indépendants pour le compte de France Compétences. L'idée est de commencer par un état des lieux avec notre première invitée Claudie Beguet. Bonjour, je peux vous laisser vous présenter ?
Bien sûr, donc Claudie Beguet je suis directrice de projet pour le déploiement du marché du conseil en évolution professionnelle sur la région, c'est un service qui est délivré par le réseau EVA.
Ma première question est assez simple, est ce que vous pourriez nous redéfinir le terme de reconversion. 
Alors j'ai envie de commencer peut-être par définir aussi ce que n'est pas les reconversion, je pense que souvent on a cette idée quand on parle de reconversion d'un virage à 180 degrés dans sa carrière, on imagine peut-être le cadre qui va tout plaquer pour prendre un métier plus manuel, peut-être devenir ébéniste ou peut-être reprendre une activité dans l'agriculture. Souvent on peut avoir cette image-là alors effectivement c'est une partie des reconversions professionnelles mais c'est pas la totalité, c'est pas ce que ça recouvre, finalement une reconversion professionnelle c'est un moment donné un changement dans sa carrière professionnelle qui peut être un changement de métier effectivement mais changer de métier c'est aussi évolué dans le même secteur d'activité, on a beaucoup d'exemples d'aide-soignante qui vont vouloir évoluer vers le métier d'infirmière ou d'infirmières qui vont vouloir passer un diplôme pour devenir cadre infirmier par exemple. Ce sont des exemples de reconversion, une évolution dans son secteur d'activité. Puis parfois c'est aussi garder son métier mais l'exercer dans un autre contexte, dans une autre situation, un autre secteur et ce qui amène effectivement un vrai changement et peut-être aussi de développer d'autres compétences. Finalement la reconversion professionnelle c'est une évolution dans sa carrière qui peut être effectivement dans le même secteur ou dans un autre secteur sur le même métier ou un autre métier et pour terminer sur la définition je citerai juste une note que vient de sortir France Compétences en janvier 2022 sur les reconversions professionnelles et qui disait que justement les reconversions ne sont pas réductibles à un changement de métier en dehors de l'entreprise et ça s'inscrit parfois dans des temporalités très courte et aujourd'hui on voit bien qu'il y a une partie des reconversions professionnelles qui s'inscrivent dans l'entreprise d'origine du salarié et qui ne nécessite pas de changement d'entreprise.
Quelles sont les raisons qui poussent les personnes à se tourner vers le conseil en évolution professionnelle et est-ce que la crise sanitaire a eu un impact selon vous ?
Si on regarde sur l'année 2021 les motifs de sollicitations qui ont poussé les bénéficiaires à nous contacter, il y a justement différents motifs, la reconversion en fait partie mais ce n’est pas le seul motif, on se rend compte qu'il a à peu près 15 % des gens qui nous contactent en nous disant qu'ils souhaitent simplement prendre du recul, faire le point sur leur situation professionnelle peut-être sans envie plus que celle-ci, mais de prendre du recul. Puis après on a des personnes qui souhaitent aussi pouvoir faire reconnaître adapter leurs compétences dans une optique aussi d'employabilité ou de reconnaissance de ses compétences, ça c'est à peu près 10%, on a à peu près 10% également qui souhaite évoluer vers plus de technicité plus de responsabilités et puis ensuite on a les derniers à peu près 60 % qui sont vraiment sur des sujets liés à la reconversion, notamment le fait de changer de métier ou changer de secteur, 43% des personnes et c'est important de le noter parce que c'est quand même une part importante et notamment en période de crise sanitaire 15% des personnes qui nous sollicitent par ce qu'ils souhaitent créer ou reprendre une entreprise et c'est aussi une reconversion devenir son propre patron, créer son entreprise. Après vous poser la question de savoir si les motifs ont évolué avec la crise sanitaire, alors bien évidemment oui on ne peut pas ignorer qu’on a vécu quand même une période de bouleversements et de changements dans notre situation très forte sur les années 2020-2021, mais tout le monde ne les a pas vécus la même manière. Finalement c'est différent d'avoir été en télétravail par exemple seul chez soi sans enfant ou peut-être en activité partielle, ce qui nous a aussi donné du temps pour réfléchir, donner du temps pour se projeter se demander ce qu'on a envie de faire et ce qu'on a peut-être plus envie de faire, mais on a aussi beaucoup de personnes qui ont vécu le confinement en télétravail avec une charge forte de travail alors qu'il avait peut-être une charge de famille, des enfants à domicile ce qui ne facilite pas un environnement serein dans le cadre du travail qu'ils ont vécue de manière très différente. Puis on a aussi des gens qui ont continué à travailler à l'extérieur, en première ligne qui ont continué à travailler en extérieur et qui eux ont pu se poser des questions sur leurs conditions de travail donc finalement on a vécu tous la même période mais on l’a tous vécus de manière très différente et ce qui fait qu'aujourd'hui on voit tout à fait que les motivations à la reconversion et les motivations des personnes qui viennent nous voir elles sont très différentes et on peut pas résumer à un schéma type en se disant voilà les gens ont pris du recul il souhaite se mettre au vert il souhaite avoir un métier avec plus de sens.

On a parlé de la crise sanitaire mais justement comment cette crise et puis le marché du CEP ont impactés l'accompagnement ces dernières années ?

Alors ce qui me vient tout de suite à l'esprit j'ai envie de dire peut-être le plus fort est-ce qu'on a tous connu c'est l'entrée vraiment massive du distanciel dans nos accompagnement, nous en tant qu'opérateur du conseil de l'évolution professionnelle on a eu aucune rupture de service sauf que d'un service qui en janvier 2020 était imaginé majoritairement en présentiel et puis si la personne le souhaite en distanciel, on est passé en tout cas dans le premier confinement à un service 100 % à distance. Ce service 100% à distance en tout cas dans les autres confinement on a toujours maintenu du présentiel pour autant on voit qu'il y a eu une demande beaucoup plus forte du distanciel dans les parcours d'accompagnement et ça impacte aussi la manière dont on accompagne les individus. Aujourd'hui les personnes, certaines sont en télétravail donc elles n'ont pas envie de se déplacer elle préfère avoir un rendez-vous en distanciel. C'est vrai que l'accompagnement a beaucoup évolué du fait du changement de modalité, on ne reçoit plus que des personnes dans son bureau il y a aussi un beaucoup d'accompagnement à distance et puis nous on voit aussi qu'il y a des sollicitations très récurrente des bénéficiaires par mail par exemple ou qui nous sollicite très régulièrement et il y a un peu une une volonté d'immédiateté on va dire de la part des bénéficiaires. On a une question on la pose à son conseiller et puis on s'attend à ce qu'il puisse y répondre dans la journée donc ça aussi ça change la manière d'accompagner les personnes. Puis ce qu'on voit aussi c'est que encore une fois il n'y a pas de parcours type on a à la fois des accompagnements qui prennent du temps mais finalement après un premier rendez vous on leurs à donner un certain nombre d'informations et ils ont besoin d'assimiler ces informations et ils vont revenir 3 mois, 4 mois, 6 mois, après voir un ou deux ans on commence à voir des gens revenir au bout d'un ou deux ans par exemple et au contraire on a des gens qui viennent nous voir et qui sont très avancés dans leurs projets et pour lequel il faut que ça aille très vite parce que ils veulent démarrer une formation ils veulent un financement et donc il faut pouvoir passer très rapidement en commission pour obtenir le financement de cette formation qui va démarrer trois mois après par exemple. Donc nous on s'adapte complètement il y a une temporalité qui est très différente en fonction des accompagnements

Je vous remercie beaucoup pour toutes ces informations.

Merci à vous.

Afin de faire avancer notre réflexion je me suis rendu à Transition Pro à Clermont-Ferrand, un opérateur centrale pour tous les parcours de reconversion des salariés du secteur privé, où j'y ai rencontré madame Christelle Chaudron.

Bonjour est ce que vous pouvez vous présenter et nous présenter Transition Pro ?

Bonjour, Christelle Chaudron, je suis responsable de l'espace territorial de Clermont Ferrand chez Transition Pro Auvergne-Rhône-Alpes. Donc Transition Pro est un organisme qui est piloté par les partenaires sociaux et qui est engagée en faveur des projets individuels de développement des compétences pour les salariés, pour les aider à réussir leur transition et leur reconversion professionnelle. Mais aussi pour leur permettre de s'adapter aux besoins en emplois sur le territoire et sur notre region Auvergne-Rhône-Alpes.

Quel constat faites-vous du post crise sanitaire sur les projets de reconversion et quels impacts pour Transition Pro ?

Alors, le principal constat qu'on peut faire sur les projets de reconversion en 2021 c'est notamment la hausse de la demande des salariés qui ont franchi le pas de la reconversion professionnelle on a constaté une évolution importante en termes de mobilisation des dispositifs qui sont gérés par transitions pro, 20% environ d'augmentation de demandes des salariés qui souhaitait mobiliser le dispositif du projet de transition professionnelle en vue de se former et de se reconvertir et ses près de 60 % d'augmentation entre 2020 et 2021 sur le dispositif des missionnaires donc on voit qu'il y a eu un vrai engouement sur un phénomène de démission des salariés l'année dernière et on poursuit encore en 2022 la hausse de demandes de titre de ce dispositif. Ce qu'on peut constater, ça a été notamment démontré par de nombreuses études qui sont dernièrement sortie autour des questions de l'appétence à la reconversion notamment une étude qui a montré qu'un actif sur deux dans notre pays a envie de se reconvertir ou l'a déjà réalisés.

Quels sont les critères de choix pour les financements et est-ce que ces critères ils ont évolué ces dernières années ?

Alors les critères de choix ils n'ont pas évolué en tout cas depuis la mise en place du dispositif du projet transition professionnelle, depuis 2019 dans le cadre de l'examen par notre commission paritaire des demandes au titre du projet de transition professionnelle les dossiers sont étudiés tous les mois et la commission va examiner trois critères par rapport aux demandes qui sont formulées par les salariés. Le premier critère, c'est le critère de la cohérence du projet professionnel donc là très concrètement c'est est-ce que le projet pour lequel la personne démontre dans son dossier qu'il a une bonne connaissance du métier, des conditions de travail, des caractéristiques et des conditions de d'emploi du métier qu'il va viser. Le deuxième critère c'est un critère de pertinence de la formation et des modalités de financement. Sur ce critère là, la commission va examiner si le choix de formation du salarié qui est un choix qui est individuelle, si c'est la formation la plus pertinente au vu de la mise en œuvre de son projet professionnel mais elle va aussi examiner si la proposition qui est faite par l'organisme de formation répond exactement aux besoins à travers le bilan de positionnement qui est fait par l'organisme de formation et examiner les modalités de financement du projet de formation. Et le troisième critère d'examen par la commission paritaire des projets au titre du dispositif du projet de transition professionnelle sont les perspectives d'emploi. La commission va aussi s'attacher à financer des actions pour lequel il y a un minimum d'assurance de mettre en œuvre son projet professionnel, donc derrière que les conditions sont favorables pour que la personne puisse se reconvertir et en faire son activité professionnelle.

Est-ce que vous suivez ce que deviennent les salariés qui se reconvertissent ?

Oui tout à fait on suit les salariés et c'est vraiment quelque chose qui tient à cœur Transition Pro de savoir ce que deviennent les salariés qui bénéficient soit d'un financement par Transitions Pro, soit d'une attestation du caractère réel et sérieux pour le dispositif démissionnaire, on s'est doté au niveau du réseau des transitions pro d'un observatoire des transitions professionnelles qu'on appelle l'OTP qui est aussi accessible sur internet qui nous permettent de savoir ce que deviennent les salariés qui ont bénéficié d'un financement et d interroger donc six mois après la fin de leur formation pour savoir ce qu'ils sont devenus. Ce qu'on a pu constater sur nos 30 dernières enquêtes pour notamment les sortants de formation 2020, donc l'étude pour les sortants 2021 est en cours pour l' enquête précédente on a des résultats pour lequel 89 % des salariés qui ont bénéficié d'un financement dans le cadre du projet de transition professionnelle déclare soit déjà occupé un lien avec leur formation, soit sont en train de réaliser leur leur reconversion professionnelle. Une enquête a montré que 94% des salariés qui ont sollicité Transition Pro ont réellement démissionner et parmi donc ceux qui avaient un projet de reconversion formation 88% d'entre eux ont commencé leur formation et pour ceux qui avaient un projet de création d'entreprise ils sont quand même 94 % à avoir immatriculé leur entreprise suite à la mise en place du dispositif. Donc on voit qu'il y a une une réelle mise en œuvre du projet après la mobilisation de Transition Pro pour l'étude de leur dossier.

Vous avez parlé de nombreux changements, évolutions ces dernières années comment l'accompagnement évolue au regard de ces changements là ?

Alors l'accompagnement déjà une petite précision Transition Pro n'accompagne pas les salariés dans l'élaboration de leur projet professionnel ou dans leur choix de formation cette activité est fait dans le cadre du conseil en évolution professionnelle. par contre Transition Pro propose tout un panel de services recentré autour des dispositifs que gère Transition Pro, on a une mission également d'informations des salariés sur les dispositifs et les outils, les moyens que les salariés ont pour bénéficier de dispositifs de financement pour mettre en œuvre leurs projets de reconversion professionnelle, on a pu également au quotidien les salariés dans la mobilisation des outils pour leur faciliter la tâche on a bien entendu en 2020 dématérialisée un maximum de services pour le rendre accessible pendant des périodes de confinement et puis en 2021 on s'est plutôt attaché à repenser en fait notre offre de services pour essayer de donner de la plus value au service qui était en présentiel et à donner et créer de l'appétence aux salariés de venir rencontrer Transition Pro et on a également travailler sur des outils numériques, donc on vient de sortir une plateforme numérique qui est la plateforme "mode" qui est la plateforme pour mettre en visibilité les métiers d'aujourd'hui et de demain pour la reconversion professionnelle qui permet aux salariés qui sont en recherche d'idées de reconversion de pouvoir avoir des informations sur les métiers pour lequel il y a le plus de tensions et de besoins en recrutement sur notre territoire en région Auvergne Rhône-Alpes, qui leur permet également de trouver l'offre de formation correspondante qui est ensuite éligible dans le cadre du dispositif PTP, de facilement prendre contact avec leur conseiller en évolution professionnelle.

Je vous remercie pour toutes ces informations,

Je vous en prie

à bientôt
à bientôt

Je ne sais pas vous mais de mon côté j'ai déconstruit pas mal d'idées reçues sur la reconversion et j'en remercie mes invités. J'espère que ces échanges vous serviront à nourrir vos réflexions et vos pratiques d'accompagnement quel que soit votre secteur et n'oubliez pas vous pouvez orienter vos public vers la rubrique faire une reconversion professionnelle de notre nouveau site "côté formation" ils y trouveront des conseils et des ressources pour mener à bien leur projet.

C'est la fin de cet épisode et je vous retrouve pour un dernier numéro fin juin pour clôturer cette série consacrée à la diversité de l'accompagnement des personnes dans lequel nous parlerons du CEJ, le contrat engagement jeunes.

Texte riche

La sélection de la Médiathèque :

Retrouvez des ressources complémentaires sur la reconversion professionnelle.

Actualités

  • Orientation
  • Politiques publiques

[Séminaire 28 juin 2024] L’engagement dans une démarche d’alphabétisation à l’âge adulte

Pour ce 10èséminaire MILAFI (Migrations et Littéracies : Accueil, Formation, Insertions), le focus sera mis sur l'alphabétisation des adultes au travers d'histoires de vie de personnes en situation de migration. Samra Tabbal Amella, docteure en Sciences de l’éducation de l’Université de Genève et formatrice de français-alphabétisation présentera le résultat de ses travaux de doctorat.
SVG

Votre avis compte !

Aidez-nous à améliorer ce site en nous faisant part de vos commentaires et suggestions :

Donnez votre avis