Accès direct au contenu | Accès direct au menu

Mot de passe oublié ?

Créer un compte

+
VISITER LE SITE GRAND PUBLIC
Site Côté Formations

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi

+

Le site des professionnels
orientation, formation, emploi


Vous êtes ici : Site Professionnel > Orientation et Parcours > Accompagnement des publics spécifiques > Illectronisme : comprendre et agir

Illectronisme : comprendre et agir

Illectronisme : agir et comprendreLe numérique est porteur d'enjeux impactant les différentes générations et catégories socio-professionnelles. L'accélération intensive de la dématérialisation des services en ligne, les technologies en permanente évolution supposent l'acquisition de compétences pour naviguer de manière aisée sur les sites indispensables aux démarches de la vie citoyenne ou pour sélectionner une information valide.

Une partie de la population française ne possède pas d'ordinateur et n'a pas de connexion internet au domicile, ce qui constitue une fracture numérique. La crise sanitaire a rendu encore plus visible cette fracture. La fermeture des établissements scolaires et de lieux ressources pendant le confinement, par exemple, a impacté élèves et étudiants issus des familles modestes non équipées.

Tout ceci constitue l'illectronisme qui, au-delà d'un défaut de matériel ou de connexion, relève également d'un manque ou d'une absence totale de compréhension des clés nécessaires à l'utilisation et à la création des ressources électroniques. Il ne s’agit pas d’ignorance, mais bien d’illectronisme. C’est un manque de savoirs spécifiques au champ du numérique.

Depuis l'apparition d'internet l'illectronisme n'a cessé d'évoluer. Selon l'Insee 19 % de la population ne possède aucune compétence dans l'utilisation du numérique et 28 % a des faibles compétences.

Illectronisme : situation d'un adulte ne maîtrisant pas les outils numériques usuels pour accéder aux informations, les traiter et agir en autonomie dans la vie courante (définition retenue par l'ANLCI et ses partenaires)

Quelles situations ?

-
Qui n'a pas déjà renoncé à réaliser une action en ligne ? L’explosion de la dématérialisation des services, sans formation préalable des usagers, laisse ces derniers démunis et seuls face à un écran.

13 millions de Français sont éloignés du numérique, selon la déclaration du président de l'institution Le Défenseur des droits, lors de son audition par la Mission d'information sur la lutte contre l'illectronisme mise en place par le Sénat.
Les difficultés liées à l'illectronisme sont de plusieurs ordres : accès difficile aux ressources électroniques, handicap, sentiment d'être mal à l'aise dans l'utilisation d'outils numériques, difficulté à sélectionner une information qualifiée, etc.

Ci-après un classement, non exhaustif, des profils impactés par l'illectronisme



DEFAUT D'EQUIPEMENT

Personnes qui ne bénéficient pas d'une connexion optimale ou bien ne sont pas du tout connectées ou équipées en matériel, zones blanches, précarité, etc.
 

SELECTIONNER L'INFORMATION

Public navigant bien, voire très bien, mais a des difficultés à sélectionner une information qualifiée, a manipuler des services ou outils officiels dématérialisés.

INTERPRETER L'INFORMATION


Difficultés pour accéder à l'information
, qui peuvent relever d'un handicap, d'illettrisme ou de l'absence de compréhension du français..

Accompagnement et lieux de médiation numérique

-
Vous accueillez, conseillez, informez différents publics et peut être que parmi eux, certains sont démunis face à l’usage du numérique. Vous n’avez pas le temps dans votre pratique professionnelle de les prendre en charge pour les aider dans la gestion de leur dossier CAF, ou leur inscription à un concours, ou leur expliquer le fonctionnement de Word pour rédiger leur CV. … Sachez qu’il existe des structures d’accueil avec des aidants formés à la médiation numérique. 


UNE CARTOGRAPHIE RÉGIONALE

Cartographie des lieux d'accompagnementHub pour l’inclusion numérique, cartographie les lieux de médiation numérique en Auvergne Rhône-Alpes. La cartographie s'enrichit régulièrement, elle couvrira à terme toute la région.

>>> Consulter la cartographie des lieux de médiation numérique en Auvergne-Rhône-Alpes

Accompagnement et lieux de médiation numérique
 

LIEUX RESSOURCES

  • Réseau France services : Réseau visant à faciliter l’accès des citoyens à un panier de services publics, en particulier dans les zones rurales et les quartiers prioritaires de la politique de la ville.
  • Pass numériques : permet d'accéder, dans des lieux préalablement qualifiés, à des services d'accompagnement numérique.
  • Pix : plateforme d'évaluation et de certification des compétences numériques.
  • Emmaüs connect : sa mission est d'aider les plus fragiles à sortir de l'exclusion numérique
  • Aidants connect : ressources permettant à un aidant professionnel de réaliser des démarches administratives en ligne à la place d’une personne ne parvenant pas à les faire seule.
  • Site Solidarite-numerique.fr : portail d'information pour ceux qui butent sur l'outil informatique (démarches administratives, ...).
  • L'association WeFund, association 1901, située à Villeurbanne dans le Rhône, propose aux entreprises de s’engager dans une action citoyenne contre la fracture numérique et le gaspillage électronique en soutenant le projet d’éducation numérique de structures socio-éducatives via le réemploi de leurs ordinateurs.

Politiques et acteurs publics

-
L’État va déployer 4 000 conseillers dans les territoires pour aider les Français à mieux maîtriser les outils numériques. Une enveloppe de 200 millions d’euros sera mobilisée dans le cadre de France Relance pour financer la formation et l’activité de ces professionnels pendant deux ans (lancement novembre 2020).


Plan régional de prévention et de lutte contre l'illettrisme 2019-2022 : une des priorités affichées est axée sur le numérique et favorise le travail partenarial de nombreux acteurs sur le sujet. --->>> Parlera.fr: portail des actions et ressources linguistiques en Auvergne-Rhône-Alpes : présente l’ensemble des actions de formation et des ressources existant dans le champ de la maîtrise de la langue et des compétences de base.
--->>> Coordonnées des Centres de Ressources Illettrisme en Auvergne-Rhône-Alpes
--->>> Agence Nationale de Lutte contre l'Illettrisme


  • Site Mission Société Numérique : a vocation à accompagner la transition numérique des territoires en matière d’usages, d’accès aux droits et de services.
  • Conseil national du numérique : chargé d'étudier les questions relatives au numérique, en particulier les enjeux et les perspectives de la transition numérique de la société, de l'économie, des organisations, de l'action publique et des territoires.
  • Hinaura : hub pour l'inclusion numérique en Auvergne-Rhône-Alpes.

Pour aller plus loin

-
Voici les principales sources sur lesquelles nous nous sommes appuyés pour réaliser cette rubrique.
En complément nous vous proposons également un large panorama de ressources sur le sujet de l'illectronisme, issu de notre catalogue en ligne.

INITIATIVES LOCALES

ÉTUDES ET CHIFFRES-CLÉS

RAPPORTS OFFICIELS


Veille

 
  • Dossier 2.0 : qu'est ce que la fracture numérique ?
    19 juillet 2021
    Culture / Société / Technologie Selon la définition de l'OCDE de 2001, la fracture numérique se définit comme « l'écart entre les individus [...] en ce qui concerne à la fois leurs opportunités d'accéder aux technologies de l'information et de la communication (TIC), ainsi qu'à leur usage d'internet dans une grande variété d'activités. » De ce fait, elle concerne à la fois l'accès des personnes aux ressources numériques, et les capacités de ceux-ci à les prendre en main. Avec la démocratisation de l'accès aux matériels numériques, le terme « fracture numérique » n'est plus tout à fait d'actualité. Nous pouvons bien plus facilement nous en procurer que 20 ans auparavant. Ceux ci peuvent concerner les ordinateurs, les smartphones, tablette tactile ... De plus, en France, la quasi-totalité du territoire est relié à internet. La couverture du réseau, par téléphonie et par câble, est supérieure à 99 % dans sa globalité. Il est alors plus juste de parler aujourd'hui de littératie numérique. La littératie numérique, selon Michael Hoechsmann et Helen DeWaard: « n'est pas une catégorie technique qui décrit un niveau fonctionnel minimal de compétences technologiques, mais plutôt une vaste capacité de participer à une société qui utilise la technologie des communications numériques dans les milieux de travail, au gouvernement, en éducation, dans les domaines culturels, dans les espaces civiques, dans les foyers et dans les loisirs ». De ce fait, l'illectronisme devient un enjeu de politique publique, tant les compétences numériques deviennent nécessaires dans le quotidien. Si elles ne sont pas acquises, elles induisent une exclusion sociale qui creusent davantage des inégalités déjà présentes. De plus, si le savoir numérique et ces enjeux ne sont pas compris, ils laissent échapper l'idée et des moyens de s'émanciper socialement de ces inégalités. Illectronisme, ou le manque de compétence numérique D'après le Larousse, l'illectronisme est l'« état d'une personne qui ne maîtrise pas les compétences nécessaires à l'utilisation et à la création des ressources numériques. » Aujourd'hui, d'après une étude de l'INSEE parue en 2019, «12 % des individus de 15 ans ou plus résidents en France hors Mayotte ne disposent d'aucun accès à Internet depuis leur domicile, quel que soit le type d'appareil (ordinateur, tablette, téléphone portable) et de connexion ». Concernant le non-usage d'internet au cours de l'année, le chiffre monte à 15,2 %. Cependant, il y a de grosses disparités selon l'âge, le diplôme et le niveau de vie. Plus généralement, les personnes les plus concernées sont : âgées, peu diplômées, au niveau de vie modeste, vivant seules ou en couple sans enfant. Néanmoins, comme le rapporte l'étude de l'INSEE : « l'âge joue davantage sur les compétences que sur l'équipement, alors que le niveau de vie est plus discriminant pour l'équipement que pour les compétences ». Par exemple, pour les personnes de plus de 75 ans, plus de la moitié n'utilise pas ou n'ont pas accès à internet. En termes de compétence près de 38 % des utilisateurs d'internet manque d'au moins une compétence en numérique. Celles-ci sont : l'usage de logiciel, la résolution de problème, la recherche de l'information, la communication. Par exemple, sur l'utilisation de logiciel comme le traitement de texte, 35 % des usagers d'internet ne savent pas la mettre en pratique. Cela a des conséquences pratiques directes, comme dans la création d'un CV. L'inclusion numérique, une récente prise en compte par l'État En France, la question de l'inclusion au numérique à d'abord été porté par les Espaces publics numériques (EPN). Dès la fin des années 1990, les premiers se structurent en France. Ils sont des lieux de médiation individuelle et collective aux Technologies de l'Information et de la Communication. Ils peuvent être liés à différentes structures : médiathèque, MJC, association de quartier ... Au niveau de l'État, Mounir Mahjoubi, secrétaire d'État chargé du numérique, a remis un rapport le 13 septembre 2018 pour « un plan nation pour un numérique inclusif ». Dans celui-ci, « Le but est d'accompagner et de former 1,5 million de personnes au numérique chaque année ». Le projet est d'investir 5 millions sur le territoire, notamment à travers des structures intermédiaires : les Hubs connectés. Leur but est de « s'assurer que les petites organisations, à l'image des fablabs ou des tiers lieux, se coordonnent » a expliqué Mounir Mahjoubi. Dans la région, le projet est porté par Hinaura. Aujourd'hui, près de 4000 conseillers numériques sont en formation financée par l'état pour être déployée dans le territoire. Par ailleurs, ce plan mit en place les Pass numériques. Par exemple, dans la région Aura, il permet d'avoir un bon de 150e qui peut être utilisé dans les EPN pour avoir accès à des ateliers d'accompagnement. Lucas Sadowski
  • Inclusion numérique #2 : « NUM'R » projet porté par Entraide Pierre Valdo
    13 juillet 2021
    En octobre 2020, la Diair a lancé l'appel à projets « inclusion numérique » afin de réduire  la  fracture  numérique  qui touche les personnes réfugiées. L'objectif  est  de  favoriser  l'accès  à  une  connexion Internet et au matériel numérique ainsi qu'à des formations permettant une montée en  compétences  sur  les  outils numériques. NUM'R : Un projet adapté aux besoins concrets des réfugiés La fracture numérique est un phénomène qui touche désormais environ 13 millions de personnes en France. Elle s'est largement accentuée depuis le début de la crise sanitaire liée à la COVID-19 laissant un impact particulièrement néfaste chez les personnes les plus démunies dont les réfugiés.  L'accès au numérique permet de transmettre les informations, d'organiser la solidarité et de maintenir le lien social. C'est la raison pour laquelle l'association Entraide Pierre Valdo a mis en place le projet NUM'R, qui a pour objectif de contribuer à réduire la fracture numérique des personnes réfugiées et accélérer leur intégration. 150 personnes réfugiées adultes ont été munies d'un ordinateur portable personnel à titre gratuit. De plus, chaque bénéficiaire s'engage à suivre une formation au numérique dont la durée totale est fixée à 20 heures. Celle-ci est dispensée dans les six Centres Provisoires d'Hébergement (CPH) gérés par l'association (Ardèche, Isère, Loire, Haute-Loire, Rhône, Vaucluse). Num'R ayant été conçu durant la crise sanitaire, le choix a été fait de proposer uniquement des formations individuelles, complétées par un volet « assistance » à volonté pour un appui renforcé en matière d'accès aux démarches en ligne, notamment celles à visée professionnelle. Ainsi, six jeunes volontaires du service civique proposent au quotidien les formations « en tête à tête » avec les bénéficiaires du projet NUM'R. L'individualisation du parcours permet de s'adapter au niveau de chacun et s'ancre aussi dans un processus favorisant l'apprentissage du français et dans la construction d'un projet d'accès à la formation et à l'emploi. Le projet NUM'R offre donc un programme sur mesure. En fonction des envies, du niveau et des besoins des réfugiés, il permet à chacun d'acquérir des compétences numériques en cohérence avec l'accompagnement social apporté par l'association pour favoriser l'intégration socio-professionnelle des bénéficiaires. Témoignages : NUM'R vu par un usager et par un VSC Oumar, réfugié d'origine Guinéenne et bénéficiaire du projet Num'R, se dit content d'avoir rapidement appris à devenir autonome dans la réalisation des démarches en ligne. « Je m'appelle Oumar, j'ai 32 ans, je suis Guinéen et je suis résident au Centre Provisoire d'Hébergement de Haute-Loire (43). Le temps est parfois long. J'ai fait le programme NUM'R avec Ali, notre formateur. Avant, je ne savais pas utiliser l'ordinateur. Depuis, je sais comment prendre des rendez-vous avec les docteurs, chercher du boulot ou aller à la préfecture. Et maintenant, j'ai un ordinateur personnel pour approfondir mes connaissances numériques ! ». Quant à Ali, formateur volontaire en service civique, s'estime heureux de pouvoir venir en aide aux personnes réfugiées dans le besoin. Il propose plusieurs formats d'atelier qui varient en fonction du niveau d'expérience informatique de chaque bénéficiaire.  « Je m'appelle Ali Ahmad, j'ai 25 ans et je suis Afghan mais né en Iran. J'effectue un Service civique depuis le mois de février. J'enseigne l'informatique aux réfugiés qui viennent de s'installer en Haute-Loire (sur les communes d'Yssingeaux et de Retournac). 25 résidents du CPH apprennent à utiliser un ordinateur. Pour certains réfugiés, c'est très difficile d'apprendre à utiliser l'ordinateur car ils le découvrent pour la première fois. Nous travaillons sur des choses simples : les emails, les réseaux sociaux, écrire sur un traitement de texte, etc. D'autres réfugiés apprennent vite car ils ont déjà été formés dans leur propre pays. Avec eux, j'approfondis la formation avec les démarches administratives (CAF, Pôle Emploi, Préfecture...). Je suis vraiment heureux de pouvoir aider les réfugiés et je souhaite le succès de tous. » Focus : L'Association Entraide Pierre Valdo L'Association Entraide Pierre Valdo gère depuis plus de 46 ans de nombreux établissements et activités dans le champ de l'accueil, l'hébergement, l'accompagnement et l'insertion sociale et professionnelle : À destination du public migrant, demandeur d'asile et bénéficiaire de la protection internationale En faveur de l'inclusion, du logement et de l'hébergement des personnes défavorisées ; Au bénéfice de l'enfance (Protection de l'enfance et animation). L'Entraide Pierre Valdo intervient actuellement dans 8 départements répartis en trois régions : Auvergne-Rhône-Alpes (Rhône, Loire, Haute-Loire, Ardèche, Isère), Provence-Alpes-Côte-D'azur (Vaucluse et Bouches-du-Rhône) et Occitanie (Lozère).  Facebook Twitter LinkedIn Lire l'article complet Inclusion numérique #2 : « NUM'R » projet porté par Entraide Pierre Valdo (source : Diair).
  • Schneider Electric et Econocom feront don de 300 ordinateurs par an à Emmaüs
    6 juillet 2021
    Schneider Electric, le plus grand équipementier électrique et l'intégrateur franco-belge Econocom ont signé cet été un partenariat avec l'association Emmaüs pour lutter contre l'exclusion numérique. Sur les trois prochaines années, ils s'engagent à faire don de 300 ordinateurs chaque année à Emmaüs Connect. Être coupé d'Internet en 2021 est devenu un handicap fondamental. Et ce phénomène va prendre davantage d'ampleur avec la digitalisation globale de l'économie et de l'administration. Les conséquences de l'exclusion numérique sont à la fois personnelles et professionnelles, avec l'impossibilité d'accéder à ses droits, de trouver un emploi, un logement, ou juste de garder contact avec ses proches.  Pour lutter contre la fracture numérique, la Fondation Schneider Electric a également noué un partenariat avec Emmaüs Connect, dans le cadre du fond Tomorrow Rising lancé en avril 2020 pour réagir face à l'urgence de la crise sanitaire et relancer l'éducation et la formation professionnelle. L'objectif était de maintenir l'éducation « à distance » des jeunes les plus défavorisés avec des outils modernes connectés et d'équiper 200 jeunes pour leur permettre de poursuivre au mieux leur scolarité. Schneider Electric France a pris le relai en janvier dernier lors d'un défi impliquant ses équipes commerciales. Les deux équipes gagnantes ont remis chacune un chèque de 2 500EUR à Emmaüs Connect Lyon et Emmaüs Connect Marseille. The post Schneider Electric et Econocom feront don de 300 ordinateurs par an à Emmaüs appeared first on Informatique.
  • [Vidéo] Présentation du Baromètre du numérique 2020
    2 juillet 2021
    01/07/2021 La vingtième édition du Baromètre du numérique a été présentée le 1er juillet, à Bercy, en présence de Cédric O, secrétaire d'État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques. Voir l'événement en différé.
  • Des lycéennes de Clermont-Ferrand en reportage au Secours Populaire 63, qui lutte contre la précarité numérique
    30 juin 2021
    La fracture numérique est une problématique qui existait avant le confinement, mais ce dernier l'a considérablement aggravée. Le Secours Populaire, une association qui lutte depuis 1945 contre toutes formes de précarité, s'est saisie de la question et a souhaité apporter des solutions.À Clermont-Ferrand, le projet Précarité numérique a été lancé dans cette optique. Dans le cadre d'un travail de rédaction avec La Montagne, des élèves du lycée Blaise-Pascal, à Clermot-Ferrand, ont rencontré et interviewé Adrien Thépot qui travaille sur cette initiative. Adrien Thépot est coordinateur de la permanence d'accueil et de solidarité du Secours Populaire de Clermont-Ferrand.Qu'est-ce que le projet Précarité numérique ?Ce projet consiste à distribuer des ordinateurs à des familles et des étudiants touchés par la fracture numérique. 200 enfants et 50 étudiants ont reçu un ordinateur pour assurer leur continuité pédagogique et un meilleur lien avec leur établissement scolaire.Cette initiative a-t-elle été motivée par le confinement ?Oui, c'est vraiment le confinement qui nous a montré un gros besoin pour répondre à la fracture numérique. Sur les 300 enfants suivis en aide aux devoirs, on s'est rendu compte qu'au bout de quelques mois, la moitié avait déjà décroché. Faute de moyens numériques, des familles entières ne pouvaient s'aider que d'un smartphone. Nous avons été alertés lorsque des enfants ont dû faire imprimer et scanner leur devoirs dans nos locaux, à un rythme soutenu.Qui sont les bénéficiaires et comment ont-ils été choisis ?Les personnes ayant reçu un ordinateur ont été sélectionnées selon plusieurs critères. Il y a tout d'abord un critère de vulnérabilité, établi selon la précarité des personnes. De plus, les enfants suivis par le dispositif d'aide aux devoirs du Secours Populaire et issus des collèges partenaires (Albert-Camus, Gérard-Philipe à Clermont-Ferrand), ont été sélectionnés en priorité.Est-ce qu'un suivi est opéré ?Les bénéficiaires sont d'abord accompagnés dans la maîtrise de l'outil numérique, ils apprennent à entretenir et utiliser différents logiciels. Ensuite, le Secours Populaire compte réaliser un suivi régulier auprès des familles et étudier l'impact de cette initiative.Est-ce que les familles doivent participer financièrement ?En accord avec les valeurs du Secours Populaire, les familles participent symboliquement à hauteur de 50 euros par ordinateur reçu. Cette participation symbolique ne finance pas directement l'achat des ordinateurs, mais permet de payer les charges et l'essence des camions par exemple. C'est une manière de respecter la dignité des bénéficiaires. Comment l'achat des ordinateurs a-t-il été financé ?Le Secours Populaire s'est fixé un budget à hauteur de 120.000 EUR afin d'acheter 200 ordinateurs à 450 EUR et 50 ordinateurs à 600 EUR. L'objectif étant de fournir des outils de bonne qualité, le nombre de bénéficiaires a été revu à la baisse. Le Secours Populaire a financé une partie de l'opération à partir de fonds propres, mais a également sollicité l'Etat et les collectivités locales. Il a aussi contacté différentes fondations privées, comme celle de la Banque Populaire. L'argent de la bourse obtenue a été directement employé à l'achat d'ordinateurs.Est-ce que d'autres activités sont réalisées dans le cadre de la précarité numérique ?Oui, des espaces numériques ont été créés dans les locaux de Clermont-Ferrand et dans plusieurs antennes du département du Puy-de-Dôme. Les bénéficiaires du projet peuvent venir demander de l'aide pour l'utilisation de leur ordinateur. Ces espaces sont aussi ouverts à des personnes en situation de réinsertion professionnelle.Le projet est-il uniquement départemental ?Le projet a été initié à Clermont-Ferrand, mais il a été relayé à d'autres antennes dans toute la France par Nicole Rouvet, présidente du Secours Populaire du Puy-de-Dôme. Des démarches similaires se mettent donc en place un peu partout.Une seconde distribution d'ordinateurs est-elle prévue ?Non, il n'y aura pas de seconde vague, pour des raisons économiques mais également parce que nous voulons nous concentrer sur le suivi des bénéficiaires.Quels sont les prochains projets du Secours Populaire pour lutter contre la précarité numérique ?En septembre, un camion équipé en matériel informatique se rendra dans les zones rurales du département touchées par la fracture numérique, notamment les zones blanches où le réseau est insuffisant. L'objectif est d'accompagner les personnes dans leurs démarches administratives ou juridiques.Dans le cadre des Trophées de la Fondation Banque populaire Auvergne Rhône-Alpes, organisés en partenariat avec le Rectorat de l'académie de Clermont-Ferrand, le Centre pour l'éducation aux médias et à l'information et La Montagne, des élèves du lycée Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand ont réalisé cet article sur le Secours populaire 63, deuxième prix régional en 2021. Interview réalisée par Ilona Dancie, Mariette Peyrin, Manon Moreira, Armelle Le Guével-de-la-foye, Juliette Pieraerts, Lucie Bargues, Manon Pinet
Plus d'actualités |RSSS'abonner
Vous souhaitez soumettre une actualité ou une action de découverte métiers, emprunter des ressources ou gérer vos newsletters ? Connectez-vous :
Mon compte
Site Côté Formations

VISITER LE SITE GRAND PUBLIC